Paralysie faciale : c'est quoi


Partager




La paralysie faciale désigne une affection qui se présente au niveau du visage. Cela se manifeste concrètement par une incapacité à bouger une partie, souvent unilatérale, de la face. Schématiquement, la survenue d'une telle paralysie s'explique par une altération des fonctions du nerf facial. Figurant parmi les 12 paires de nerfs crâniens, ce dernier est chargé de transmettre les influx venant du cerveau, qui commandent les mouvements des muscles du visage.



En présence d'une anomalie ou d'une lésion, au niveau du nerf facial, le sujet est incapable d'exécuter ou de coordonner un certain nombre de mouvements sur cette partie de la tête. Sourire, siffler, cligner de l'oeil deviennent impossibles. Comme une partie du nerf facial est également destinée aux deux-tiers antérieurs de la langue, l'on assiste à un trouble de la reconnaissance gustative. La maladie se présente de deux façons, selon le niveau où le nerf est atteint. La paralysie faciale périphérique renvoie à la forme qui fait suite à une lésion du nerf facial, au-delà des noyaux. C'est la forme la plus fréquemment rencontrée, donnant lieu à une atteinte unilatérale caractéristique. La forme centrale de la paralysie faciale se manifeste, si la source du dysfonctionnement nerveux se trouve en amont du tronc cérébral, où siègent ces noyaux. On la reconnaît au fait que seule la partie inférieure du visage est atteinte. La dénomination de paralysie faciale « a frigore » est souvent utilisée pour désigner la première catégorie. En effet, plusieurs sujets se retrouvent avec les signes de la paralysie faciale, suite à une longue exposition à un froid trop mordant.


Cependant, les études ont démontré que les causes virales sont à l'origine de 50 à 80% des cas recensés. Souvent, l'on n'identifie pas de causes exactes à la survenue de la paralysie faciale périphérique. Celle-ci se déclare de façon brusque, une douleur vive derrière l'oreille précède l'apparition des autres signes, chez certains patients. La maladie, alors qualifiée d'idiopathique, est souvent installée en une nuit. Si l'on arrive à retracer les causes de la survenue de la paralysie faciale, elles renvoient souvent à quelques maladies impliquant, plus ou moins directement, le nerf concerné.


La compression nerveuse peut faire suite à un traumatisme qui survient au niveau du rocher. Ce dernier désigne la structure osseuse qui accueille les différentes parties de l'oreille. En outre, une infection grave affectant cet organe de l'audition peut altérer la fonction du nerf facial. La compression peut également être secondaire à une tumeur siégeant sur le passage du nerf. D'autres maladies comme le diabète ou le zona, peuvent être responsables d'une atteinte nerveuse manifestée par une paralysie faciale. Le malade part souvent consulter, en présence de quelques signes typiques, qui siègent d'un seul côté du visage. Cela donne d'ailleurs un certain aspect d'asymétrie à la face. Le sujet est incapable de réaliser des mimiques : gonfler la joue et sourire ne seront pas possibles. Les plis frontaux disparaissent, d'ailleurs, sur le côté du visage atteint et le pli naso- génien s'efface. La bouche est déviée du côté mobile du visage, tandis que des manifestations particulières sont observées au niveau de l'oeil de la partie paralysée. Le malade n'arrive pas à fermer l'oeil - même en présence d'une menace de corps étrangers -, la paupière semble élargie.
paralysie faciale


Lors de son examen, le médecin cherchera à produire ce que l'on appelle le signe de Charles-Bell. Il demande au sujet d'essayer de fermer les paupières. Inefficace, la tentative emmènera surtout le globe oculaire en haut, vers le bord extérieur du visage. En dehors de ces traits typiques, d'autres manifestations relatives au trajet du nerf sont observées. Certains patients auront une sensation douloureuse d'hyperacousie : ils perçoivent plus fortement les sons. La perte de goût sur une partie de la langue accompagne souvent un assèchement buccal. Les yeux s'assèchent de même, à cause d'une insuffisance de sécrétions lacrymales. L'absence du réflexe de défense prédispose à une infection de la cornée de l'oeil. En présence de ces symptômes, le praticien prescrit généralement des corticoïdes, tout en conseillant une rééducation personnelle, par des gestes de kinésithérapie. Il faut cependant savoir que, si la paralysie faciale se manifeste dans un tableau infectieux, les corticoïdes peuvent être contre-indiqués. Il est enfin utile de noter que certaines paralysies faciales sont déclenchées par une situation de stress. La prudence étant de mise, toute sensation anormale qui se manifeste au niveau du visage doit amener à consulter. Qu'il s'agisse d'une difficulté à cligner des yeux, une modification de l'apparence, ou une perte de l'aisance dans l'élocution.

Le Dimanche 09 Mai 2010 à 17:15
Article écrit par Mana ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  maladies, symptômes, traumatismes Les maladies et pathologies


fleche Voir les autres articles commençant par P
 
Articles précédents :
  •  Maitre d'ouvrage : définition du maître d'oeuvre...
  •  Souci : fleur du printemps
  •  Justin Bieber : biographie
  •  Certificat de stage et bilan de stage : c'est quoi ?
  •  Pollution sonore : comment la diminuer ?

Articles suivants :
  •  Intérêts intercalaires : définition
  •  Véronique : zoom sur cette belle plante !
  •  Fièvre de Malte : zoom sur la brucellose
  •  Bronchite asmathique : traitement et symptômes
  •  Topshop : marque britannique en plein essor




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






La paralysie faciale désigne une affection qui se présente au niveau du visage. Cela se manifeste concrètement par une incapacité à bouger une partie, souvent unilatérale, de la face. Schématiquement,...