Tapisserie de Bayeux : image de la Tapisserie de la reine Mathilde


Partager




La tapisserie de Bayeux, avec ses 70 mètres de longueur sur 50 centimètres de largeur, est nommée « Mémoire du Monde » en 2007 par l'UNESCO. Il s'agit d'une broderie en laine sur une toile de lin illustrant entre autres la fameuse conquête de l'Angleterre par le duc de Normandie Guillaume le Conquérant, face au beau-frère du roi Édouard le Confesseur, le comte Harold Godwinson qui, lui aussi, bataillait pour le même trône. Cette toile aurait été confectionnée suite à la bataille d'Hastings le 14 Octobre 1066, l'ultime bataille de Guillaume. Mais l'identité de son auteur réel relève encore de nos jours d'un quiproquo total, n'ayant jusqu'ici aucune preuve exacte. Elle a fait partie de la collection de la cathédrale Notre-Dame de Bayeux dès son inauguration en 1077 jusque vers la fin du XVIIIè siècle. Et si l'on a été jusqu'à créer un musée à son effigie depuis les années 2000, c'est parce que cette toile a bel et bien quelque chose de spécial. L'oeuvre, connue aussi en tant que Tapisserie de la reine Mathilde, ou Telle du Conquest, relate des faits historiques selon la vision normande, et notamment les événements clefs du Moyen Age concernant la Normandie et l'Angleterre.


Toutefois, cette vision ne met pas complètement de côté le point de vue anglais. Mais elle tranche surtout sur l'idée que cette invasion normande était tout a fait légitime. Elle y décline plusieurs raisons, notamment la trahison du comte Harold vis-à-vis de Guillaume, alors que ce dernier l'avait libéré des griffes du comte Guy de Ponthieu. Cette trahison est le fruit d'un serment qu'il aurait fait et qu'il n'aurait pourtant pas honoré. Et c'est ainsi que naquit la rivalité entre les deux hommes.


La tapisserie met en valeur les tenues vestimentaires, les animaux mythologiques, les navires vikings, les chevrons, les châteaux, les fables et notamment le style de vie de cette ère. Elle a pris le nom de « Tapisserie de Bayeux » surtout dans le but de mentionner la cause religieuse de la conquête, et notamment d'évoquer en grande partie le fait que l'évêque de Bayeux, Odon de Conteville, y a fortement contribué. Cet évêque en question n'est autre que le demi-frère de Guillaume. Il aurait, selon les suppositions, usé d'un certain abus concernant la réalisation de la toile, afin de mettre ses partisans, les saintes reliques de Bayeux ainsi que sa propre personne dans la position la plus avantageuse concernant cette victoire normande face à l'Angleterre. D'où la déduction des historiens qu'il est donc le commanditaire de cette toile. Le contexte religieux met donc en scène le « Jugement dernier de Dieu », se penchant pour la victoire normande. Toutes les scènes défilant sur cette gigantesque broderie sont commentées en latin.
tapisserie bayeux


La première partie de ces scènes relate les essentielles aventures du comte Harold, notamment sa fameuse trahison qui a entraîné son excommunication, puis son retour en Angleterre et la façon dont il en est devenu le roi. Puis, l'histoire de Guillaume le Conquérant, tous les préparatifs à la conquête de l'Angleterre. La toile illustre explicitement le passage de la comète de Halley, et bien d'autres événements marquants de cette ère. Elle représente aussi les personnages importants, à part tous ceux déjà nommés, tels les chevaliers Wadard, Vital, Turold, et bien d'autres encore. La broderie a su refléter la rage de vaincre, toute l'animosité, ainsi que la cruauté des scènes, sanglantes ou non. Un véritable chef d'oeuvre fait à partir de huit couleurs naturelles et non pré-fabriquées, aussi étonnant soit- il, et représente en tout mille cinq cent quinze variétés de sujets. De quoi rester béat d'admiration. En ce qui concerne le musée, il est ouvert tous les jours, sauf lors de la fermeture annuelle qui dure neuf jours, et est doté d'audio-guides multilingues, avec des horaires et tarifs à la portée de tous. Depuis peu, cette toile a été l'inspiration à des concours de broderie. Au fil des siècles, la Tapisserie de Bayeux a su mettre sa signature dans l'histoire du Monde. Pleine de mystères, et pourtant riche en informations, elle sait attirer l'attention de tout un chacun. Et puis par ailleurs, comment ne pas succomber à une beauté réelle d'une longueur de 70 mètres. Oui, cette célèbre broderie attire hommes et femmes, petits et grands. Ce chef d'oeuvre est plus qu'une beauté fatale, il est plus qu'un simple passage, il est toute une vie, toute une ère.

Le Jeudi 18 Juin 2009 à 10:44
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  tourisme france, lieux touristiques, tour eiffel, louvre, musée Monuments et lieux touristiques en France :
découvrir le patrimoine historique français



fleche Voir les autres articles commençant par T
 
Articles précédents :
  •  Iron Maiden : discographie d'un groupe mythique
  •  La Chanson du Dimanche : "petit cheminot" sur Youtube un vra...
  •  Musée Courbet à Ornans
  •  Château de Roquetaillade en Aquitaine
  •  Ju-Jitsu : quel est cet art martial provenant du Japon ?

Articles suivants :
  •  Juventus de Turin : 4è plus ancien club de football et équ...
  •  Danielle Lloyd : ancienne Miss Angleterre
  •  Histoire du théâtre
  •  Les critères de divisibilité : définition...
  •  Stade Vélodrome : tout un symbole pour les marseillais...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   musees Musées
   musees d histoire Musées d'Histoire



La tapisserie de Bayeux, avec ses 70 mètres de longueur sur 50 centimètres de largeur, est nommée « Mémoire du Monde » en 2007 par l'UNESCO. Il s'agit d'une broderie en laine sur une toile de lin illu...