Y a t il une surface minimum a respecter pour construire une maison pour un agriculteur ?



paysansdu30
Cette question a été posée par paysansdu30, le 28/02/2011 à à 16h57.  *  Alerter les modérateurs
Vous trouverez peut être plus d'information dans l'annuaire de Web-Libre, dans la catégorie Agriculture.

Vous pouvez y répondre en utilisant le formulaire situé ici.
 


Liens commerciaux

Réponses



 paysansdu30 a écrit [28/02/2011 - 16h57 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
paysansdu30

Je suis un jeune agriculteur, je loue une partie des terres de mon père j'aurais aimé savoir comment faire pour pouvoir construire une maison ?quelles sont les solutions qui s'offrent a moi ? merci




 eretria a écrit [28/02/2011 - 18h36 - Avis,définition, témoignages et conseils sur le guide du savoir Web Libre.org]  
eretria

Bonjour, il faudrait déjà savoir si les terres qui t'appartiennent sont constructibles, pour cela il faudrait demander en mairie si la zone est constructible.




J'ai perdu m'quinzaine..!


 paysansdu30 a écrit [28/02/2011 - 18h43 ]  
paysansdu30

Pas besoin que la zone ou je veux construire soit constructible mon statut de paysan motorise a construire un peu partout ou je veux sur mes terres




 homli a écrit [28/02/2011 - 18h50 ]  
homli

Alors, Paysan du 30, je crois que tu te trompes, il n'y a pas de statut particulier, pour construire une maison pour un agriculteur. Il y a des terrains constructibles et des terrains non constructibles, comme les terres à labour. Qui t'as dit que tu pouvais construire partout sur les terrains de ton père ? Le terrain ne devient constructible, que si il est viabilisé.




 perdu a écrit [28/02/2011 - 19h00 ]  
perdu

Avant de vouloir construire une maison, sur n'importe quel terrain, comme tu le penses, vas faire un tour à la Mairie, de ou tu habites et demandes. Tu verras, car de toute façon, en France on ne peut pas construire ou l'on veut et d'ailleurs il faut avoir un terrain constructible et il faut demander un permis de construire, en fournissant les plans du terrain et de la maison en devenir. Le prix d'un terrain constructible et le prix d'un terrain non constructible, n'est pas au même prix !




 tamtam a écrit [28/02/2011 - 19h11 ]  
tamtam

De plus pour construire une maison, sur des terres qui appartiennent et que tu loues à ton père, même si le terrain était constructible, tu as besoin de son autorisation et en plus saches que, comme la bâtisse serait sur des terrains qui lui appartiennent, ta maison serait à lui et non à toi, même si c'est toi qui paye les travaux de construction. Mais de ce projet, vous n'en avait pas parlé ensemble ? Ton père doit être au courant des lois !




 coeur de patate a écrit [28/02/2011 - 21h14 ]  
coeur de patate

paysansdu30 ce n'est pas parce que tu est agriculteur que tu as tout les droits !
pourquoi tu aurais plus de droits que les autres ??
celui de massacrer le paysage ??!
il serait plus rentable et plus judicieux et plus intelligent dans ton cas de restaurer une ancienne bâtisse ! C'est surtout un maximum à ne pas dépasser , par ce que c'est surveillé par les impôts, si tu ne veux pas te retrouver avec une charge fiscale de foncier énorme,
il y a certaines choses en rapport avec l'aménagement du territoire à respecter !!
ne te plaint pas, tu as des terres toi au moins !
ils y a des millions de chômeurs qui eux aussi aimeraient avoir des terres pour survivre !!




ciao!


 paysansdu30 a écrit [28/02/2011 - 21h26 ]  
paysansdu30

Merci les gars mais la je suis sur de ce que je vous dis!en effet il faut bien un permis de construire mais je ne suis pas obligé de demander si ma parcelle est constructible ou non!et pour coeur de patate je ne sais pas pourquoi tu texcite pour sa!cest pas parce que je suis agriculteur que je ne respect pas la nature!!!




