Mythe littéraire : définition


Partager




Pour définir le mythe littéraire, il faut déjà faire un retour sur la question du mythe lui-même. Étymologiquement, le terme tire son origine du grec « muthos ». Ce dernier confond les notions de récit et de parole. Notions qu'intègre la définition du mythe, dont de nombreux auteurs ont proposé des formulations différentes. Certains parleront de réinvention, dans un cycle ininterrompu, d'un même récit. D'autres veulent surtout souligner l'action d'êtres dotés de facultés dépassant les seules possibilités de la nature et évoluant dans un récit fabuleux.



L'on citera, pour illustration, Oedipe - personnage grec célèbre pour avoir tué son père et épousé sa génitrice. L'on commence à parler de mythe littéraire, à partir du moment où n'importe quel mythe est récupéré par la littérature. S'opère alors la fameuse ré-invention, ou réécriture, du récit, le but étant notamment de donner au mythe concerné de nouvelles dimensions qui le rapprochent du contexte de réception de l'oeuvre littéraire. Le point important à retenir, dans cette définition, est que de nouvelles significations vont être accolées au mythe, selon l'orientation prise par l'auteur. Cette orientation peut prendre diverses formes. Pour perpétuer le mythe, tout en le réadaptant, l'auteur peut choisir entre réinterprétation, transposition formelle et expansion. Donner un sens adapté au contexte de l'époque où il est est repris, voilà ce que l'auteur s'attache à faire, quand il adopte l'approche réinterprétative. Ainsi, selon les époques, le même mythe endossera diverses significations. Dans l'expansion du mythe, la littérature va imprimer à ce dernier un petit plus.


Il s'agit littéralement d'extrapoler le sens déjà présent dans un mythe donné, en créant de nouvelles figures pour jouer dans le récit, étendu autant que faire se peut. Transposer un mythe consiste, enfin, à en modifier le cadre, en terme d'espace temps. L'exemple qui pourrait le mieux parler de cette approche est celui du mythe d'Antigone. Repris par Jean Anouilh dans une de ses pièces datant de 1944, ce mythe renvoie à un autre personnage de la Grèce antique. À l'origine, il fait référence à l'idée de révolte contre des normes posées par des autorités supérieures.


Anouilh établit le parallèle, en choisissant comme cadre l'occupation allemande en France, mettant en avant le thème de la Résistance. Il est important de souligner que par toutes ces méthodes de reprise, le but ultime est de perpétuer le mythe. La question pourrait alors se poser, quant à l'utilité de cette perspective. L'intérêt réside simplement dans le fait que les mythes ont des rôles à jouer. La littérature contribue ainsi à pérenniser leur rôle moral et esthétique, religieux et surtout social. L'analyse d'un mythe littéraire impose, en outre, de connaître les sources du mythe considéré. Notons que la plupart des mythes littéraires nous viennent de l'aire gréco-romaine. À côté, il faut aussi reconnaître que de nombreux personnages imaginés à des époques plus proches de la nôtre ont enrichi la liste des mythes d'origine. Le critère commun qui définit ces personnages étant la manière particulière dont ils ont marqué l'imaginaire collectif, profondément et de manière permanente. Une des caractéristiques des mythes réside, en effet, dans leur aptitude à s'installer dans la durée et dans des espaces de vie différents.
mythe litteraire


L'on intègre également ces quelques personnages parmi les mythes littéraires, par le fait que leur figure sert de matériau fondateur à d'autres oeuvres qui les ont suivis. Le Dr Faust, issu de l'imaginaire allemand, par exemple, est constamment repris, depuis le 16ème siècle. Symbolisant le péché de la connaissance, il renvoie à l'incurable désir de l'homme d'accéder à des vérités défendues. Le mythe est revisité d'Espagne - avec « Le magicien prodigieux » de Pedro Calderon - en France, avec Paul Valéry et « Mon Faust », en passant par la Russie et bien d'autres endroits. Don Juan figure parmi les mythes littéraires qui ont suscité le plus de passion. L'on ne compte plus les oeuvres qui reprennent la figure de ce séducteur impénitent. Instabilité, solitude, libertinage ou désir simple d'indépendance sont autant de thèmes rattachés à ce mythe qui nous vient d'Italie et que tant ont réinventé. De Lord Byron à Milan Kundera et d'Alexandre Dumas à George Bernard Shaw. L'on peut encore citer toute une foule d'autres mythes littéraires plutôt rattachés à des profils comme celui du robot, du détective, ou du monstre tel que l'on en retrouve dans le « Frankeinstein » de Mary Shelley, ou le « Dracula » de Bram Stoker.

Le Dimanche 27 Juin 2010 à 10:35
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  littérature, livres, écrivains Littérature


fleche Voir les autres articles commençant par M
 
Articles précédents :
  •  Déchaussement des dents : causes
  •  Bouton de fievre sur la lèvre : remède
  •  Médicaments homéopathiques Boiron
  •  Pénicilline : une découverte très importante...
  •  Aquarium d’eau de mer : particularités

Articles suivants :
  •  Caoutchouc : entretien de cette plante ornementale
  •  Mazda 6 : fiche d'une voiture très appréciée...
  •  Champix : arrêt du tabac
  •  Œdème de Quincke : symptômes et traitement
  •  Azalée : entretien et particularités de cette plante...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






Pour définir le mythe littéraire, il faut déjà faire un retour sur la question du mythe lui-même. Étymologiquement, le terme tire son origine du grec « muthos ». Ce dernier confond les notions de réci...