La place de la mort dans notre société


Partager




La place de la mort dans notre société est très discrète et très encadrée par des entreprises de pompes funèbres. Pour l'anecdote, savez-vous d'où vient le terme de croque-mort ? Cela vient du fait qu'autrefois, pour vérifier si une personne était vraiment décédée, l'employé chargé du corps croquait dans le gros orteil du défunt pour voir s'il y avait une réaction. De nos jours, plus question de mourir paisiblement chez soi, d'être enterré sous un arbre de son jardin et surtout plus de deuil, non plus. Plus personne n'arbore de brassard noir en signe de deuil, car après l'enterrement du défunt, les signes extérieurs relatif à la place de la mort sont souvent qualifiés de morbides. A chacun de faire son deuil dans son coin, dans sa tête, et on en vient même à mentir aux enfants en leur disant que le disparu est parti en voyage. Pourtant, les enfants sont capables de comprendre tout si on leur explique bien. Le cycle de la vie est là pour nous rappeler que nous ne sommes que de passage sur terre, comme tous les autres êtres vivants.


Toutefois, chacun a sa vision de la place de la mort dans sa vie, certains se sentent concernés et prévoient à l'avance chaque détail de leurs obsèques, et paient tous les mois une mensualité pour éviter à leurs proches les frais de leur enterrement. Pour d'autres, il n'est pas question de « parler de cela » car la place de la mort dans notre société est devenue un tabou. Si auparavant le sexe était tabou mais que l'on affichait ostensiblement des signes de deuil, la tendance s'est inversée depuis le XXème siècle.


L'époque a été malheureusement riche en matière de mortalité avec les deux guerres mondiales, les camps d'extermination, la bombe atomique, sans parler du sida et autres maladies récentes. D'après certains psychiatres, c'est cette accumulation de dangers mortels qui a conduit les occidentaux à la recherche effrénée du bonheur et la négation de la place de la mort dans leur existence. Pour les plus superstitieux, prendre une assurance-vie peut amener la personne qui la souscrit à décéder.... Plus sérieusement, on peut reprendre les paroles de l'historien Philippe Aries qui disait que si la mort avait longtemps été un mystère, aujourd'hui elle était devenue un problème. En effet, jusqu'au XIXème siècle, on mourrait chez soi, entouré de sa famille, y compris les enfants, et en paix. Cette notion de la place de la mort dans la famille et dans la société est devenue impossible de nos jours. On meurt à l'hôpital dans soixante dix pour cent des cas ou par accident, mais extrêmement rarement à son domicile, si c'est de maladie, on éloigne les enfants qui se retrouvent avec des questionnements sans fin auxquels aucun adulte ne peut ou ne veut donner de réponses.
place mort societe


Pour les psychiatres et les psychanalystes, la mort ne doit pas devenir un sujet d'angoisse mais doit être acceptée comme une leçon de vie en général. On naît, on vit puis on meurt, tout ceci faisant partie intégrante du cycle naturel de la vie. De plus, trop penser à sa propre mort empêche de faire attention aux autres et rend égoïste envers autrui. Alors que si on accepte la réalité sans focaliser dessus, on peut se dépasser et transmettre ce souffle de vie dont on est dépositaire à ses enfants ou à d'autres. Car enfin, nul n'est immortel, alors autant être philosophe et laisser une trace artistique, par exemple, afin de ne pas mourir tout à fait...

Le Lundi 31 Mars 2008 à 11:48
Article écrit par regine ()




fleche Voir les autres articles commençant par P
 
Articles précédents :
  •  Kuwait Airways : service et confort de premier ordre
  •  Petter Solberg : pilote et star naissante du rallye norvégie...
  •  Sheraton Paris Airport Hotel : idéalement situé dans le term...
  •  Quelle place accorde-t-on aux personnes handicapées de nos j...
  •  Pegasus Airlines : leaders de l'aviation charter turque

Articles suivants :
  •  Sébastien Loeb : pilote de rallye français au parcours exe...
  •  Dailymotion : site français de diffusion de clips vidéos e...
  •  Eamon Sullivan : biographie d'un nageur australien spécial...
  •  Résidence Le Royal à Annecy : hôtel 4* au coeur de la viei...
  •  Eurociel : lignes aériennes au départ de Nîmes




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 Olivier Robaut a écrit [31/03/2008 - 13h41] 
Olivier Robaut

Très bonne analyse simple et "abordable" sur l'attitude de la société actuelle devant la "grande faucheuse".




Olivier Robaut



Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






D’après Freud, nous sommes tous convaincus dans notre inconscient de notre immortalité. Pourtant, hélas, la réalité nous rappelle chaque jour que cette impression n’est pas justifiée puisque nous pouv...