Psychogénéalogie : pourquoi y avoir recours ?


Partager




La psychogénéalogie vient de l'assemblage des mots psychologie et généalogie. Elle a fait l'objet des études et des recherches menées dans les années 70 par Anne Ancelin Schützenberger, une psychologue française aux Etats-Unis d'Amérique avec la collaboration de Jacob Levy Moreno.



L'un des facteurs de base pour approfondir cette étude est le Théorème du Singe, lequel correspond à la répétition ou au rejaillissement des faits marquants, la plupart du temps négatifs, qui s'étaient déjà déroulés plusieurs générations auparavant dont les plus courants sont les secrets à tendance suicidaire ou à tendance agressive, les non-dits à conséquence fatale, les problèmes auxquels on ne trouve pas de solution, les conflits et les souffrances ainsi que les événements pénibles. Parfois, lorsqu'un fait se présente, on a un sentiment du déjà vu et du déjà vécu, qu'on a tendance à se référer sur un événement identique qui s'est déroulé antérieurement. Ce genre de pensée est en conformité avec ce qu'on appelle le « syndrome d'anniversaire ». Plusieurs recherches ont été effectuées par d'autres psychologues et psychanalystes, mais c'est surtout celle d'Anne Ancelin Schützenberger qui est remarquable par sa découverte révélatrice. Cette discipline est assez méconnue du commun des mortels, pourtant elle a son importance dans certaines situations, surtout pour les spécialistes afin de résoudre certains problèmes récurrents.


Quand des situations négatives ont tendance à se répéter, on peut les contourner grâce à la psychogénéalogie en les créant de façon anticipée. Dans ce sens, elle permet d'éviter que de tels évènements fâcheux se reproduisent et elle permet également de comprendre la conduite d'une personne dans telle ou telle situation. Il est fort probable qu'un même fait qui sera vécu par un descendant s'est déjà produit dans le passé. « Aïe, mes aïeux » de Anne Ancelin Schützenberger invoque avec précision et détails les explications suscitées.


Des cas de comportements, de maladies ou de troubles inconcevables et anormaux peuvent s'expliquer par des conflits, des secrets, des traumatismes ou des événements vécus par les ancêtres. Scientifiquement, la psychogénéalogie est issue de la psychothérapie et de la psychologie. Mises à part ces deux disciplines, d'autres concepts existent tels que l'approche systémique, l'approche psychanalytique, l'approche bio-psychogénéalogique et l'approche psychosomatique. Evoquons particulièrement l'approche systémique qui met en valeur l'implication de la famille. En effet, certaines circonstances se transmettent de génération en génération, comme si elles sont héréditaires. Dans tels cas, c'est surtout la contradiction et l'incohérence dans le comportement qui sont les plus distinguées. Elles peuvent être associées à un dédoublement de personnalité qui est paradoxale. La manière de démontrer un état diffère de l'état lui-même. Prenons l'exemple d'une personne déclarant l'amour avec agressivité, cet état est pareillement considéré comme une notion curieuse de commandement, une notion d'alter ego, une notion de double astreinte.
psychogenealogie pourquoi


Ivan Boszormenyi-Nagy est l'un des spécialistes qui s'est consacré à cette approche dont il est lui-même le fondateur. Les complications auxquelles il a axé ses recherches concernent surtout les difficultés génétiques, la haine, les maladies et les accidents. Sa thérapie est basée sur le respect et l'affection vécus au sein de la famille. Aucun déséquilibre ne sera constaté tant que le patient est soumis à une responsabilité sous- jacente envers sa famille et aussi à une dette émotionnelle. C'est en quelque sorte une loyauté invisible ressentie par le patient envers sa famille. L'absence de respect et d'affection peut provoquer une colère enfouie et une rancoeur qui sont les facteurs déterminants des manifestations de crise. De nombreux médecins et spécialistes ont adopté une démarche psychanalytique pour expliquer cet état de chose. Parmi eux, Serge Tisseron, Serge Lebovici, Didier Dumas, Török et Abraham méritent d'être cités. La base de leur méthode est la psychanalyse, cependant chacun d'eux possède sa propre interprétation de ces comportements anormaux. Leurs recherches se sont donc différenciées selon leurs conceptions individuelles. Serge Tisseron s'est intéressé à la place que tiennent les images mentales dans la vie de quelqu'un dans ses relations avec autrui. Serge Lebovici, quant à lui, s'est basé sur l'étude de la vie de ses patients et de leurs ascendants en tenant compte de leur arbre généalogique. Didier Dumas invoque l'existence d'un ange à qui les cryptages des non-dits et des secrets sont communiqués. C'est un principe de dédoublement de personnalité qui prend l'ange comme étant le destinataire de la transmission. Le principe de Török et d'Abraham est similaire à celui de Didier Dumas à la différence que l'ange est considéré comme un fantôme, un être imaginaire. Les autres approches ne sont pas négligeables mais n'ont pas vraiment tenu une classification importante dans la psychogénéalogie à moins d'être complémentaires à celles évoquées auparavant.

Le Samedi 24 Janvier 2009 à 10:45
Article écrit par Caro ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  vie de famille, conseil conjugal, mariage, celibat, repas de famille, allocations familliale, monoparentalité, infertilité, famille recomposée, garde d'enfat, nutrition, femme enceinte, fonder une famille, vivre en couple, vie de couple, contrat de mariag Vie de famille : célibat, vie maritale, naissance,
hérédité, divorce, education .. toute une histoire
!



fleche Voir les autres articles commençant par P
 
Articles précédents :
  •  Groupe électrogène : fonctionnement et usage
  •  L'horloge parlante : c'est quoi ?
  •  La protection de la faune et de la flore
  •  Step et mini step : garder la forme et une silhouette énergi...
  •  Four à nettoyage par catalyse ou pyrolyse, comme choisir ?...

Articles suivants :
  •  Disparition des rides : c'est possible, mais avec quoi ?
  •  Dean Martin : crooner américain et légende du cinéma...
  •  Andrés Sardá : histoire de cette marque de lingerie...
  •  Jean-Pierre Jouyet : politicien et haut fonctionnaire fran...
  •  Comment devenir Lieutenant de police ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 jazz a écrit [25/01/2009 - 20h38] 
jazz

C'est une approche intéressante que nous livre Caro. J'aimerais cependant ajouter aux auteurs plus haut cités, des psychanalystes qui, de la même façon, ont exploré les notions et les processus de la psychogénéalogie, de ses liens inter- et transgénérationnels, ainsi que de leurs effets et de leurs destins.
Bien que la liste ne soit pas exhaustive, je citerai cependant René Kaës, Albert Ciccone, Alberto Eiguer, Alain Ferrant, André Carel, Evelyn Granjon...





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   genealogie Généalogie
   psychologie Psychologie



La psychogénéalogie vient de l’assemblage des mots psychologie et généalogie. Elle a fait l’objet des études et des recherches menées dans les années 70 par Anne Ancelin Schützenberger, une psychologu...