Médicaments homéopathiques Boiron


Partager




En matière d'homéopathie, les laboratoires Boiron peuvent se targuer d'être de vrais pionniers à l'échelle mondiale. Présent dans le secteur sous cette appellation, depuis la fin des années 60, ce grand nom de la pharmacie a derrière lui une longue tradition de l'art homéopathique. Son histoire commence beaucoup plus tôt, dès 1911. Aujourd'hui, ce spécialiste français attesté des médicaments homéopathiques jongle avec une vingtaine de filiales étrangères et fait avancer le terrain de sa spécialité, grâce à près de 4 milliers de collaborateurs.



Les médicaments homéopathiques Boiron sont le fruit d'un demi-siècle de recherche toujours plus innovante, au service d'une cause. Mettre à la disposition des clients des gammes de plus en plus variées de préparations totalement fiables, telle est la motivation qui anime au quotidien les collaborateurs de ce géant. Ce critère unique de fiabilité, cher aux laboratoires Boiron, est notamment garanti par les méthodes d'extraction utilisées sur leurs sites ainsi que par la sélection rigoureuse des ressources exploitées. Celles-ci incluent des substances minérales et chimiques, animales et végétales, sur lesquelles l'on opère une très forte dilution. Un répertoire comptant près de 3000 souches sert d'inspiration aux chercheurs de chez Boiron. Entre sel de mer, venins de serpent et arnica entre autres, les parties à utiliser sont recueillies selon des méthodes conciliant les résultats ciblés - quant à la qualité des médicaments - avec la législation en vigueur sur le territoire français. Voilà notamment pourquoi un cahier des charges a été établi pour cadrer la méthode dont les récoltants des matières premières végétales procèdent.


Quelle que soit leur nature, les matières premières font l'objet d'un contrôle pointilleux qui mobilise une horde de techniciens, chimistes, botanistes et pharmaciens. Une fois les matières premières sélectionnées, les laborantins passent à l'étape de la fabrication de la teinture- mère. Elle représente la forme brute du principe actif issu de la substance utilisée et s'obtient par macération. Pour certaines substances non- solubles, la teinture-mère s'obtient selon une méthode baptisée trituration au lactose.


C'est, en tout cas, à partir de ce produit que l'on va obtenir des dilutions à divers degrés, mais toujours dans le respect de la méthode hanhemannienne. Les deux lettres figurant sur le tube du médicament prêt à l'emploi renvoie à ce niveau de dilution : CH quand celle-ci se fait au centième, DH pour les dilutions au dixième. Avant que le médicament ne parvienne à la forme de présentation proposée aux usagers, la fabrication passe par une autre étape qui est celle de l'imprégnation. Les laboratoires Boiron disposent, pour ce faire, d'un processus automatique, breveté dès 1961. Il s'agit d'incorporer, sous atmosphère contrôlée, le principe actif à ce qui lui servira de support dans la forme finale du médicament. Celui-ci peut être des globules ou des granules. À l'issue de ces diverses démarches, les médicaments homéopathiques Boiron sont livrés aux prescripteurs sous diverses formes. Selon le cas, ils proposeront aux usagers des doses globules ou des tubes granules, les formes les plus classiques que l'on associe aux spécialités de Boiron. Mais la liste des médicaments de la marque se décline sous bien d'autres formes comme les comprimés et le sirop.
medicaments homeopathiques boiron


Collyre, ampoule buvable, unidose liquide et pommade remplissent également les tiroirs des officines, sous l'enseigne bleue. Au final, ces produits se retrouvent dans deux grandes catégories. D'une part, les formules accompagnées de posologie et se prêtant à des indications thérapeutiques précises. Elles sont destinées à diverses pathologies affectant la peau et les yeux, le système nerveux et la sphère respiratoire. Des formules adaptées aux allergies et aux maladies saisonnières figurent également dans la liste. D'autre part, tout un répertoire de médicaments issus de la recherche Boiron s'adapte à toutes sortes de symptômes, sans que cela remette en cause la sécurité de l'utilisation. Il ne faut donc pas s'étonner si un médecin prescrit la même dénomination pour les cas de céphalées de l'un et les états nauséeux d'un autre. Il faut juste se référer à un mode d'emploi simple. Il faut notamment éviter que les granules ne soient en contact avec les mains. Ensuite, pour la prise, il s'agit de les laisser fondre sous la langue, sans croquer. C'est en effet par la micro-circulation perlinguale que le principe actif va opérer sur l'organisme. Le principal avantage de ce mode d'administration étant que le principe ne transite pas par le foie qui pourrait dégrader ses effets.

Le Samedi 26 Juin 2010 à 09:50
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  homéopathie, medecine par les plantes L'homéopathie


fleche Voir les autres articles commençant par M
 
Articles précédents :
  •  Pénicilline : une découverte très importante...
  •  Aquarium d’eau de mer : particularités
  •  Courbatures musculaires : que faire ?
  •  Chuck Norris : facts, blagues sur google, mais acteur avant ...
  •  Vinaigre balsamique de Modène

Articles suivants :
  •  Bouton de fievre sur la lèvre : remède
  •  Déchaussement des dents : causes
  •  Mythe littéraire : définition
  •  Caoutchouc : entretien de cette plante ornementale
  •  Mazda 6 : fiche d'une voiture très appréciée...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   homeopathie Homéopathie



En matière d'homéopathie, les laboratoires Boiron peuvent se targuer d'être de vrais pionniers à l'échelle mondiale. Présent dans le secteur sous cette appellation, depuis la fin des années 60, ce gra...