Œdème de Quincke : symptômes et traitement


Partager




L'oedème de Quincke consiste en une manifestation pathologique qui se produit généralement dans le cadre d'un tableau allergique. Il s'agit d'une forme particulièrement redoutable de l'urticaire. D'autres causes peuvent toutefois expliquer l'apparition de l'oedème décrit sous cette appellation. Parmi celles-ci, l'on privilégie des explications héréditaires, à côté des circonstances d'apparition liées à la prise de certains médicaments. Dans ce dernier cas, les spécialités de la catégorie des inhibiteurs de l'enzyme de conversion sont les plus fréquemment associées aux cas d'oedème de Quincke.



La forme héréditaire de la maladie se distingue par ailleurs par l'observation d'un faible taux sanguin de l'inhibiteur de la C1-estérase, chez les sujets concernés. Le principal symptôme de l'oedème de Quincke consiste en un boursouflement caractéristique des structures de la peau et des muqueuses ainsi que des structures sous-jacentes. Également désignée sous l'appellation d'angio- oedème ou encore d'oedème angioneurotique, la maladie est décrite pour la première fois au XIX ème siècle par Heinrich Quincke. Ce dernier a ainsi brossé un tableau incluant un gonflement au niveau de la peau du visage. Un oedème typiquement localisé autour de la bouche et de la langue, qui peut s'installer pendant quelques minutes à quelques heures, spécifie la maladie. D'autres parties de l'organisme peuvent être touchées par le gonflement des tissus. Le pronostic devient d'ailleurs d'autant plus préoccupant quand celui-ci concerne le pharynx ou le larynx, car la circulation de l'air dans les voies respiratoires peut être remise en cause. L'on peut également observer une extension de l'oedème à la peau des paupières et des mains. L'état de la peau sur les zones concernées contribue à en poser le diagnostic.


Celle-ci se révèle sous une couleur rose pâle et est ferme au toucher. Toutes ces manifestations pouvant être constatées de visu donnent chez le malade une sensation de brûlure assez insupportable sur les sièges de l'oedème. La démangeaison et éventuellement une baisse de la sensibilité au niveau de la zone oedémateuse n'en sont pas non plus à exclure. Si l'on a laissé entendre supra que la maladie se déclare à la suite d'un contact avec des allergènes, il faut aussi noter que certains patients vont la développer pour des raisons non-élucidées.


oedeme quincke
Mais que l'oedème de Quincke apparaisse dans un tableau précis ou soit idiopathique, une prise en charge dans les meilleurs délais s'impose. La compression des voies respiratoires rendant toujours le pronostic plus sévère, il vaut mieux réagir promptement. Le traitement de l'oedème de Quincke comprend une composante préventive et curative. En présence d'un cas déclaré, les médecins préconisent une association de corticoïde et d'adrénaline. Le premier sera administré par voie veineuse ou musculaire, la seconde en perlinguale ou par voie musculaire. Généralement, un suivi en milieu hospitalier fait partie de la procédure de routine, dans la mesure où une rechute à court terme est toujours possible. Lorsque l'évolution de la maladie ne fait craindre aucune issue grave, une prescription à base de corticoïdes et d'antihistaminique est mise en route.


Dans les formes plus sévères, l'état du malade peut requérir son installation sous intubation et sous les meilleurs dispositifs de ventilation. Autrement, l'on dispose de quelques armes préventives. Mais il faut noter que la plupart n'opèrent que lorsque l'agent ayant causé l'allergie est identifié. Dans cette figure, les antihistaminiques type Reactine ou Zyrtec ainsi que l'éloignement du patient des allergènes peuvent aider à parer à la déclaration d'une crise. Une désensibilisation à l'agent causant les manifestations allergiques peut être programmée si le malade tend à développer des formes graves de l'oedème de Quincke, lorsque mis en sa présence. Puisque des tableaux plus ou moins chroniques de la maladie existent, l'on préconise un traitement soutenu à base de stéroïdes. L'oedème de Quincke héréditaire constitue un cas à part, où l'on note l'absence de démangeaison et d'urticaire. Par contre, des manifestations digestives intenses peuvent survenir, sous forme de diarrhées aqueuses, de vomissements et de douleurs abdominales, en plus des manifestations cutanées. Son traitement fait encore partie des terrains de controverses médicales. Les prises en charge diffèrent selon les pays. Concentré de C1-inh chez les uns, plasma frais congelé ou androgène chez d'autres. Des spécialités pharmaceutiques sont en passe d'être commercialisées par des laboratoires du Pays-Bas et de l'Allemagne. L'on attend la caution des autorités compétentes pour la généralisation de leur utilisation.

Le Mardi 29 Juin 2010 à 11:54
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  santé, médecine La Santé


fleche Voir les autres articles commençant par O
 
Articles précédents :
  •  Champix : arrêt du tabac
  •  Mazda 6 : fiche d'une voiture très appréciée...
  •  Caoutchouc : entretien de cette plante ornementale
  •  Mythe littéraire : définition
  •  Déchaussement des dents : causes

Articles suivants :
  •  Azalée : entretien et particularités de cette plante...
  •  Rétention d’eau : symptômes et traitement
  •  Vers intestinaux : symptômes et traitement
  •  Fushia plante : entretien, arrosage, exposition
  •  Entretien d’un étang : conseils pratiques




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   allergie Allergie
   allergologie Allergologie



L'oedème de Quincke consiste en une manifestation pathologique qui se produit généralement dans le cadre d'un tableau allergique. Il s'agit d'une forme particulièrement redoutable de l'urticaire. D'au...