Spasmophilie : un syndrome qui touche de plus en plus de monde


Partager




Spasmophilie De par sa définition, la spasmophilie n'est pas réellement une maladie, c'est plutôt une pathologie ou un syndrome. Les professionnels de la santé l'associent surtout à la réaction de la peur, et c'est un cas fréquent chez les femmes. Mais, elle peut aussi être due à une hyperventilation suite à une tension nerveuse.



Elle se manifeste le plus souvent par les signes ci-après : une sensation de chaleur, de froid ou d'étouffement, des picotements ou fourmillements au niveau des lèvres, des doigts ou du visage, une oppression, une douleur thoracique, des crampes gastriques, des vertiges, des secousses cardiaques, une tension douloureuse, une sensation de perte de connaissance sans être réelle, une sensation de vide dans la tête, ou une sensation d'être détaché du monde, une boule dans la gorge, une angoisse irraisonnée, des palpitations, une douleur dans la poitrine, des nausées, un sentiment de panique, une brûlure d'estomac, une aérophagie, une fatigue soudaine, des crispations, une dépression nerveuse, etc... Les crises peuvent engendrer une insomnie ou le contraire, le sommeil. Les crises ne sont pas vraiment spécifiques et des symptômes banals peuvent en être aussi les signes, tel l'anémie, la carence en fer, en magnésium ou en calcium. Les spasmophiles ont la plupart du temps une tension artérielle basse et sont sujets à l'hypocalcémie. Des médicaments pour soigner la spasmophilie n'existent pas, mais par contre, un traitement et un suivi s'imposent.


Ce que l'entourage d'un spasmophile devrait savoir, c'est que ce cas doit être pris en compte et qu'on ne peut en aucun cas le négliger. Les facteurs les plus aggravants sont les suivants : la fatigue, le stress, le changement de mode de vie, les troubles ou manques de sommeil, les émotions violentes, l'intolérance à certains aliments, l'absence d'une activité sportive régulière...


spasmophilie
Le traitement de la spasmophilie ne rélève pas uniquement du corps médical, étant donné qu'elle n'est pas encore classée une réelle maladie, c'est l'entourage et la société qui en sont surtout le gardien. Les corps des spasmophiles ne peuvent retenir le calcium, et en cas de crise, il faut tout de suite y remédier. Pendant une crise, les malades ressentent un danger imminent, malgré qu'en général, ils sont fragiles mais très résistants. Comme elle n'a encore aucune définition médicale propre, les médecins la considèrent souvent comme un trouble patho-physiologique de nature anxio-dépressive. Les manifestations d'angoisse se traduisent par une perturbation biologique, d'où les diverses sensations ressenties par les sujets. En guise de traitement, comme cela a déjà été dit, il n'existe pas encore des médicaments.



En premier lieu, pour éviter que la crise se répète souvent, veillez à ce que le sujet ait une alimentation équilibrée, afin qu'aucune carence en calcium, magnésium, fer ou autre ne soit la source de ses maux. Il doit respecter la durée de sommeil minimale ou même la dépasser un peu pour éviter l'hyposommeil. Par ailleurs, une activité sportive régulière diminuerait les risques de crise. Il n'est nul besoin de vouloir devenir professionnel, il suffit de pratiquer régulièrement un exercice physique, et là, seul le sujet peut savoir le sport qui lui convient.


Quand on dit qu'un sport convient à quelqu'un, il faudrait qu'il puisse le faire avec plaisir, sans aucune appréhension, car dans ce cas, il risque d'augmenter le stress qui n'est pas du tout favorable à sa situation. Lors d'une crise très douloureuse, un calmant ou un sédatif pourrait alléger les maux. Un cas de spasmophilie n'est pas encore reconnue médicalement, mais si on ne le prend pas en charge dès le début, il risque de s'aggraver. Des crises répétitives diminueraient la résistance du sujet, d'où un affaiblissment certain de ses forces, qui pourrait entraîner d'autres maladies. La fréquence des diagnostics erronés inciterait le sujet à perdre confiance au corps médical et risquerait de le pousser à cacher ses crises, ce qui impliquerait le non-traitement des symptômes et l'aggravation de son cas.
spasmophilie


Tout cela augmenterait la fatigue du sujet et la situation sera encore plus difficile à rétablir. Les médecins peuvent établir un diagnostic de cette pathologie "spasmophilie", mais c'est surtout l'entourage qui aura la charge de prendre soin de notre malade, une attention particulière serait sollicitée lors des crises. Mais la prévention de ces crises serait le meilleur remède pour le sujet et là aussi, la mission de l'entourage serait de l'assister et de l'aider à respecter un régime alimentaire sain, de l'inciter à faire régulièrement des exercices physiques visant à stabiliser sa tension nerveuse. La spasmophilie n'est pas une maladie, soit, c'est une pathologie, il n'existe pas de vaccin ou de médicaments pour le soigner, mais elle n'est pas non plus incurable. La société ou la communauté dans laquelle le malade vit a une responsabilité envers le sujet atteint de ce syndrome : celle de lui accorder de la patience lors des crises, c'est le meilleur soin qui peut guérir plus vite que toutes les inventions médicales.

Le Mercredi 12 Novembre 2008 à 10:16
Article écrit par Caro ()


Cet article est lié aux dossiers suivants :
  Les troubles anxieux, enfant anxieux, troubles de la personnalité, troubles psychiques, anxiété, troubles comportement, troubles anxieux et dépressifs, psychiatrie, Les troubles anxieux : comment vivre avec ces
troubles psychopathologiques ?

  Psychopathologie, schizophrénie, psychologie, dépression, angoisse, psychopathologie de la vie quotidienne, psychopathologie enfant, psychopathologie de l adolescent, freud, psychologue, psychiatrie, phobie, peur, psychanalyse, autisme, anxiété, dyslexie, Psychopathologie : une réponse aux troubles
mentaux et psychologiques ?



fleche Voir les autres articles commençant par S
 
Articles précédents :
  •  Comment raffermir les fesses ?
  •  Comment fonctionne l'oeil ? zoom sur un organe complexe
  •  Les tapis : noués main, tissage mécanique, classique, modern...
  •  Inno : une chaîne de grands magasins en France et en Belgiqu...
  •  Porte blindée : comment choisir ?

Articles suivants :
  •  Mozilla thunderbird : un bon logiciel de messagerie ?
  •  Crip Walk ou C-Walk : comment réaliser ce pas importé par ...
  •  Bruce Lee : biographie d'un acteur hors normes
  •  Comment éliminer les aoûtats ?
  •  Cafards : comment s'en débarasser ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 gerger a écrit [21/11/2008 - 23h31] 
gerger

spasmophilie comme la fibromyalgie est la cause d'une intoxication aux metaux lourds, suffit de faire des tests de mobilisation zndtpa dmps





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   sante mentale Santé mentale



De par sa définition, la spasmophilie n'est pas réellement une maladie, c'est plutôt une pathologie ou un syndrome. Les professionnels de la santé l'associent surtout à la réaction de la peur, et c'es...