La psychogénéalogie : mieux connaître l’histoire de sa famille peut aider à mieux vivre


Partager




Depuis Freud et Jung, on savait que l'on porte avec soi le poids des secrets du passé. Ce phénomène a été étudié par la psychothérapeute Anne Ancelin Schützenberger qui en a tiré une méthode de psychogénéalogie dans les années 1960. A maintenant 88 ans, elle continue, à donner des conférences pour rappeler les principes de base de sa thérapie. Les informations indispensables pour entreprendre un travail de psychogénéalogie sont les souvenirs de nos grands-parents sur leurs propres grands-parents. Ce n'est pas toujours facile, étant donné l'histoire mouvementée du XXème siècle, et quelques « trous » peuvent subsister mais les évènements et les histoires de famille les plus marquants sont généralement décelables. Toutefois, certains secrets de famille peuvent être traumatisants même après des décennies, c'est pourquoi il est conseillé de s'adresser à un thérapeute spécialisé reconnu pour sa compétence en la matière. On ne manie pas à la légère des histoires d'enfants illégitimes ou d'idées suicidaires héréditaires, par exemple, et le thérapeute doit pouvoir aider son patient à gérer des émotions qui pourraient sinon être mal vécues.


Le principe de la psychogénéalogie est de déceler les éventuels évènements graves ou douloureux qui ont marqué nos aïeux et les ont amenés à certains comportements qui se transmettent ensuite de générations en générations. Une arrière- arrière grand-mère adultère peut ainsi avoir peu à peu dévalorisé l'image de l'épouse fidèle dans une famille. Autre genre de cas qui a été mis à jour par la psychogénéalogie, la répétition du phénomène de l'enfant « de remplacement » dans une famille où il y a eu plusieurs enfants mort- nés.


La psychogénéalogie ne fait pas de miracle et ne peut changer le passé, mais elle peut aider chacun à comprendre le comportement de ses parents. Elle est avant tout basée sur le principe que nos ancêtres nous transmettent bien plus que les gênes qui déterminent les traits de notre visage, par exemple, ainsi que toutes les affections héréditaires comme le cancer. Ils nous transmettent également une certaine image de l'homme et de la femme qui influent sur les comportements familiaux et sont ensuite reproduits par les enfants lorsqu'ils grandissent et fondent eux-mêmes leur propre famille. Cette chaîne est bien connue des thérapeutes qui traitent les souffrances des femmes ou des enfants battus, par exemple, car bien souvent leurs bourreaux ont eux aussi été victimes ou témoins de violence lorsqu'ils étaient plus jeunes. Cependant, le risque que comporte la psychogénéalogie est de faire croire au patient que toutes ses souffrances viennent de cette chaîne maudite et que l'on ne peut rien y faire. Il faut toujours se méfier des dérives de certains professionnels qui tronquent ou appliquent mal la méthode de psychogénéalogie, en en faisant une fatalité.
psychogenealogie


Certes, on ne peut jamais changer le passé, mais on peut, et même, on doit l'assumer pour ce qu'il est, c'est-à-dire les fautes et les douleurs qui appartiennent aux anciens. Il n'existe pas de chaînes qui ne puissent être rompues, et avec l'aide d'un spécialiste compétent, chacun peut « guérir » de son histoire familiale pour vivre sa vie selon son libre arbitre et non pas selon son hérédité.

Le Vendredi 14 Mars 2008 à 10:57
Article écrit par regine ()


Cet article est lié aux dossiers suivants :
  Science, biologie, invention, scientifiques, histoire, physique Science : un vaste ''ensemble de connaissances''
  Famille, droit de la famille, livret de famille, généalogie, bébé, femme,cadeau anniversaire Famille : évoluer ensemble durant toute la vie


fleche Voir les autres articles commençant par P
 
Articles précédents :
  •  Les clés de la sérénité selon l’artiste Juliette Binoche...
  •  Comment éviter les maladies : les quatre points importants p...
  •  L’autorité parentale : récompenses ou argent de poche pour l...
  •  Ernest Hemingway : romancier américain et personnage haut en...
  •  Holiday Autos : centrale d'achat et de location de voiture

Articles suivants :
  •  Le Bouddhisme et ses points communs avec les méthodes des ...
  •  Les remèdes de bonne femme d’après le Larousse Familial éd...
  •  La douleur chez la femme est plus importante que chez l’ho...
  •  Le régime Portfolio : un passeport contre le mauvais chole...
  •  Le mariage en CDD, une idée allemande…




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 Lucy a écrit [15/03/2008 - 08h29] 
Lucy

Attention aux "découvertes" faites par la psychogénéalogie et aux "sens" qu'on leur attribue. Pour une vision plus critique et une mise en garde, je vous conseille de lire les dossiers de l'Observatoire zététique :
Aie mes aieux : http://www.observatoire-zetetique.org/page/dossier.php?ecrit=3&ecritId=16
le syndrome du Gisant : http://www.observatoire-zetetique.org/page/dossier.php?ecrit=3&ecritId=22

Lucie





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   psychologie Psychologie



La généalogie est un phénomène de mode qui compte des adeptes dans le monde entier. Même à l’école, on apprend aux enfants à remonter dans le temps pour faire leur arbre généalogique. Cependant, quand...