Talkie-walkie : comment ça marche ?


Partager




Actuellement, malgré l'utilisation massive des téléphones portables, on est obligé, pour une raison ou une autre, d'avoir accès à d'autres moyens plus économiques et pourtant tout aussi rapides et pratiques comme le talkie-walkie. Appelé aussi walkie-talkie par les Anglais, c'est un poste de communication de courtes distances, à l'opposée du téléphone.



Conçu par le professeur Hings pour être utilisé le plus souvent par un groupe de personnes afin de leur permettre de rester en contact pendant une durée déterminée, le talkie-walkie est un appareil émetteur- récepteur radio qui évolue sur les fréquences VHF et UHF selon le type, et donc en général muni d'antenne pour capter et émettre les ondes. Son utilisation est libre, ne nécessite pas un réseau téléphonique pour fonctionner et n'oblige à aucune souscription, ni abonnement. Il suffit de l'acheter, de mettre en place les piles ou la batterie. Il fonctionne comme un poste radio, ou un poste téléviseur, à l'aide de fréquences, soit UHF soit VHF ou les deux à la fois selon les modèles. On peut trouver sur le marché des modèles peu encombrants pouvant rentrer dans une poche de chemise. Très facile d'utilisation, il suffit de brancher le poste comme pour brancher une radio, le mettre en marche et d'actionner un bouton pour parler et le désactionner pour écouter. Pour communiquer, les correspondants doivent se mettre sur la même fréquence et le même canal, par exemple sur UHF, 434, 7900 MHz.


En utilisant cette même émission, ils pourront communiquer librement dans un rayon de 1 à 7 kilomètres, selon la puissance du poste : c'est la puissance apparente rayonée qui détermine la portée de l'appareil, c'est-à-dire sa capacité d'émission et de réception. Mais cette portée est relative puisqu'elle dépend en grande partie de l'environnement, si on est à l'intérieur d'un grand bâtiment ou à l'extérieur entouré de gratte-ciels, ou encore dans une forêt, ...


L'espace joue un rôle important dans la qualité de la communication et l'écoute peut ainsi être dérangée par un brouillage toutefois, plusieurs modèles récents ont été conçus pour être fonctionnels même entourés de béton. Le talkie-walkie est très utile, par exemple, pour les gens dont l'emploi exige une grande mobilité et qui doivent communiquer en permanence à l'intérieur d'un grand bâtiment, car il évite l'appel téléphonique portable, qui coûte cher au bout de quelques heures de communication, ou du fixe qui n'est pas toujours disponible là où on se trouve. La seule condition, c'est de s'assurer que la batterie n'est pas épuisée. Et en parlant de batterie, il y a des appareils qui sont alimentés selon les gammes, soit avec une batterie, soit avec des piles rechargeables, soit avec des piles non rechargeables. L'autonomie variera donc en fonction du type d'alimentation, de la puissance de l'appareil, de la consommation et des options : de quelques heures à quelques jours.
talkie walkie


Un talkie-walkie doté d'un écran avec affichage, de sonneries d'appel ou de signal de confirmation, de réglage volume, de recherche automatique de canaux et fonctionnant avec des piles rechargeables, bref genre "design", comme le SWITEL WTC 520 ou le MOTOROLA TLK RT3 n'aura pas la même autonomie qu'un autre, de modèle très simple ne possédant pas ces options. A titre indicatif, dans la catégorie simple et de faible puissance, le LPD (Low Power Device) a une portée de 1 kilomètre, avec une autonomie de quelques jours, car la consommation est faible pour une puissance apparente de 10mW. Il fonctionne sur fréquence UHF qui inclut 69 canaux, possède une bonne pénétration dans le béton et le brouillage est faible. La PMR 446 (Professional Mobile Radiocommunication), qui est la version rénovée de l'ancienne RPS (Radiocommunication Professionnelle Simplifiée), est destinée pour le grand public ou pour l'usage professionnel. Elle a une portée de 2,5 à 3,5 kilomètres selon l'environnement sur UHF avec 8 canaux. A savoir que l'ancienne RPS ne fonctionne pas avec les mêmes fréquences que la PMR. Cette dernière a une puissance de 500 mW, usant d'une plus grande consommation pour une autonomie de quelques heures. Elle a également une bonne pénétration dans le béton et est peu encombrante. La PMR coûte un peu plus chère pour les marques qui sortent du matériel professionnel à licence, soumis à une taxe annuelle. Ces dernières sont réservées, en général, à l'usage professionnel ou aux associations et possèdent un ou plusieurs canaux sur UHF et VHF, une grande puissance de 1 à 5 W et donc une grande consommation adaptée à une batterie de grosse capacité. Les dernières versions sont IP 54 qui est étanche et USA MIL-STD-810 renforcée et aux normes militaires.

Le Mardi 06 Janvier 2009 à 12:03
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  nouvelles technologies, informatique, electronique, electroménager Nouvelles technologies : des progrès qui nous
facilitent la vie



fleche Voir les autres articles commençant par T
 
Articles précédents :
  •  Philipp Petzschner : joueur de tennis allemand
  •  Éducation Nationale en France
  •  Les pirates somaliens : qui sont-ils ?
  •  Produits cosmétiques naturels : quels sont-ils ?
  •  Accident d'ascenseur : comment l'éviter ?

Articles suivants :
  •  Centre de rétention administrative de Vincennes
  •  Le Téléphone mobile : histoire d'une des plus grandes inve...
  •  Noël Mamère : homme politique français devenu avocat...
  •  Paul Lederman : qui est ce producteur français ?
  •  Chlorure de magnésium : un bienfait pour la peau ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






Actuellement, malgré l’utilisation massive des téléphones portables, on est obligé, pour une raison ou une autre, d’avoir accès à d’autres moyens plus économiques et pourtant tout aussi rapides et pra...