Poêle à bois comment choisir ?


Partager




Vous avez eu un coup de coeur pour un bon vieux poêle à bois auprès duquel vous allez passer des soirées inoubliables à lire et à converser ! Guidé par des bribes de souvenirs et des réminiscences de lecture, et conforté par les arguments économiques et écologiques du vendeur, vous vous êtes décidé. Mais le choix du modèle n'est pas une décision que l'on peut prendre tout feu, tout flamme. Une démarche rationnelle vous évitera de brûler les étapes.



Votre choix doit se baser sur deux considérations fondamentales : tout d'abord le poêle est un élément visuel-clé de votre décoration intérieure, ensuite il est là pour dispenser de la chaleur. La première considération est, à priori, éminemment subjective. Pour vous aider, le catalogue du revendeur-spécialiste est fourni : style traditionnel, classique, contemporain, art-déco, oriental, ...Vos désirs et vos inclinations devraient, au pire, ne pas déparer, ne pas briser l'harmonie du style architectural ambiant, et au mieux, s'y fondre totalement. Néanmoins, comme des goûts et des couleurs, on n'en discute pas, le dernier mot vous revient. Ne pas oublier cependant les contraintes ou les interdictions imposées par les règlementations concernant certains types d'aménagement en appartement, dans un immeuble ou dans un quartier donné. A cette étape de la démarche, vous avez maintenant une image de votre poêle en tête. Il reste à vérifier ses caractéristiques techniques pour voir s'il remplit les conditions que vous avez posées dans le cahier des charges. En premier lieu, qu'en est-il de son rendement? Le rendement est l'élément déterminant dans votre choix. Plus son taux est élevé, mieux c'est pour vous.


Ainsi, un rendement de 80 % signifie que sur le combustible que vous avez utilisé, vous n'avez que 20 % de perte. Plus le taux de rendement baisse, plus le volume de combustible utilisé augmente. A noter que le rendement d'un poêle est lié à la nature du combustible. Un poêle à bûches affiche une plage de rendement allant de 60 à 80 % alors qu'un poêle à pellets énonce des rendements de 80 à 85 %. Cela est dû principalement au pouvoir calorifique de chaque combustible, directement tributaire de sa structure propre et de son taux d'humidité.


poele bois
Cela s'explique ensuite par le mode de ravitaillement du foyer du poêle. Le transport automatique et continu des pellets assure une meilleure combustion et un meilleur rendement. Il s'agit d'un critère de choix économique univoque mais, à la décharge des bûches, relevons qu'un feu de pellets n'apportera jamais les mêmes sensations qu'un feu de bûches, que ce soit au niveau visuel (beauté des flammes), sonore (grésillement et crépitement du bois) et olfactif (senteur des essences). L'usage des bûches, quant à lui, en plus du rendement moindre, implique une manutention fréquente pour le ravitaillement du foyer. En second lieu, en déterminer la puissance. La puissance adéquate d'un poêle est fonction des dimensions (L x l x h) de la pièce ou de la maison, de son taux d'isolation et des températures moyennes de la région. Le mieux est de demander l'avis d'un professionnel.


Sinon, on peut appliquer des formules toutes faites comme : 1 kW pour 10m2 pour une maison de 2,5 m de hauteur de plafond. Mais en règle générale, l'astuce est de choisir un petit poêle et de le faire fonctionner à plein régime plutôt que le contraire car dans ce dernier cas, un poêle puissant au ralenti entraîne une surconsommation de bois, des rejets polluants et un encrassement de la vitre et du conduit. Enfin, connaître l'autonomie du corps de chauffe, c'est-à-dire la durée pendant laquelle le matériau qui compose le poêle va garder de la chaleur. Les modèles de poêle les plus fréquents sont en acier et en fonte. Ils ont une autonomie comprise entre 5 et 10 heures. Il faut éviter les poêles qui chauffent vite car leur capacité à stocker la chaleur -ou l'inertie thermique- est en général faible. Après un chauffage en plein régime, les poêles en fonte et autres matériaux réfractaires, présentent une autonomie de 12 heures et même davantage pour les plus performants. Muni de ces diverses informations, vous serez à même de concrétiser votre rêve au mieux de vos intérêts. Toutefois, ne négligez pas les crédits d'impôt et les diverses primes dont vous pourriez bénéficier en achetant un poêle vert.

Le Vendredi 24 Octobre 2008 à 11:04
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Chauffage et climatisation, radiateurs, cheminée, ventilation Chauffage et climatisation : votre intérieur
toujours à la bonne température



fleche Voir les autres articles commençant par P
 
Articles précédents :
  •  Test salivaire de dépistage des drogues
  •  Fils à plomb: à quoi ça sert ?
  •  The Notorious B.I.G alias Biggie : Biographie d'une légende ...
  •  Le Thon rouge : un poisson très apprécié...
  •  Les Dirty Pretty Things : le succès d'un groupe de rock issu...

Articles suivants :
  •  Le Taser : une arme qui crée la polémique
  •  Le VTC ou vélo tout chemin : le vélo des citadins...
  •  Les différentes scies : comment s'y retrouver ?
  •  Watercooling : pour refroidir les ordinateurs
  •  Crème à la bave d'escargot : à quoi ça sert ?...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   bricolage decoration maison Bricolage Décoration Maison
   bricolage Bricolage
   chauffage Chauffage
   chauffage Chauffage



Vous avez eu un coup de cœur pour un bon vieux poêle à bois auprès duquel vous allez passer des soirées inoubliables à lire et à converser ! Guidé par des bribes de souvenirs et des réminiscences de l...