 betinaweb a écrit [28/02/2011 - 21h40 ]  
betinaweb

Tu t'adresses à l'adjoint chargé de l'urbanisme de ta commune.Lui est au courant des surfaces et des conditions.
Pour les autres,il peut construire à condition que cette construction soit en lien directe avec son activité.C'est le PLU de la commune qui lui dira dans quelles conditions il peut construire,par exemple chez nous,il faut que l'agriculteur ait des animaux à proximité de la maison.Un nombre déterminé d'animaux est fixé.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 coeur de patate a écrit [28/02/2011 - 21h42 ]  
coeur de patate

oui tu parles ça fait des année que je vois les dégâts autour de chez moi !
nappes phréatiques complètement toxiques ,rivières envahies par les algues à causes des nitrates et des engrais azotés , bocage arraché pesticides à gogo !
bâtiments agricoles énormes , silos en béton, tracteurs de 135 000 euros !

il y en a combien des agriculteurs qui respectent la nature ?
5% à tout casser !! tout ça pour être subventionné par l'Europe ??
ça va comme ça merci bien ! il faut peu être pas abuser !




ciao!


 paysansdu30 a écrit [28/02/2011 - 21h44 ]  
paysansdu30

Merci betinaweb!!!




 paysansdu30 a écrit [28/02/2011 - 21h49 ]  
paysansdu30

L'écolo de service!c'est fou l'image que tu as des agriculteurs!faut arrêter de caricaturer autant!c'est fini tout sa!tu imagine même pas tout les controle quon peut avoir!tu es content de manger tout les jours non???alors tu as raison critique tant que tu veux moi je sais ce que je vaux et ce que je fais!




 coeur de patate a écrit [28/02/2011 - 22h03 ]  
coeur de patate

encore heureux qu'il y ait des contrôles ! si non qu'es que ça serait alors !! :-D

ce n'est pas à ta génération que j'en ai ! avec tes 25 ans tu n'y es pour rien !
et du coté de Nimes c'est sûrement très différent ,
mais si tu venais voir ici dans l'arrière pays de Loire tu serais peut être toi même écoeuré !!
de toutes façons on ne défend pas assez les petits agriculteurs qui veulent s'engager dans une filière raisonnée,
mais ceux sont les gros des cultures intensives qui ramassent toutes les aides,
c'est ça qui me mets or de moi ! tu n'y es pour rien ! désolé tu ramasse pour les autres !! :-D




ciao!


 cochise_fr a écrit [01/03/2011 - 01h47 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Pour la maison d'habitation, il n'y a, en principe, pas de passe droit parce qu'on est agriculteur.
La parcelle à construire doit être "constructible"..... on ne construit pas dans un champ.

Par contre pour la réalisation de hangars agricoles, il y a des tolérances particulières pour ce genre de constructions non habitables en faveur des agriculteurs sur leurs terres. Un agriculteur pourra faire un hangar à fourrage ou un autre pour le matériel et les tracteurs, alors que le transporteur voisin n'aura pas le droit de faire le même type de bâtiment pour ses camions.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 wastgate a écrit [18/10/2011 - 18h19 ]  
wastgate

Veuillez m'excuser mais je souhaite apporter mon grain de sel. Concernant paysansdu30 il a bien raison il peut construire à peut près n'importe où du moment que les terres lui appartiennent et cela SANS avoir besoin qu'elles soient constructibles. Mon père a bâti sa maison sur un terrain non constructible et tous ses amis horticulteurs on fait de même ils ont plantés leur maison où ils voulaient et ont d'ailleurs profité de ne pas payer le terrain pour en faire une grande (la mienne fait environ 390m²). Mais il faut effectivement avoir posséder une certaine surface de terrain pour pouvoir bâtir. Cependant je ne sais combien, désolé...




 cochise_fr a écrit [18/10/2011 - 20h00 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce n'est pas parce que l'administration ne fait pas son travail ou laisse des corruptions s'installer que cela devient un droit, Wastgate.

Il faut différencier les constructions à usage agricole qui sont autorisées avec certaines règles à respecter, et les constructions d'habitation qui ne dépendent que du droit ordinaire applicable à tout citoyen.

http://www.laterre.fr/article.php3?id_article=419




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [18/10/2011 - 20h10 ]  
betinaweb

Mais oui cochise,les agriculteurs ont le droit de construire sur une terre non constructible,il y a des critères à respecter qui sont définis par le PLU et la mairie.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 coeur de patate a écrit [18/10/2011 - 20h26 ]  
coeur de patate

et en vertu de quoi ils auraient ce droit la ??
qu'es ce qu'ils ont de plus ou de moins que les autres ??
à part des terrains énormes !!!




ciao!


