Vitamine B12 : dans quels aliments ?


Partager




L'histoire de la découverte de la vitamine B12 est étroitement liée au problème de l'anémie pernicieuse. Des recherches menées dans les années 1920 ont pu établir que des extraits de foie pouvaient guérir les chiens atteints par ce type de maladie. Ce n'est que vingt-huit années plus tard, en 1948, que deux chercheurs, Brinks et Rikes, ont réussi à extraire du foie la substance qui aurait un effet curatif sur l'anémie. Les chercheurs l'ont baptisée vitamine B12. La cobalamine - c'est l'autre nom de la vitamine B12- est importante pour la santé humaine notamment parce qu'elle est nécessaire dans le fonctionnement du système nerveux, la croissance ainsi que la division cellulaire. Elle tient aussi un rôle non négligeable dans la synthèse de l'ADN, de la myéline, de l'ARN et dans le fonctionnement des hématies. Une fois qu'elle est ingérée par le corps, la vitamine B12 doit nécessairement se lier à une protéine -une glycoprotéine de liaison -sécrétée par l'estomac. Si l'organisme ne produit pas cette protéine spécifique qu'on appelle aussi aussi le facteur intrinsèque, l'absorption de la vitamine B12 n'a pas lieu, ce qui veut dire que ladite vitamine ne pourra pas circuler dans le sang.


Outre l'absence de ce facteur intrinsèque, la gastrite atrophique chronique est aussi à l'origine de la malabsorption de la vitamine B12 ainsi que la prise de certains médicaments liés au traitement de cette maladie. On peut citer le Chloramphénicol, la Néomycine, la Chlolestyramine et la Metformine. Par ailleurs, l'organisme dispose d'une importante réserve de vitamine B12. Il se peut donc que le médecin traitant ne décèle que tardivement les manifestations de la carence sur le sujet.


Les symptômes liés au manque ou à l'absence de vitamine B12 sont principalement d'ordre neurologique, psychiatrique et hématologique. Comme effets néfastes sur le plan psychiatrique, nous pouvons citer l'irritabilité, la dépression, la démence, les troubles de mémoire, les troubles de la personnalité et même la psychose. Sur le plan neurologique, la carence en vitamine B12 provoque la neuropathie périphérique et la paresthésie. Comme la vitamine B12 joue un rôle primordial au niveau de la formation des globules rouges, sa carence entraîne des conséquences néfastes sur le plan hématologique. Nous pouvons citer entre autres la pancytopénie et l'anémie mégaloblastique. Certaines études tendent même à montrer que la carence en vitamine B12 augmente le risque d'infarctus du myocarde. D'autres symptômes, outre ce que l'on vient d'indiquer, peuvent aussi être caractéristiques d'une carence en vitamine B12 : la faiblesse, la fatigue, les nausées, l'essoufflement, la constipation, la perte d'appétit, les flatulences et la perte de poids. La carence en vitamine B12 peut aussi avoir pour conséquence des difficultés à marcher ainsi que des fourmillements dans les membres.
vitamine b12


L'organisme humain ne produit pas de vitamine B12. Par contre, on en trouve en abondance chez certains animaux. Ainsi, pour 100 grammes de foie de boeuf, on a 110 microgrammes de cobalamine et pour 100 grammes de foie de mouton, on en a 65 microgrammes. Les rognons de boeuf de veau et de porc en contiennent également sans oublier le foie de volaille. Certains poissons en fournissent également: le maquereau, la sardine, le saumon, la morue, le hareng ainsi que le thon. Les produits laitiers sont aussi un réservoir de vitamine B12 ainsi que les oeufs. La cobalamine n'existe pas dans les aliments d'origine végétale, ce qui expose les végétariens aux dangers que l'on a cités précédemment. Fort heureusement, il existe des aliments qui peuvent compenser la perte en vitamine B12. Par exemple des steaks végétaux ou du lait de soja enrichi à la vitamine B12. Le manque de vitamine B12 entraîne, comme on le voit, plusieurs conséquences négatives pour la santé. A contrario, sa présence dans l'organisme peut avoir des effets positifs. Cette remarque vaut surtout pour les personnes du troisième âge. Ainsi, des études ont montré que les personnes âgées qui n'avaient pas de carence en vitamine B12 présentait moins de risques de voir leur cerveau se rétrécir. La présence de vitamine B12 serait aussi un facteur favorisant la survie face au cancer. Quelquefois, la vitamine B12 peut servir pour un usage thérapeutique. En ophtalmologie par exemple où, sous forme de collyre, elle sert à la cicatrisation de l'oeil. En neurologie, elle joue le rôle d'antalgique lorsque surviennent quelques complications.

Le Vendredi 04 Septembre 2009 à 13:12
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  santé, nutrition, diététique Santé et diététique


fleche Voir les autres articles commençant par V
 
Articles précédents :
  •  Travail indépendant à domicile : que faire ?
  •  Poussette bébé : comment choisir ?
  •  Rolex : montres de luxe
  •  Mapquest : société de cartographie
  •  Chapelle Sixtine : palais au célèbre plafond par Michel Ange...

Articles suivants :
  •  Fermentation : c'est quoi ?
  •  Chauffe eau électrique : comment ça marche ?
  •  Méthodes d’allongement du pénis
  •  Végétalien : comment éviter les carences ? définition.......
  •  Herboriste : en France, un métier qui disparaît...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   alimentation Alimentation
   sante Santé



L'histoire de la découverte de la vitamine B12 est étroitement liée au problème de l'anémie pernicieuse. Des recherches menées dans les années 1920 ont pu établir que des extraits de foie pouvaient gu...