Omar Bongo : Biographie de l'ancien président du Gabon


Partager




Omar Bongo, de son vrai nom Albert-Bernard Bongo, a vu le jour à Lewaï le 30 décembre 1935 et s'est éteint à Barcelone le 08 juin 2009. Il est issu d'une humble famille d'agriculteurs Téké et Obomba. Il perd ses parents alors qu'il est encore enfant. Effectivement, il n'a que sept ans lorsque son père est décédé et sa mère quitte ce bas monde alors qu'Omar Bongo n'a que douze ans. Cela ne l'empêchera pas pour autant de continuer ses études primaires et secondaires au Congo.



Puis à l'âge de dix-sept ans, il deviendra agent des PTT à Brazzaville puis agent de la franc-maçonnerie. Ensuite, il entamera son service militaire à l'âge de vingt-trois ans. Lorsqu'il aura terminé deux années plus tard, il adhèrera à l'armée de l'air, aux services secrets français et aux PTT de Libreville. En 1961, il intègrera le cabinet du ministre des affaires étrangères Jean-Hilaire Aubame. Puis en octobre 1962, il dirigera le cabinet du premier président du Gabon, Léon Mba. Il sera accusé de coup d'État militaire et enfermé au camp Baraka de Libreville en octobre 1964 mais sera très vite libéré grâce à l'intervention des forces françaises. Le mois de septembre de l'année suivante, il sera alors élu ministre délégué à la Présidence, la Défense et les Affaires étrangères. Le 28 novembre 1967, la mort du président Mba a propulsé Omar Bongo à la Présidence de la République du Gabon avec le soutien du Général de Gaulle ainsi que celui de Jacques Foccart. Il réussira à obtenir un entretien en 1968 avec le Pape en usant d'un moyen très osé et très rusé : en se faisant baptiser.


Il mettra à l'oeuvre dès 1968 le monopartisme du Parti démocratique gabonais et rebaptisera par la même occasion sa ville natale Lewaï en Bongoville, signe prononcé qu'il en fera son royaume. En 1970, son principal adversaire politique Germain Mba sera assassiné par deux soldats français. Malgré l'étroite collaboration entre Omar Bongo et la France, aucune preuve ne pourra assigner le président gabonais à ce crime. Trois années plus tard, il organisera pour la première fois une élection présidentielle où il demeurera évidemment le seul prétendant.


Il prendra par la suite le pseudonyme El Hadj Omar Bongo en s'engageant dans l'islam. Certaines personnes considèrent cette décision comme une autre ruse pour obtenir les faveurs de l'OPEP composée essentiellement de pays musulmans. Le choc pétrolier lui permettra alors d'améliorer les infrastructures gabonaises. Il en profitera également pour construire la Cité du 12 Mars, le Palais des Conférences puis le nouveau palais présidentiel. En 1977 aura lieu l'assassinat de son nouvel adversaire, le poète Ndouna Depenaud. Une fois de plus, aucune preuve ne sera retenue contre Omar Bongo. Deux années plus tard, il sera donc élu une nouvelle fois président de la République. Il remportera encore la troisième élection présidentielle en 1986. À chacune de ces trois élections, il obtient plus de 99% des voix et cela malgré la crise économique et les critiques du FMI dans les années 80. Il commettra cependant l'erreur de dénigrer publiquement la démocratie et provoquera une grève générale en 1990 qui restaurera le multipartisme. Son opposant Casimir Oyé Mba deviendra alors Premier Ministre. Puis un autre opposant Joseph Redjambe trouvera la mort. Encore une sombre coïncidence ?
omar bongo


Cette fois-ci, malgré le manque de preuves, la masse populaire n'épargnera plus Omar Bongo. Ce dernier demeurera néanmoins indétrônable grâce au puissant appui des Français. En décembre 1993, l'élection présidentielle aura lieu sans assassinat ni crime contre l'opposant. Malgré la concurrence, Omar Bongo la remportera encore et toujours... mais de justesse cette fois- ci. Puis en 1998 et en novembre 2005, il sera bizarrement réélu. Il faut savoir qu'il a également servi de médiateur dans plusieurs conflits durant sa carrière politique et a contribué au traité de paix entre l'Angola et le Congo en 1988 ainsi qu'à divers traités internes et externes. Malgré la pseudo-notion du multipartisme depuis les années 90, Omar Bongo a régné en dictateur sur le Gabon jusqu'à sa mort. Les présences de Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy, de plusieurs grandes figures françaises ainsi que de quelques chefs d'État d'Afrique francophone lors des funérailles d'Omar Bongo le 16 Juin 2009, témoignent davantage des relations étroites que ce dernier entretenait avec la France.

Le Jeudi 23 Juillet 2009 à 10:56
Article écrit par filou ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Personnages historiques, histoire, société, sciences, politique Personnages historiques : qui sont-ils ?


fleche Voir les autres articles commençant par O
 
Articles précédents :
  •  Mangue : fruit exotique amis de vos recettes de cuisine !
  •  Œuf de Fabergé : oeuf de Pâques précieux créé par Pierre-Kar...
  •  Pharell Williams : biographie d'un artiste de génie
  •  Le siècle des Lumières : définition
  •  Pokémon : Pikachu et les autres, attrapez-les tous !

Articles suivants :
  •  Hachette Livre : la plus importante maison d'édition de Fr...
  •  Sauce Béchamel : quelle recette facile pour la réussir ?...
  •  Le Grand Chelem : qu'est ce que c'est ?
  •  La Coupe Des Confédérations : Championnat Mondial de Footb...
  •  Le lindworm : c'est quoi ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   politique Politique
   personnages historiques Personnages historiques



Omar Bongo, de son vrai nom Albert-Bernard Bongo, a vu le jour à Lewaï le 30 décembre 1935 et s'est éteint à Barcelone le 08 juin 2009. Il est issu d'une humble famille d'agriculteurs Téké et Obomba. ...