Sevrage de bébé : comment faire ?


Partager




Le sevrage est une étape clé dans l'apprentissage alimentaire de l'enfant. Cette période transitoire entre l'allaitement et l'introduction de la variété, en termes de nourriture, occasionne parfois des difficultés. Celles-ci s'expliquent par le fait que pour l'enfant, le sevrage ne se limite pas à l'espacement puis l'élimination des tétées. L'on sait que ces dernières marquent fortement leur routine de vie et leur élimination les affecte du point de vue émotionnel. La question du sevrage remet en question un lien privilégié entre la mère et l'enfant.



C'est la raison pour laquelle il est fortement recommandé de planifier cette démarche. En termes de calendrier, il est idéal de s'y prendre en dehors de moments critiques comme les poussées dentaires ou toute autre baisse de forme. Il est encore plus inadapté de procéder au sevrage juste au moment de reprendre le travail, après l'accouchement. Cela imposerait à bébé une double exigence d'adaptation, la non-satisfaction du désir de téter et l'absence de la mère pour le consoler. Ce qui ne peut que rendre le passage encore plus difficile. En tout cas, le sevrage ne doit être envisagé qu'à partir du moment où l'enfant a acquis une dentition assez élaborée pour assimiler des aliments solides. Tout dépend ensuite de la culture, en notant que dans certains pays d'Afrique, le sevrage ne se décide que vers 3 ans. Dans tous les cas, pour tempérer l'impact de cette véritable séparation sur l'enfant, la maman doit penser à s'y prendre par étapes. Ainsi, plusieurs jours avant la date choisie pour commencer le sevrage, elle peut procéder à une sorte de mise en condition de son enfant. Pour ce faire, elle peut tenter le biberon à la place de la tétée de la journée où il y a le moins de quantité de lait à fournir.


Celle-ci est identifiée normalement par la simple habitude. Il faut noter que le biberon sera préparé avec un lait adapté à l'âge de l'enfant. Si le sevrage intervient avant 4 mois, il est impératif de prendre du lait classé « premier âge ». La mère adopte ce rythme pendant 4 à 5 jours avant de remplacer une autre tétée, toujours la moins productive, par un deuxième biberon. Le rythme est travaillé dans la même logique jusqu'à ce que toutes les tétées aient été remplacées. L'ensemble de ces étapes successives devra s'étaler sur 5 à 6 semaines.


En tout cas, la mère doit être plus que jamais attentive à la réaction de sa progéniture. Câlins et tendresses doivent être décuplés pour manifester à l'enfant que l'on ne se désintéresse pas de lui pour autant. Si celui-ci affiche une sensibilité particulière, il n'est pas interdit de reprendre une tétée normale à la place d'un biberon mal accepté. Mais un nouvel essai sera effectué dans les meilleurs délais. Les mamans qui peuvent se le permettre ont, en outre, la possibilité d'adopter des espacements beaucoup plus longs que les 5 jours d'adaptation au biberon recommandés. Le refus des biberons peut être géré par diverses astuces. On peut jouer sur la programmation temporelle. Ainsi, on propose le premier au tout début de la journée quand bébé a le plus faim. Certains professionnels préconisent même que la position de bébé lors de la prise de biberon ne soit pas la même que lorsqu'il tétait au sein. Confier la tâche du biberon à une autre personne, préférentiellement le papa, peut aider l'enfant à se détacher plus facilement de l'ancien rite. Par ailleurs, il ne faut pas oublier de communiquer avec son enfant. Verbaliser les raisons qui le soumettent à ce nouveau style de vie est très important.
sevrage bebe


Pour les bébés de 6 à 7 mois, l'expérience de la tasse à bec peut être une bonne alternative s'ils refusent le biberon. Au-delà, il est question de s'assurer que l'enfant puise dans d'autres sources les bienfaits du lait, s'il n'apprécie pas ce dernier. Il est temps de l'initier au fromage blanc ou au yaourt. Il est important de rappeler les dispositions de l'Organisation Mondiale de la Santé par rapport au sevrage. Cette autorité préconise que l'allaitement de l'enfant soit maintenu aussi longtemps que possible au-delà de 6 mois. Elle n'assimile pas la diversification alimentaire à une obligation de sevrage. Pendant cette période, il est primordial de ne recourir qu'aux préparations lactées adaptées à l'organisme encore immature de bébé. En sachant que des produits spécifiques sont proposés pour les épisodes éventuels de diarrhées.

Le Vendredi 15 Juillet 2011 à 11:45
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  bébé, biberon, couches culottes, puériculture, crèche, nounou, prénoms bébé Bébé : entre les couches et les sourires, que du
bonheur !



fleche Voir les autres articles commençant par S
 
Articles précédents :
  •  Villes de Giverny et Vernon : tourisme et culture
  •  Brice : marque de vêtement pour homme
  •  Kate Middleton : biographie de la Duchesse de Cambridge dont...
  •  Auriculothérapie : méthode alternative pour se soigner, maig...
  •  Grève des salariés : que dit la législation ?

Articles suivants :
  •  Cycle économique : définition de cette théorie économique
  •  Liberté contractuelle : limites et valeur constitutionnell...
  •  Sandro : mode de luxe pour homme et femme
  •  Kwixo : transfert d'argent et paiement sécurisé en ligne
  •  Grossesse et allergie au sperme : possible ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   bebe Bébé



Le sevrage est une étape clé dans l’apprentissage alimentaire de l’enfant. Cette période transitoire entre l’allaitement et l’introduction de la variété, en termes de nourriture, occasionne parfois de...