 cochise_fr a écrit [18/10/2011 - 20h28 ]  
cochise_fr

Bonjour,
NON Betinaweb, pas pour une maison d'habitation.!!!.... seulement pour des bâtiments agricoles.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 cochise_fr a écrit [18/10/2011 - 20h30 ]  
cochise_fr

Bonjour,
D'ailleurs, si vous réfléchissiez, vous verriez que cela est logique.
Si les agriculteurs pouvaient construire des bâtiments d'habitation, ils seraient tous promoteurs immobiliers et les champs disparaitraient sous les constructions de toutes sortes.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [18/10/2011 - 20h38 ]  
betinaweb

C'est bizarre que vous ne soyez pas au courant mais chez nous ils ont le droit avec certaines contraintes.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 coeur de patate a écrit [18/10/2011 - 20h45 ]  
coeur de patate

oui je suis de l'avis de Cochise se serait la débâcle immobilière !! :-D




ciao!


 cochise_fr a écrit [18/10/2011 - 23h37 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce qui est fréquent, c'est que les maires ferment les yeux.... pour toutes sortes de raisons.... et au bout de 30 ans, on ne peut plus rien dire et le bâtiment est validé.
Les petits arrangements entre amis n'ont jamais faits partie de la légalité....même si cela est courant.

Ce qui est aussi fréquent est de faire d'abord un vrai bâtiment agricole du genre hangar, ce qui est autorisé, puis petit à petit de remplir les vides de murs en dur, puis de changer le toit, et enfin de le fermer pour en faire une habitation en aménageant l'intérieur. Si le bâtiment n'est pas en vue, personne ne prendra garde aux changements progressifs sur plusieurs années.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [19/10/2011 - 00h58 ]  
betinaweb

Non ce ne sont pas des arrangements entre amis,c'est prévu.Je pourrai vous donner si vous voulez les termes exacts.J'irai en mairie les demander.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 cochise_fr a écrit [19/10/2011 - 02h34 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Les textes sont dans le lien que j'ai mis plus haut.

Le seul cas autorisé est le cas d'une construction simultanée d'un bâtiment agricole pour une entreprise d'élevage dont la présence de l'éleveur est impérative et de sa maison pour qu'il soit sur place. c'est loin d'être une pratique courante, et les agriculteurs ne sont pas tous éleveurs.

Tout le reste relève de petits arrangements entre amis, en contradiction avec la loi commune.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 cochise_fr a écrit [19/10/2011 - 02h40 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Des résultats de tribunaux:

http://www.legavox.fr/blog/anne-sophie-sarday/contentieux-permis-construire-zone-agricole-1807.htm

et il s'agit d'élevage.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 cochise_fr a écrit [19/10/2011 - 02h49 ]  
cochise_fr

et le lien du site officiel:

http://vosdroits.service-public.fr/pme/F924.xhtml

Après chacun s'arrange avec les lois existantes.... et ceux et celles qui sont chargés de les faire respecter, ce qui explique sans doute certaines dérives dans les acceptation de permis.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 bougainvilliee a écrit [19/10/2011 - 05h12 ]  
bougainvilliee

Bonjour,
Ainsi, à la lumière de cette question, nous constatons que nous sommes tous égaux devant la loi.

Mais que cette loi est complexe et pleine d'exceptions, d'exonérations, de vides juridiques, d'applications limitées, de jurisprudences, de cas et de domaines particuliers; etc.

C'est ça la République une et indivisible, de moins en moins lisible, d'ailleurs.




Le doute est ma seule certitude


 wastgate a écrit [19/10/2011 - 11h24 ]  
wastgate

Non mais ils n'ont pas fait n'importe quoi, c'est juste que la loi autorise un exploitant à bâtir sa résidence principale (s'il n'en a pas déjà une) sur son terrain. C'est ce qu'a fait mon père ainsi que tous ses amis, il n'y a eu aucune corruption. il n'a eu aucun problème non plus pour l'emplacement. il avait également pu faire un hangar il y a 30 ans mais pour l'exploitation. Mais aujourd'hui, il n'a plus le droit de bâtir, ayant "épuisé" ses crédits de construction. Toutefois, il a pu transformer le hangar en studios (10 au total) légalement (tout est déclaré). C'est pour cela que j'ai dit que normalement un véritable agriculteur (ou horticulteur) ne devrait pas avoir de souci pour bâtir sa maison sur ses terres puisque la loi le permet. Après pour la transformation de bâtiments, c'est autre chose... (pour nous c'est un miracle que la mairie aie acceptée !).




 cochise_fr a écrit [19/10/2011 - 17h12 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Un agriculteur ...éleveur, peut être, mais pas un horticulteur qui n'a aucun besoin d'habiter sur place pour la bonne gestion de son exploitation.

