Vitamine K : dans quels aliments la trouver ?


Partager




La vitamine K joue un rôle très important sur l'organisme et le corps. Elle est divisée en deux catégories: la vitamine K1 ou encore phylloquinone et la vitamine K2 ou ménaquinone. La première intervient dans le processus de la sécrétion de caillots sanguins. Ce processus, appelé communément coagulation sanguine, agit sur les hémorragies, en les freinant, voire en les arrêtant.



La vitamine K1 opère également sur plusieurs facteurs, dont l'anti-hémophilique B, appelé également facteur IX de la voie endogène, le proconvertine ou encore facteur VII du vaisseau exogène, la prothrombine ou facteur II et enfin le facteur Stuart ou facteur X du tronc commun. La vitamine K1 agit sur les protéines S et C dans le processus de la coagulation. En agissant sur tous ces agents, elle tient un rôle de cofacteur sous la forme d'hydroquinone. L'on peut retrouver cette catégorie de vitamine dans plusieurs produits alimentaires: l'huile de soja, les produits laitiers, les légumineuses, la pomme de terre, quelques céréales, quelques fruits, les oeufs et les légumes verts. La vitamine K2, quant à elle, intervient dans l'action du calcium sur les os. Elle favorise l'ancrage de ce minéral dans l'os auquel il va s'intégrer. Opérant en tant qu'hydroxyapatite, elle agit aussi sur l'ostéocalcine. Cette dernière est une hormone protéique non-collagène. Les excédents de gamma-carboxyglutamate, formés par la vitamine K2 lors de son implication sur la carboxylation de quelques copeaux de protéines de glutamates, jouent un rôle indispensable dans l'ossification.


La ménaquinone est formée par les bactéries des micro-organismes, notamment l'Escherichia Coli, se trouvant dans le tube digestif et constituant la flore intestinale. Il est également possible de la retrouver dans l'alimentation, à savoir dans les huiles de poisson, le yaourt, le fromage, le lait et le foie. La vitamine K agit en général sur la régulation de l'activité vasculaire. Cependant, il faut savoir que cette vitamine ainsi que ses propriétés n'ont pas été découvertes sur un claquement de doigt uniquement.


vitamine k
Il a fallu des recherches, des études et des expérimentations cliniques qui ont finalement débouché sur des résultats satisfaisants. C'est justement ce qu'a fait Carl Peter Henrik Dam, biochimiste danois. En 1920, il a fait ses expériences sur des poulets dans le but de connaître les caractéristiques réelles du cholestérol. Il a utilisé de la nourriture peu riche en lipides pour alimenter la volaille. Avec le temps, diverses hémorragies se sont manifestées sur ces animaux et ont persisté malgré des rajouts de lipides dans l'alimentation. Suite à ce résultat, le biochimiste a commencé à tourner ses études vers une autre hypothèse: le manque d'action de ces substances sur la coagulation. Le génie a alors composé la substance requise et a appelée cette dernière la vitamine de la coagulation ou encore Koagulations Vitamin, d'où le diminutif K.


Avec l'aide du biochimiste américain Edward Adelbert Doisy, Dam mettra au point la vitamine K en 1939 et les deux scientifiques se verront décerner le Prix Nobel de médecine quatre années plus tard. Depuis ce jour, la vitamine K, en tant que produit pharmaceutique, se présente sous forme de vitamine liposoluble. De ce fait, elle n'est soluble que dans les lipides et les autres nutriments n'auront aucun effet sur elle. Il est connu que les besoins en vitamines K sont très variables, selon l'âge et le sexe. Ainsi, pour les nourrissons de moins de 6 mois, il faut des apports quotidiens de 2 µg. À partir de 6 mois jusqu'à un an, 2,5 µg sont nécessaires. Ensuite, jusqu'à l'âge de 3 ans, le bébé a besoin de 30 µg. Puis jusqu'à l'âge de 8 ans, l'enfant nécessite des apports quotidiens de 55µg de vitamine K. De 9 à 13 ans, 60 µg sont nécessaires à l'organisme. De 14 à 18 ans, l'adolescent a besoin de 75 µg. C'est à partir de l'âge de 19 ans que les apports satisfaisants de vitamine K des hommes et des femmes diffèrent largement. Ainsi, l'homme exige 120 µg et la femme, quelle que soit sa condition physique - qu'elle soit normale, enceinte ou allaite -, n'a besoin que de 90 µg. Toute carence en vitamine K, ou hypovitaminose K, peut amener le sujet à être facilement exposé à l'ostéoporose, aux hémorragies internes, aux règles abondantes notamment pour les femmes, aux divers saignements, aux ecchymoses et également à de plus grands risques de fractures. Les excès en vitamines K ne sont par contre pas néfastes à la santé. Il est donc préférable de surveiller le taux de cette vitamine pour éviter qu'il soit en baisse. La vitamine K est un élément généralement très important pour le sang et les os, par conséquent pour la bon fonctionnement du métabolisme. Puisque la vitamine K possède des vertus médicamenteuses, il serait préférable de ne prendre en prendre sans avis médical.

Le Vendredi 28 Août 2009 à 12:01
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  santé, nutrition, diététique Santé et diététique


fleche Voir les autres articles commençant par V
 
Articles précédents :
  •  Trombe marine : phénomène impressionant
  •  Historique de la Palestine
  •  Piscine bois hors sol : comment choisir ?
  •  Axolotl : amphibien que l'on peut désormais avoir en aquariu...
  •  Expresso machine à café automatique : comment choisir ?...

Articles suivants :
  •  Carrelage salle de bain : comment choisir ?
  •  Staten Island : l’endroit qu’il faut visiter à New York...
  •  Ecran plasma : comment choisir ?
  •  Poupée Danse Dora : une poupée originale
  •  Vitamine A : où la trouver ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   nutrition Nutrition



La vitamine K joue un rôle très important sur l'organisme et le corps. Elle est divisée en deux catégories: la vitamine K1 ou encore phylloquinone et la vitamine K2 ou ménaquinone. La première intervi...