Somnifères : Précautions, Insomnie, Médicaments, Personne Agée


Partager




Les somnifères sont de nos jours une panacée contre les troubles du sommeil et leur usage est de plus en plus répandu, surtout en France, championne de la consommation de somnifères et d'anxiolytiques. Au niveau pharmacologique, ces produits sont considérés comme des hypnotiques, classés en différentes sortes. Les somnifères les plus courants sont les benzodiazépines, tels l'estazolam, le nitrazépam ou encore le loprazolam, et sont parfois employés comme anxiolytiques.



A noter que les barbituriques ne sont plus utilisés contre l'insomnie de nos jours en raison des réactions cutanées très graves observées et sont réservés au traitement de l'épilepsie. Prescrits pour une durée légalement limitée à quatre semaines, les somnifères ne doivent pas être utilisés régulièrement. En effet, en dépit de leur effet bénéfique sur l'endormissement, les hypnotiques présentent également des défauts qui peuvent devenir nocifs pour la santé à terme. Le risque de pharmacodépendance, d'abord, constitue un des effets secondaires inévitables, ainsi que l'altération de la structure du sommeil. Les somnifères provoquent en effet un déséquilibre entre le sommeil lent et le sommeil rapide ou paradoxal. Ils peuvent de plus s'accompagner de divers troubles au réveil. Si on connaît depuis la nuit des temps, et les premières insomnies de nos ancêtres, l'effet des plantes pour déclencher le sommeil, aujourd'hui, l'insomnie est devenue un véritable fond de commerce.


Dans la pharmacopée, les familles de médicaments dits hypnotiques se sont multipliées au point que en France, les pouvoirs publics ont commencé à réduire le nombre des produits potentiellement dangereux ou pour lesquels les risques d'abus sont trop importants. Les modalités de prescription sont de plus en plus encadrées et leur durée a été réduite. Pour les traitements à base d'hypnotiques, elle est descendue à deux à quatre semaines, deux seulement pour le triazolam.


Les anxiolytiques sont limités à douze semaines ainsi que les benzodiazépines en raison de leur effet d'amnésie dite antérograde, d'où la triste réputation de « drogue du violeur ». Les somnifères sont contre-indiqués en cas de grossesse et d'allaitement et sont réservés à l'adulte. Les nouvelles formules de somnifères diminuent les risques de dépendance et d'amnésie, le zolpidem et la zopiclone, par exemple, présentent l'avantage de mieux préserver la qualité du sommeil. Cependant, le traitement doit rester le plus bref possible et s'accompagner d'un arrêt progressif. La lutte contre l'insomnie doit passer par la recherche de ses raisons car la consommation de somnifère ne fait que repousser le problème. Si les troubles du sommeil sont importants, un suivi médical s'impose mais s'ils restent légers et ponctuels, stress face à un examen ou une embauche, par exemple, on peut recourir à l'automédication. De nombreux médicaments sans ordonnance à base de plantes luttent efficacement contre ces troubles peu tenaces. N'hésitez pas à prendre conseil auprès de votre pharmacien qui vous dira s'il faut s'orienter vers une médication lourde ou non selon votre profil de dormeur.
somniferes



Le Mardi 18 Septembre 2007 à 16:10
Article écrit par regine ()


Cet article est lié aux dossiers suivants :
  Sommeil , paradoxal, du bébé, réparateur, le dossier du sommeil Sommeil , paradoxal, du bébé, réparateur, le
dossier du sommeil

  ethique, bioéthique Problématiques médicales : quand médecine rime
avec éthique



fleche Voir les autres articles commençant par S
 
Articles précédents :
  •  Club Internet : fournisseur d'accès à Internet haut et bas d...
  •  Alain Duhamel : journaliste politique français de renom...
  •  Aix-en-Provence : commune française de la région Provence-Al...
  •  Calculatrice graphique : pour analyser les graphes de foncti...
  •  Les bidonvilles : quand la misère « squatte » la surface du ...

Articles suivants :
  •  Sofia Coppola : actrice, réalisatrice, scénariste et produ...
  •  Editions Gallimard : maison d'édition française de renom...
  •  Bulgarie : pays d'europe balkanique où le tourisme balnéai...
  •  Michael Jordan : le meilleur joueur de basketball de tous ...
  •  Amphétamine : pour stimuler le système nerveux central, tr...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 2 commentaires pour cet article :

 Mana a écrit [18/09/2007 - 17h11] 
Mana

Dans la mesure du possible, il faut à tout prix éviter les somnifères même ceux qui se disent homéopathiques. Quoi qu'on en dise les somnifères entrainent une dépendance et il n'est pas rare qu'on entende quelqu'un dire "j'ai mal dormi cette nuit parce que je n'ai pas pris mon somnifère"




"If you talk to God you're religious. If God talks to you, you're psychotic."


 Ley a écrit [19/09/2007 - 18h01] 
Ley

Il m'est arrivé une seule fois de prendre des somnifères, ce qui m'a fait comater pendant quelques jours. Pourtant je n'avais pris que la moitié d'un comprimé !!! Il vaut mieux éviter de prendre ce genre de médicaments. On peut vite en devenir dépendant. :-o




Rien ne sert de courir, il faut partir à point...



Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   sante Santé
   maladie Maladie



Les somnifères sont des médicaments qui ont le pouvoir de provoquer le sommeil et sont donc prescrits dans certaines formes d’insomnie. Le risque de dépendance étant loin d’être négligeable, leur usag...