La protéine réactive : qu'est-ce que c'est ?


Partager




Plus communément connue sous le nom de C-réactive ou brièvement « CRP », la protéine réactive est une substance présentant une phase aiguë de sécrétion par le foie. C'est dans le sérum d'un patient atteint d'une inflammation aiguë de CRP que Tillet a découvert pour la première fois son existence dans les années 1930, en France. Elle constitue ainsi une grande étape inéluctable dans le système du corps humain surtout au niveau des inflammations du foie.



Notons par la même occasion qu'elle réagit au polysaccharie C de la bactérie de la pneumonie qui entraîne une évolution relative selon son stade. Elle est composée de cinq différents éléments dont la contenance respective d'acides aminés est de 206. Elle assure également la protection du corps humain par le biais de son immobilisation sur les anticorps (les immunoglobulines G), permettant ainsi de combler le manque. Son résultat est presque immédiat car on constate que ses effets se font sentir dans les quarante-huit heures qui suivent. Le taux se réduit proportionnellement en fonction de la baisse de l'inflammation, en un laps de temps d'environ cinq heures ou plus. La CRP est constituée par un gène au niveau du chromosome sur le long bras proximal, un gène majoritairement facteur de la sécrétion principale de la variation inter-individuelle. Cette concentration de PCR s'affermit dès le début de l'inflammation et au fur et à mesure qu'elle croît. Cette protéine C-réactive est une sécrétion produite par le foie après perfusion d'un antigène dans le sang et y apparaît instantanément. Sa disparition n'est constatée que lorsque les anticorps sont présents et garantissent ainsi l'immunité du corps humain.


Pour pouvoir mesurer le taux d'inflammation dans l'organisme, on procède à la mesure de la V.S (Vitesse de Sédimentation). Notons que cette inflammation peut toucher certains organes comme le rein, le derme, le nez, la gorge, les bronches, les artères, les intestins, les muscles ou le système nerveux. Le test de la PCR inférieur à 10mg/l et un taux d'albumine supérieur à 35g/l de sang dans l'organisme offrent un risque moindre de forme grave de cancer. De nos jours, plusieurs façons de dépister la PCR sont mises au point.


On peut citer le test traditionnel qui donne un résultat de <5mg/l. Le test Ultrasensible donne un taux de <1mg/l, un résultat plus précis comparé au test précédent. Toutefois, ce type de mesure n'est pas statuaire. Il varie selon l'évolution de l'inflammation. Cette variation est due à différents facteurs tels que l'état fiévreux d'un patient, une infection banale et surtout après un traitement par radiothérapie. Quoi qu'il en soit, la mesure de PCR est un test à moindre coût et remboursable par l'assurance maladie, elle est ordonnée par un médecin spécialiste. Servant d'outil à diagnostiquer et à surveiller la progression des infections, la PCR a permis d'avoir le contrôle sur la maladie en question et cela depuis 1977. En d'autres termes, un taux normal de PCR dans l'organisme humain prouve que l'infection est sous contrôle d'un médecin spécialiste, donc le patient se trouve dans un état moins conditionnel. Chez les personnes obèses, l'augmentation de la PCR peut engendrer une conséquence néfaste comme l'accroissement du taux de diabète dans le corps qui peut aller jusqu'au type 2.
proteine reactive


Il existe également un autre inconvénient qui peut survenir chez certains patients comme ceux atteint de maladie cardiovasculaire. C'est le danger de l'athérome, cette maladie qui bouche les vaisseaux sanguins et qui gêne par ailleurs la circulation du flux sanguin. Sachez que le taux normal dans un système organique est absolument de <20mg/l. Il faut noter que les anti-inflammatoires n'effacent pas la présence de la PCR. En médecine, on a constaté que la présence d'un taux élevé de PCR ne permet en aucune façon de tirer des conclusions sur l'inflammation. Sa proportion souscrit l'existence d'une quelconque maladie permettant alors de procéder à un suivi médical plus minutieux. Une observation faite par les scientifiques a permis de déterminer que les patients à fort taux de Protéine C- réactive us sont les plus avantagés car leur organisme arrive à faire baisser ce taux par des traitements classiques comme la prise d'aspirine ou autre, évidemment prescrits par le médecin. Ce qui diminue alors leur risque d'être atteint de la thrombotique. La meilleure chose à faire pour prévenir une maladie est de toujours voir un médecin au moindre signe douteux.

Le Mercredi 28 Janvier 2009 à 09:48
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  corps humain, anatomie, science, biologie, santé Le corps humain : une anatomie complexe


fleche Voir les autres articles commençant par P
 
Articles précédents :
  •  Premier secrétaire du PS : qu'est-ce que c'est vraiment ?...
  •  Anggun : une chanteuse française en plein essor
  •  Hémochromatose : une maladie génétique très répandues...
  •  Tapis d'éveil : comment choisir ?
  •  Anpe espace emploi : pour qui et pourquoi faire ?

Articles suivants :
  •  Magasin Aubert : tout pour votre bébé
  •  Fabrication du liniment oléocalcaire
  •  Cartes de fidélité et leurs avantages
  •  Antoine de Maximy : animateur télé français qui a fait le ...
  •  Roberto Alagna : grand chanteur français d'origine italien...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   biologie medicale Biologie médicale



Plus communément connue sous le nom de C-réactive ou brièvement « CRP », la protéine réactive est une substance présentant une phase aiguë de sécrétion par le foie. C’est dans le sérum d’un patient at...