Comme vous le dites fort bien il y a parfois des petits "miracles", sans que l'on sache qui en est responsable, Dieu ou les arcanes de l'administration.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 wastgate a écrit [21/10/2011 - 14h20 ]  
wastgate

Pour ma part ce sera Dieu, étant chrétien ;).
Mais sinon un horticulteur possédant des serres chauffées (le cas de mon père) a bel et bien besoin d'habiter sur son exploitation justement. C'est d'ailleurs une obligation. Un maraîcher, viticulteur, n'en on pas besoin mais un horticulteur possédant des serres chauffées si. C'est d'ailleurs la seule condition pouvant donner accord à la construction d'une résidence principale sur un/son terrain non constructible (mais à proximité de l'exploitation bien sûr).




 cochise_fr a écrit [21/10/2011 - 18h56 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Depuis quand il faut regarder le feu pour l'entretenir.?
Les serres n'ont besoin de personne pour se chauffer, et la régulation est automatisée. On peut même le faire à distance. Mais si cela a fonctionné pour vous... tant mieux.!




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [21/10/2011 - 21h25 ]  
betinaweb

Vous cherchez la petite bête cochise.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 cochise_fr a écrit [21/10/2011 - 22h26 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Si on fait des lois pour les transgresser, cela ne sert à rien. Chacun n'a qu'à faire ce qu'il veut à sa guise.

Les agriculteurs devraient se reconvertir dans l'immobilier si ils avaient tous les droits cités, ce qui n'est surement pas le cas, heureusement.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 wastgate a écrit [21/10/2011 - 23h37 ]  
wastgate

Cochise je n'ai absolument rien contre vous mais êtes-vous horticulteur/cultrice ? Car je discerne dans vos propos que vous ne connaissez pas la profession. Mon père fait ce métier depuis plus de 35 ans et moi je travaille avec lui pour reprendre sa suite. Les serres sont loins d'êtres entièrement automatisées; certes il y a des automatismes notamment au niveau de l'arrosage mais tout n'est pas automatisé, loin de là et la présence d'une ou plusiseurs personnes est indispensable. Le chauffage notamment a besoin d'être continuellement surveillé y compris la nuit. Nous produisons des roses et c'est un produit extrêmement délicat à contrôler et à avoir en bon état (comprenez par là maitriser la pousse et avoir des roses esthétiquement belles). Pour vous donner un exemple l'été, une fois cueillis, une rose ne peut rester plus d'une heure à l'air libre car la chaleur la fait "ouvrir" et elle devient alors invendable. De même il faut la cueillir au bon stade et quand il fait chaud, 2 fois par jour (un passage le matin, un passage l'après-midi). Si vous reportez au lendemain, ce que vous n'avez pas cueilli hier est perdu. Je pense qu'une vache peut tenir une heure sans boire ni manger. Pour vous donner un autre exemple pour faire tourner convenablement une exploitation de 7500 m2 (c'est à dire même pas un Hectare) il faut environ 5 personnes, à plein régime 8. Auparavant mon père avait des ouvriers maintenant plus qu'un étant donné le coût des charges. C'est donc une partie de ma famille qui prends le relais. Un ami à mon père qui avait une exploitation d'1,5 hectares avait 30 ouvriers pour la faire tourner. Heureusement que la loi est consciente de cela et stipule donc que tout exploitant possédant des serres chauffées (donc des cultures à risques) a le droit de construire sa maison sur ses terres et à proximité de l'exploitation qui plus est.




 cochise_fr a écrit [21/10/2011 - 23h53 ]  
cochise_fr

Bonjour,
Ce n'est pas une critique de votre travail, mais dites moi donc combien de nuit vous travaillez par an.?

Quand à faire de la surveillance, les moyens techniques permettent de la faire de n'importe où, même très loin de chez vous. Il y a même des sociétés spécialisées pour cela.

Tout cela n'impose en rien d'habiter sur place. Si vous êtes à trois ou cinq kilomètres, cela ne change rien. Pour un éleveur qui a des naissances, il a l'obligation d'être présent puisque les naissances se font à toutes heures, y compris la nuit. C'est d'ailleurs la base de cette loi.

