Le NASDAQ : c'est quoi ?


Partager




Le NASDAQ (National Association of Securities Dealers Automated Quotations) vit le jour en 1971, élaboré par la NASD (National Security Dealers Association). Il était alors le premier marché électronique d'instruments financiers à ouvrir dans le monde. La NASD, cette association nationale des agents de changes, a un statut juridique très proche d'une société à but lucratif. Son nom commercial est d'ailleurs, The Nasdaq Stock Market Inc. L'indice NASDAQ est aujourd'hui celui du plus grand marché électronique du globe.



Il est le second marché d'actions le plus important, en volume traité, de la première place boursière terrestre, Wall Street. La cotation électronique se distingue évidemment de celle encore exercée sur quelques plates formes financières, la criée. Il accueille dès sa naissance la grande majorité des compagnies technologiques, principalement les toutes nouvelles créations, celles qui ne pouvaient accéder au prestigieux NYSE (New York Stock Exchange), colossale capitalisation boursière réunissant le fleuron de l'industrie américaine. Il cote aujourd'hui plus de 3000 valeurs. Jusqu'en 1987, le commerce des titres se faisait uniquement par téléphone. Mais, le Lundi Noir, le 19 octobre de cette même année troubla les esprits. Depuis, les échanges sont effectués en continu et se déroulent sur plusieurs serveurs regroupés dans une pièce unique, lieu taciturne et souterrain. Les systèmes de cotation du NASDAQ, sont hébergés par le Joseph R. Hardiman Technology Center, un bâtiment tout en verre dans la zone industrielle de Trumbull, une petite ville du Connecticut.


L'indice boursier NASDAQ est chiffré en considérant toutes les compagnies inscrites au marché d'actions Nasdaq et non simplement en tenant compte d'un sous-ensemble de ces compagnies comme c'est le cas pour plusieurs autres indices boursiers. Dans l'indice NASDAQ, l'importance de chaque compagnie est proportionnelle à sa capitalisation boursière. Cet indice est plutôt léger. En effet, le marché d'actions NASDAQ est composé de plusieurs compagnies de haute technologie dont la valeur des actions est plus volatile que la valeur des actions des compagnies de l'économie traditionnelle.


La cadence des transactions est de 900 à la seconde. L'euphorie liée aux perspectives d'évolution d'internet et de ses composantes les 'start-up', et à la spéculation, fit très rapidement bondir l'indice vers des sommets. Cependant, en 2003 la bulle internet allait exploser et redonner le sens des réalités aux spéculateurs. Ce qui a provoqué la chute du Nasdaq a été l'annonce par le juge Jackson que Microsoft risquait d'être fractionnée en deux entités bien distinctes. Microsoft a été pendant 14 ans une vedette incontestée du Nasdaq, et si Microsoft est assurément une valeur technologique, ce n'est en aucun cas une start-up ! La création de cet empire date de 1975. Très clairement, la chute d'un titre boursier aussi prestigieux que celui de Microsoft ne pouvait qu'affoler la Bourse.


De toute l'histoire du Nasdaq, c'est sans aucun doute l'action qui a le plus enrichi les investisseurs audacieux. Voir ce fleuron du marché technologique vaciller après 14 années de performances historiques a eu des conséquences négatives sur toutes les valeurs du Nasdaq et sa chute a entraîné toutes les valeurs vers le bas momentanément, les start-up comme les autres. Pourtant, la Bourse des valeurs technologiques s'est rapidement relevée et même si elle n'a pas retrouvé les sommets sans doute excessifs du début de l'année 2000, elle se porte indiscutablement bien. Certes, certaines start-up célèbres telles que Amazon ont dû procéder à des licenciements et l'impact sur les mentalités a été sombre. Mais relativisons un peu les choses : comme l'ont fait remarquer de nombreux experts, les taux d'échecs et de licenciement sont nettement inférieurs dans les start-up par rapport à la moyenne des autres entreprises. Soucieux de sa place dans le monde, les tenanciers du NASDAQ tentent de racheter le LSE (Londres Stock Exchange). Leur offre initiale date de mars 2006, d'un montant de 2,4 milliards de Livres Sterling, elle a été rejetée par la bourse de Londres. C'est ainsi qu'une autre stratégie a été adoptée, acheter les entreprises composant l'indice boursier londonien. En février 2007, cette technique pour le moins inamicale, permet au NASDAQ d'être détenteur de 29% de la capitalisation du LSE. Pendant combien de temps encore, les actionnaires des autres sociétés pourront-ils résister ? A New York, le NASDAQ n'est pas l'indice boursier le plus célèbre. Bien qu'il soit le second marché derrière le NYSE, il est supplanté médiatiquement par le Dow Jones. Cet indice est le seul au monde à être pondéré sur la valeur et non sur la capitalisation boursière des actions le constituant. Cette singularité dénote la méconnaissance de l'environnement économique à l'époque de sa création en 1884. Le Dow Jones n'est basé que sur trente compagnies, et du fait de sa spécificité, il a été remplacé par l'indice S&P 500 en tant qu'indicateur principal de l'économie américaine. Dans ce cas, pourquoi continue-t-on à le publier ? Outre le respect dû à ce premier indice boursier mondial, il est surtout l'unique repère qui permette de mesurer la variation de l'économie américaine sur plus de 120 ans. Autre anecdote intéressante, cet indice dont on entend parler quotidiennement, est le fruit du travail de seulement deux personnes dont les compétences financières et économiques sont très limitées de l'aveu même de ces deux protagonistes. En 1949, les Américains profitent de leur hégémonie sur le Japon pour inspirer la création du Nikkei, dont la pondération est proche de celle du Dow Jones. Le Nikkei 225 se calcule par une moyenne arithmétique des valeurs qui le composent, sans pondération par la capitalisation boursière des titres qui le composent. Pour ce calcul, une simple calculette suffit. Vous comprenez certainement mieux pourquoi des experts bardés de diplômes s'opposent sur les explications de nombreuses données économiques. Comment pourrait-il en être autrement ? Pour terminer, sachez que le NASDAQ dispose de trois niveaux de disponibilité. Le premier, et celui qui nous concerne directement, montre l'offre la plus élevée et la plus basse. Le second abrite essentiellement les informations relatives aux opérateurs, et le troisième est employé pour l'exécution des ordres.

Le Dimanche 08 Avril 2007 à 23:12
Article écrit par tounsredac ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  finances, banques, investissement, prêt immobilier, crédit, gestion patrimoine, assurances, crédit auto, allocation, comptabilité Finances


fleche Voir les autres articles commençant par N
 
Articles précédents :
  •  Créer son entreprise : les démarches
  •  Emoticones gratuits : comment télécharger des émoticônes
  •  Location d'un logement : le saviez-vous ?
  •  Dawson's Creek : une série télévisée à succès
  •  L’Ecosse : une destination touristique très prisée au Royaum...

Articles suivants :
  •  CAC 40 : c'est quoi ?
  •  Investissement immobilier : acheter une maison ou un appar...
  •  Ventes à distance ou « e-commerce » : tout ce qui est bon ...
  •  L'ACCRE : une aide pour la création de votre entreprise
  •  Les ASSEDIC : quels sont leurs rôles ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   banque finance Banque Finance
   banque bnp paribas Banque BNP Paribas
   banque populaire Banque Populaire
   credit agricole Credit Agricole
   credit du nord Credit du Nord



Le NASDAQ, principal indice des entreprises technologiques américaines, a connu un début resplendissant. Puis, l'explosion des start-up due à des révelations dont le juge Jackson n'avait pas mesuré le...