Pénicilline : une découverte très importante


Partager




La microbiologie s'est de tout temps penchée sur le problème de la recherche de traitements efficaces pour lutter contre les bactéries néfastes à la santé de l'être humain. Les premières recherches sérieuses en microbiologie se sont amplement fondées sur la mise en opposition de la croissance de différentes bactéries pour en retirer les cultures les plus tenaces, comme l'avance le procédé darwinien. Selon ce principe, seules les bactéries les plus résistantes peuvent éliminer les plus faibles par un développement plus rapide en nombre et en action inhibitrice. La pénicilline est remarquée pour la première fois par Étienne Duchesne, scientifique et médecin français fidèle au darwinisme. Il observe entre autres la propagation d'un champignon jusque là passé totalement inaperçu, alors qu'il travaille sur sa thèse. Cette dernière constituera l'un des premiers recueils d'analyses scientifiques portant sur la possibilité de trouver le micro-organisme miraculeux pouvant tuer des bactéries dangereuses. Le procédé de recherche se base sur la théorie toute simple que mettre en opposition de culture deux types de micro-organismes permet de définir leur puissance d'action.


Étienne Duchesne soutient cette méthode de recherche et fait des premières observations sur la pénicilline, champignon à la croissance ultra-rapide et inhibant notamment la culture de nombreuses autres bactéries. L'histoire fera cependant fi de ces analyses et ce n'est que près de trente-deux ans plus tard qu'Alexander Flemming remettra à jour cette méthode de recherche dans le cadre de ses études sur les bactéries de staphylocoque. Les faits se déroulent dans le cadre d'un concours de circonstances extraordinaire pour le monde scientifique.


Alexander Flemming est un chercheur écossais à la réputation des plus respectées, en dépit d'un perpétuel défaut qui est d'être extrêmement discret. Alors que ses recherches sur un remède à la propagation des staphylocoques stagnent, Flemming décide de partir en vacances pour se reposer. À son retour, l'un de ses amis lui demande de lui faire une petite démonstration des travaux déjà effectués jusque là. Flemming se rend dans son laboratoire pour se rendre compte qu'il a oublié de ranger certaines de ses cultures de staphylocoques. Si une partie de ses boîtes de culture est contaminée par des staphylocoques, d'autres ne le sont pas, à sa grande stupéfaction. Alexander Flemming réunit les boîtes non-contaminées et les passent une à une au microscope pour se rendre compte que la propagation des bactéries a été arrêtée par la prolifération d'un champignon, le pénicillium. Convaincu de l'importance de sa découverte, il se lance dans une nouvelle série d'expérimentations, tout en dirigeant ses travaux dans le sens des actions du pénicillium sur différentes sortes de bactéries. Pour appuyer ses observations, Flemming se rapporte aux premiers essais de Duchesne sur la question.
penicilline


Les actions du champignon baptisé pénicilline sont fulgurantes sur de nombreuses bactéries de la famille des gram-positifs. Les effets de la pénicilline permettraient alors de guérir certaines affections graves telles que la scarlatine, la diphtérie ou encore la pneumonie. Désirant partager ses travaux, le scientifique signe un premier article relatant les grandes lignes de ses découvertes en 1929 dans le British Journal of Experimental Pathology. Si le milieu scientifique préfère s'intéresser à ce moment-là à l'exploitation des sulfamides, Flemming tient bon et démontre la légitimité de ses découvertes en 1933. Le scientifique raffine ses cultures de pénicilline jusqu'à obtenir un soin expérimental qu'il administre au malade atteint de pneumonie, Keith Rogers. Contre toute attente, le malade guérit et ne présente aucun signe de rechute. Pour continuer ses études sur la pénicilline, Flemming communique ses découvertes à deux autres scientifiques, Ernst Chain et Howard Florey. À trois, ils trouveront le moyen de stabiliser les cultures de pénicilline et de les rendre plus faciles à produire. À l'apogée de la Seconde Guerre Mondiale, la pénicilline constitue finalement le seul antibiotique efficace pour soigner les soldats et empêcher la propagation des nombreuses affections mortelles telles que la tuberculose ou la typhoïde. Le soin parvient à sauver de nombreuses vies et se retrouve même de plus en plus administré aux civils. Médicament miracle, la pénicilline est louée par les médecins. Flemming et ses compagnons continuent à perfectionner le produit afin qu'il puisse être administré au plus grand nombre de personnes possible. En 1945, les trois chercheurs sont félicités pour leurs travaux en recevant le Prix Nobel. Si la pénicilline est actuellement concurrencée par de nombreux autres antibiotiques, il reste sans doute l'une des plus belles découvertes accidentelles de toute l'histoire de la médecine.

Le Vendredi 25 Juin 2010 à 11:26
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  histoire, médecine L'histoire de la Médecine


fleche Voir les autres articles commençant par P
 
Articles précédents :
  •  Aquarium d’eau de mer : particularités
  •  Courbatures musculaires : que faire ?
  •  Chuck Norris : facts, blagues sur google, mais acteur avant ...
  •  Vinaigre balsamique de Modène
  •  Figuier arbre : plantation et entretien

Articles suivants :
  •  Médicaments homéopathiques Boiron
  •  Bouton de fievre sur la lèvre : remède
  •  Déchaussement des dents : causes
  •  Mythe littéraire : définition
  •  Caoutchouc : entretien de cette plante ornementale




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   medecine Médecine



La microbiologie s'est de tout temps penchée sur le problème de la recherche de traitements efficaces pour lutter contre les bactéries néfastes à la santé de l'être humain. Les premières recherches sé...