Il ne sert à rien de faire des lois si chacun peut la contourner. Tant mieux pour vous si vous en profitez.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 betinaweb a écrit [22/10/2011 - 00h07 ]  
betinaweb

La loi n'est pas contournée cochise.




"La connerie,c'est la décontraction de l'intelligence" Serge Gainsbourg.


 wastgate a écrit [22/10/2011 - 00h11 ]  
wastgate

Quand je parle de chauffage ce sont des chauffages au fioul. Une serre chauffe peut être mais je peix vous garantir qu'elle descends bien en dessous de zéro surtout la nuit. Il y a donc des chauffages à air pulsé régulés par thermostat (réglé manuellement bien entendu) s'allumant généralement (tout dépends la température désirée) une demie heure toutes les 3 heures au moins pour maintenir la serre au dessus de zéro sinon les roses gèlent et toute la production est perdue. Vous imaginez bien cependant que ces chauffages ne sont pas parfaits et il arrive assez fréquemments qu'ils tombent en panne. Bien entendu toujours la nuit puisqu'ils ne fonctionnent que la nuit. Nous sortons donc vérifier tous les soirs entre 22h et minuit que tout fonctionne correctement. Et lorsqu'il y a une panne on ne compte pas les heures pour réparer (toujours la nuit évidemment, merci la frontale)...
Et tout ce que je viens de vous dire compte aussi pour l'arrosage. D'ailleurs à ce sujet l'ensemble de l'exploitation est arrosée toute les 2 heures à raison de 10 minutes par serre (il y a 6 serres) et à intervalle décalé. Un jour entier sans arrosage et la rose en prends un coup, de plus la production est décalée. Or l'on vise toujours des moments précis: les fêtes (Noël, Saint Valentin, Fête des Mères etc...) et cela se joue au jour près. Je passe bien entendu tous les traitements... L'ouverture du toit des serres est contrôlé manuellement et il faut ouvrir et fermer plusiseurs fois par jour.
Je terminerai en disant qu'avant d'être horticulteur rosiériste, mon grand-père était maraîcher et mon père (qui était jeune) l'aidait (comme moi aujourd'hui avec lui). Ils ont aussi eu des arbres fruitiers et des anémones avant de faire construire des serres et produire des roses (qui étaient plus rentables). Et bien mon père m'a confirmé que de tous ce qu'il avait produit, (fruits, arbres etc) les roses et donc le métier d'horticulteur était de loin le plus contraignant de tous et les roses le produit le plus difficile à obtenir "quand il faut (périodes de bonnes ventes) et en bon état". C'est d'ailleurs pour cela que la rose est classée parmi les produits de luxes et que chaque marché de gros possède son label. Mais comme aujourd'hui la situation des horticulteurs rejoint celle des agriculteurd (disparitions de ceux-ci, plus de rentabilité) la TVA lors de la vente de la rose n'est que de 5,5% (TVA professionnelle) pour pouvoir équilibrer lorsque l'on récupère la TVA sur les factures professionnelles qui elle est à 19,6%. La rose est donc le seul produit de luxe taxé à 5,5% alors que n'importe quel produit de luxe est taxé 19,6% lors de la vente.
Ne pas permettre aux horticulteurs de bâtir leur maison sur leurs terres près de leur exploitation, c'est faire disparaître d'un seul coup de loi tous les horticulteurs de France.




 cochise_fr a écrit [22/10/2011 - 02h35 ]  
cochise_fr

Bonjour,
En tout cas, je vous remercie de votre description amoureuse de votre métier, c'est assez rare pour le souligner.
Cependant, mon propos ne portant pas sur les aléas de votre métier, ils ne sont pas non plus là pour le critiquer. Que vous habitiez sur des parcelles agricoles où sont implantées vos serres, ou que vous habitiez à 1km ou 2 sur une parcelle constructible ne change rien à votre travail en dehors des kilomètres en plus faits en 1 minute en voiture.... et si c'était dix cela ne changerait rien. C'est juste plus pratique d'être sur place....comme pour n'importe quel métier. Le boulanger préfère aussi habiter au dessus de son commerce, mais rien ne l'y oblige.
On pourrait même considérer que vous pourriez embaucher un permanent de nuit si le travail est si important et la surveillance si primordiale, ou encore automatiser par l'informatique la surveillance à distance comme cela se fait en Hollande par exemple.

Il ne sert à rien de faire des lois si on peut faire le contraire dans ce domaine comme dans bien d'autres d'ailleurs. Ou alors on autorise tous les agriculteurs à le faire mais il faut être cohérent.

