Sœur Emmanuelle : une personnalité hors du commun


Partager




Soeur Emmanuelle, de son vrai nom Marie-Madeleine Cinquin, est née le 16 novembre 1908 à Bruxelles, en Belgique et s'est éteinte le 20 Octobre 2008 à la veille de son centième anniversaire dans le département du Var, dans le sud de la France. Elle était à la fois religieuse et écrivain. Elle voulait faire ses études à l'Université Catholique de Louvain, une idée qui ne plaisait guère à sa mère. Madeleine Cinquin est acceptée en tant que postulante, le 6 Mai 1929, à la congrégation Notre-Dame de Sion, malgré l'opposition de sa mère. Française du côté de son père et belge du côté de sa mère, elle a passé une bonne partie de sa vie dans un bidonville de la capitale égyptienne où elle s'est occupée des enfants les plus démunis, ce qui lui a valu le surnom de « la chiffonnière des bidonvilles ». Elle rentre au couvent et prononce ses voeux de religieuse à l'issue de ses études en sciences philosophique et religieuse, le 10 mai 1931. Depuis, elle s'est faite appelée Soeur Emmanuelle, Emmanuelle qui signifie 'Dieu est avec nous' en hébreu..


Elle a été envoyée en Turquie pour enseigner dans une école de jeunes filles en difficulté avant de s'occuper de l'enseignement des lettres au lycée Notre-Dame de Sion à des jeunes filles de familles aisées. Mais elle avait des différends avec sa nouvelle supérieure et part alors en Tunisie pendant trois ans, donner des cours à des filles d'origines françaises. Après l'obtention de sa licence ès lettres à la Sorbonne à Paris en 1959, elle a de nouveau été envoyée en Istanbul.


Elle a été ensuite affectée en Egypte au collège de Sion à Alexandrie mais elle ne s'y plaisait pas. En effet, ses élèves, principalement issus de familles aisées, méprisaient les gens pauvres. C'est pour cette raison qu'elle a arrêté l'enseignement de la philosophie et s'est chargée de l'éducation des filles des quartiers défavorisés. Elle a pris sa retraite en 1971 et projetait de s'occuper des lépreux au Caire mais a dû renoncer suite à des complications administratives. C'est ainsi qu'elle décide de s'installer à Ezbet-Al-Nakhl, un bidonville très pauvres de la capitale Egyptienne. Elle vivait parmi les plus démunis dont les seules sources de revenus étaient liées à la récupération des déchets, alors qu'elle est issue d'une famille qui a fait fortune dans la lingerie fine. Elle a réussi à améliorer les conditions de vie dans ce bidonville avec la collaboration de plusieurs églises locales. En 1976, l'évêque Athanasios, le fondateur de la congrégation Copte-orthodoxe des filles de Marie de Béni-Souef a autorisé Soeur Sarah à rejoindre Soeur Emmanuelle à Ezbet-Al-Nakhl dans le but de la seconder dans ses actions.
soeur emmanuelle


Elle sort en 1977 son premier livre intitulé « Chiffonnière avec les chiffonniers », parlant des conditions de vie difficiles et des actions qu'elle a menées. En 1980, avec les fonds qu'elles ont récoltés aux Etats-Unis, les deux soeurs ont fondé le Centre Salam avec des dispensaires, des écoles, des jardins d'enfants et des centres de formation. En 1982, elle confie la gestion de son bidonville pour pouvoir partir à Mokattam afin de s'occuper de 23 000 personnes qui y vivaient dans la pauvreté totale. Soeur Emmanuelle n'a pas cessé de solliciter des aides et de mobiliser les autorités en utilisant son charisme, ce qui a permis au bidonville d'avoir accès à l'électricité et à l'eau courante. Elle a également donné un toit à un certain nombre de gens en construisant des bâtiments mais aussi une usine de compost. En 1985, elle poursuit ses oeuvres caritatives dans un bidonville de Meadi Tora et crée des foyers, des écoles et des dispensaires à Kharthoum au Soudan. En 1993, soeur Emmanuelle quitte l'Egypte pour rejoindre sa communauté en France. Parallèlement à ses oeuvres caritatives, elle est l'auteur d'une dizaine de livres dont « Un pauvre a crié, le Seigneur l'écoute », édition Emmanuel et sorti en 2005. Jacques Chirac a promu Soeur Emmanuelle au grade de la Légion d'honneur, puis Grand Officier de la Légion d'honneur le 31 janvier 2008 par Nicolas Sarkozy. Elle a fondé à 74 ans, l'Association Soeur Emmanuelle, qui s'occupe aujourd'hui de plus de 60 000 enfants dans le monde, mais également la Fondation Emmanuelle dans le but de poursuivre ses actions. Généreuse, déterminée et dévouée, tant de qualité qui ont fait de Soeur Emmanuelle une des personnalités la plus appréciée par l'opinion publique. Elle a rendu son dernier souffle à l'âge de 99 ans dans sa maison de retraite Le Pradon à Callian, et a été inhumée dans l'intimité conformément à sa volonté.

Le Samedi 03 Janvier 2009 à 14:19
Article écrit par Toli ()




fleche Voir les autres articles commençant par S
 
Articles précédents :
  •  Maison à toit plat : qu'est-ce que c'est ?
  •  Sanex : marque de produits hygiène et beauté
  •  Volume des cheveux : comment faire ?
  •  Télécharger de la musique gratuitement : comment faire ?...
  •  Fernando Alonso : pilote de Formule 1 très populaire

Articles suivants :
  •  Jean Claude Gaudin : maire de Marseille
  •  Maurane : qui est Claudine Luypaerts ?
  •  Ecopastille : qu'est-ce que c'est ?
  •  Fiabilité du test de dépistage du VIH
  •  Film opaque sur fenêtre comment faire?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   personnes Personnes
   religion catholique Religion catholique



Sœur Emmanuelle, de son vrai nom Marie-Madeleine Cinquin, est née le 16 novembre 1908 à Bruxelles, en Belgique et s’est éteinte le 20 Octobre 2008 à la veille de son centième anniversaire dans le dépa...