Mur des Lamentations : lieu saint et emprunt d'histoire pour tous les juifs


Partager




Selon la Bible, en 1000 avant J.-C. le roi David, qui avait rallié toutes les tribus d'Israël, conquiert Jérusalem. Le roi Salomon qui succède à David, bâtit le « Temple de Jérusalem » Quatre siècles plus tard, le roi de Babylone, Nabuchodonosor, assiège Jérusalem et met le feu à toute la ville et au Temple. Après la mort de César (44 avant J-C), Hérode fait reconstruire le Temple. Ce second Temple est assailli par les troupes romaines de Titus en 70 et il est incendié. Les habitants de Jérusalem sont tués ou dispersés : c'est le début de la Diaspora. Le Temple ne sera jamais reconstruit. Le Mur des lamentations est l'unique vestige de ce Temple. L'appellation chrétienne de « Mur des lamentations » vient du fait que, devant ce vestige, les romains avaient autorisé les juifs à pleurer la ruine du Temple et l'exil d'Israël, une fois par an. Le mur comporte deux portions : une grande partie recouverte par des constructions et une portion qui émerge. La longueur totale atteint 485 mètres. La partie souterraine peut être vue, par quelques visiteurs à la fois, en empruntant le tunnel souterrain qui longe le mur sur plus de 200 mètres.


La partie visible compte vingt-quatre rangées de pierres atteignant une hauteur de dix huit mètres, Certaines pierres mesurent douze mètres de long sur un mètre de haut et pèsent plus de cent tonnes. Le Mur des lamentations sert de quatrième mur pour les maisons attenantes. Devant cette synagogue à ciel ouvert, une cloison sépare les hommes et les femmes, qui viennent prier ou se recueillir à toute heure. Le site est utilisé également pour des célébrations et cérémonies.


Le Mur des lamentations se trouve sur un site considéré comme « saint des saints » pour le judaïsme, le christianisme et l'islam. Il fait partie d'un plus grand site religieux, appelé « Har haBayit » par les juifs, « mont du Temple » par les chrétiens et le « Noble Sanctuaire » (Al-Haram al-Charif) par les musulmans. Les principaux actes fondateurs du christianisme se sont déroulés à Jérusalem. La ville biblique est, après La Mecque et Médine, le troisième lieu saint de l'islam. Après la conquête arabe de 638, Jérusalem retourne à l'islam : l'esplanade du Temple devient l'esplanade des Mosquées. Sur un rectangle de quatorze hectares, l'esplanade des Mosquées comporte le Dôme du Rocher et la mosquée Al-Aqsa. Pendant neuf siècles, Jérusalem restera musulmane. En 1947, David Ben Gourian déclare la naissance de l'état d'Israël. Pendant la guerre israélo-arabe, le site, sous contrôle des autorités jordaniennes, est interdit aux fidèles de religion juive, et ce, malgré les nombreuses plaintes auprès des Nations unies. Le site est même utilisé pendant un temps comme déchèterie.
mur des lamentations


Puis après presque vingt années, à l'issue de la guerre des Six Jours, les Israéliens prennent le contrôle de toute la ville de Jérusalem et entament aussitôt la destruction du « quartier arabe », afin de dégager l'esplanade. A noter : La coutume veut que les pèlerins déposent des feuillets contenant des souhaits ou des prières dans les fentes et crevasses du mur.

Le Vendredi 07 Novembre 2008 à 10:09
Article écrit par Frédérique ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  religion, islam, christianisme, catholicisme, judaisme, bouddhisme, hindousime, protestantisme, shintoisme Religion : monothéiste ou polythéiste, à chacun
ses croyances



fleche Voir les autres articles commençant par M
 
Articles précédents :
  •  Yasser Arafat : homme d'Etat palestinien qui reçu le Prix No...
  •  Lavage des mains : en quoi est-ce important ?
  •  Robot de cuisine multifonction : la polyvalence au service d...
  •  Isolant acoustique : c'est quoi ?
  •  Patrick Pélata : l'un des plus anciens dirigeants du groupe ...

Articles suivants :
  •  Luca Toni : portrait de ce footballeur italien
  •  Calendrier chinois : comment s'y retrouver ?
  •  La vanille de Madagascar
  •  Edonkey : comment cela fonctionne?
  •  Plan de travail en beton ciré : comment faire un plan de t...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 librepedibus a écrit [20/11/2008 - 12h04] 
librepedibus

Quelques compléments intéressants :

Le Temple et le mur occidental vus par Obadiah de Bertinoro, un Juif originaire du nord de l'Italie qui se rendit en Palestine en 1487 :
http://www/villemagne.net/site_fr/jerusalem-obadiah-de-bertinoro.php

et une vision très "XIXe siècle", celle de Pierre Loti :
http://www/villemagne.net/site_fr/jerusalem-pierre-loti.php





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   religion catholique Religion catholique



Le « Mur occidental », appelé « Mur des Lamentations » par les chrétiens, est le dernier vestige d’une section de la muraille ayant supportée le Temple de Jérusalem. Le Temple, érigé sous le roi Salom...