Sur les terres agricoles, on ne peut construire que des bâtiments..... agricoles. C'est simple, et logique à la fois..... en théorie apparemment.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


 wastgate a écrit [25/10/2011 - 17h22 ]  
wastgate

Rebonjour cochise, alors il est vrai que votre proposition concernant la surveillance à distance paraît satisfaisante. Mais elle me fait un peu sourire (ne le prenez pas mal) car en réalité elle n'est pas crédible. Aucun horticulteur n'a jamais eu recours à ce genre de pratique et personne n'y a jamais pensé. Prenons l'exemple de l'éleveur: prend-t-il une société pour surveiller ses bêtes ? Vous voyez bien qu'il fait tout lui même (question pratique et de coût).

Pour le permanent, imaginez le côut; là aussi ce n'est pas crédible. En discutant avec mon père il m'a justement parlé de cela (de mettre quelqu'un permanent) en en riant tellement c'était utopique (je ne lui ai même pas dit que vous m'en aviez parlé).

Je reviens aujourd'hui même de la chambre d'agriculture où j'ai pu rencontrer la présidente. Etant donné que je souhaite m'installer, je suis allé prendre des renseignements.
Je vous confirme donc qu'il n'y a aucune entrave à la loi mais bien au contraire que celle-ci donne le droit de construire sa maison sur son terrain même non constructible à la condition seule d'avoir des serres chauffées. Et c'est bien la seule condition; comme vous l'avez dit il y a tellement eu d'abus de "faux agriculteurs" que la loi s'est durcie. Aujourd'hui il est difficile même pour des métiers de l'agriculture de faire construire sa maison sur son terrain. Ni un maraîcher, ni un viticulteur et j'en passe n'en ont le droit.

Mais un horticulteur qui possède des serres chauffées en a le droit. Et il peut la faire ou il veut, en plein milieu d'un champ s'il le veut du moment que celle-ci est à proximité directe de l'exploitation.

Un ami un peu plus âgé que moi vient de finir sa maison. Il a fait exactement ce que je vais faire: il a repris l'exploitation à son père, a demandé un permis (accordé UNIQUEMENT parce qu'il avait des serres chauffées), et a carrément enlevé une serre pour faire sa maison, c'est à dire qu'il a fait sa maison là où il y avait des cultures auparavant.

C'est pour cela que si même la loi reconnaît qu'un horticulteur qui possède des serres chauffées a bel et bien besoin de construire sa maison sur le lieu de son exploitation, veuillez vous aussi le reconaître Cochise ! Il n'y a là aucune entrave à la loi, puisque c'est elle qui stipule cela ! Heureusement que ceux qui ont "pondu" cette loi se sont renseignés sur le métier d'horticulteur et plus particulièrement sur ceux qui possèdent des serres chauffées (donc des cultures à risques) sinon personne ne se serait jamais installé !




 cochise_fr a écrit [25/10/2011 - 20h48 ]  
cochise_fr

Bonjour,
"Aucun horticulteur n'a jamais eu recours à ce genre de pratique et personne n'y a jamais pensé"
Si,si, tous les hollandais, enfin, au moins beaucoup.... et on en voit la différence de production, même si on peut admettre que la qualité est moindre.... mais pas tant que cela.

Eh bien tant mieux pour vous et vos collègues, puisque la loi l'autorise.




La richesse d'un pays ne se mesure pas à son PIB. mais à celle du plus pauvre de ses habitants. Améliorez son sort et toute la société en sera meilleure. Dans un pays riche, l'existence de la pauvreté devrait être un délit.


Répondre à paysansdu30






Attention vous n'êtes pas connectés !!! sad

Renseignez vos identifiants de connexion au site, sinon votre réponse ne sera affichée qu'après avoir été validée par notre équipe de modérateurs (et sera en plus postée en "Anonyme")

Votre pseudo :
Mot de passe :

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek

    


 Je souhaite être alerté des prochaines réponses !








Poser votre question !   Poser votre question !
* Avertissement : les propos tenus sur cette page sont le fruit de la discussion entre les internautes membres de la communauté Web-Libre, et ne reflètent en rien la conviction personnelle des administrateurs du site.
Copyright © 2013 - Weblibre / Tous droits réservés, propriété exclusive de web-libre.org - Toute reproduction même partielle de ce site sans consentement est interdite et donnera suite à des poursuites.