Marina Petrella : qui est cette ex-membre des Brigades Rouges ?


Partager




Les Brigades Rouges ou « Brigate Rosse » constituent un regroupement de personnes dans une organisation terroriste italienne de l'extrême gauche. Ce bloc a semé la terreur et la violence sur le territoire italien à partir du mois de mars 1972 après la mort de l'éditeur Giangiacomo Feltrinelli. II comptait plus d'une cinquantaine de cadres avec un millier de membres actifs, hommes et femmes, constituant sa ramification et Marina Petrella figure parmi ces adhérents.



Depuis sa création, Marina a continuellement participé à des actes de terrorisme tels que des bombardements, des assassinats et des hold-up. Elle est née en 1954 en Italie et à son actif, elle est accusée de plusieurs attentats et crimes tel que l'exécution d'un commissaire de Police, l'enlèvement et la détention d'un magistrat, ajoutés de quatre autres agressions. Ces débordements ont été tous commis entre 1977 et 1982. De ce fait, la Cour d'Assise de Rome a annoncé le 06 Mars 1992 un verdict qui l'a condamnée d'une peine d'emprisonnement à perpétuité. Elle a déjà été arrêtée pour la première fois en 1978, suite à son union à une équipe armée et aussi à une affaire de production de faux documents. Mais l'autorité n'a pas pu la condamner de ces actes malicieux et elle lui a rendu sa liberté. Elle continuait alors de commettre des délits jusqu'en 1982, l'année où elle fut capturée pour la seconde fois après une fusillade entre policiers et quelques brigadistes. Marina Petrella était à cette période l'une des personnes qui tenaient des responsabilités importantes au sein du groupe des Brigades Rouges.


Elle a affirmé lors de sa captivité être "communiste combattante, membre des Brigades Rouges" et se prétendait comme une prisonnière de guerre. Elle était détenue seulement pendant quatre ans sous le verrou grâce à une procédure qui lui rendait sa liberté assez vite. Par ailleurs, le kidnapping du Président du Parti Démocrate Chrétien Aldo Moro, suivi de son exécution cinquante-cinq jours après sa détention en 1988 lui colle au dos. Ainsi, la Cour de Cassation confirmait sa sentence en 1993, la condamnant à une incarcération à vie.


A ce moment-là, elle a pris la fuite vers la France où les réfugiés étaient protégés par la « doctrine de Mitterrand ». Cette dernière couvrait Marina Petrella sur le territoire français durant à peu près 15 ans, vu que l'Etat prit part à la protection des personnes en exil politique. Cette attitude se tenait pendant le 65ème Congrès de la Ligue des droits de l'homme qui plaidait que toutes personnes ayant commis des crimes et des actes terroristes avant 1981 et qui ont pu se redresser à nouveau seront réinsérées dans la société française. Le Président Mitterrand annonçait à cette époque au gouvernement Italien que ces personnes converties et qui se sont repenties seront à l'abri de toute sanction par la voie d'extradition. Par contre, celles qui sont inculpées dans des crimes de sang et que leurs accusations sont appuyées par des preuves tangibles visées par les juges italiens sont exclues de ce traitement de faveur, alors, leur rapatriement s'effectuerait sans aucune objection. Le décret d'extradition a été approuvé par la signature du Premier Ministre François Fillon le 09 juillet 2008.
marina petrella


Finalement, Sarkozy accepta contre son gré le renvoi de Petrella alors, il a rédigé une lettre officielle au président du Conseil italien Silvio Berlusconi le 10 juillet 2008 pour gracier la condamnée dans la mesure du possible. Mais celui-ci répondit que seul le Président de la République Italienne est le seul détenteur du pouvoir d'acquitter ou non Marina de ses condamnations. Ainsi, cette femme ex-brigadiste fondait une seconde famille en France afin de s'échapper à la poursuite judiciaire de l'Etat Italien et elle y vit jusqu'au 21 Août 2007, le jour où elle fut arrêtée pour la troisième fois. Elle tentait de résister contre son rapatriement vers Rome, mais la procédure d'extradition des réfugiés Italiens persistait. A 54 ans, Petrella n'était plus dans ses états physiques suite à une grève de la faim et de la soif qu'elle a réalisée quelques temps après sa captivité. De ce fait, deux grands hommes politiques français Jacques Gaillot et Jean Jacques Karman ont manifesté à l'unanimité la réclamation de la libération inconditionnelle de Petrella, à cause de son état de santé. En plus, on l'a soutenue à cause de son redressement ainsi que de son comportement vis-à-vis de la société durant ces dernières années. Ainsi, ils ont sollicité une libération immédiate, une annulation de toute poursuite judiciaire et d'extradition à l'encontre de Petrella, tout comme à son homologue Cesar Battisti. D'autre part, cette ex-brigadiste a reçu de la part de la Ligue des droits de l'Homme une assistance d'organisation. Même Nicolas Sarkozy a fait une intervention sur ce rapatriement vers l'Italie à travers une annonce officielle, le 12 Octobre 2008. Le président a peut-être réagi selon le conseil de son épouse, Carla Bruni Sarkozy, qui d'ailleurs a rendu une visite de façon clandestine à Petrella dans l'hôpital Sainte-Anne 4 jours avant, c'est-à-dire le 8 octobre. Le 14 Octobre 2008, il est décidé que l'extradition sera annulée sous prétexte de l'état de santé de la détenue et donc pour des causes humanitaires. Par ailleurs, la position de l'autorité française vis-à-vis des criminels réfugiés sur le territoire demeure encore la même voire s'amplifier encore plus. On pense que ces anciens terroristes pourraient regretter leurs actes antérieurs, tout comme si l'on prétend avoir des compassions envers la famille des victimes.

Le Samedi 22 Novembre 2008 à 09:10
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  mafia, maffia, criminels, grand bandistisme, maffieux, cartel Noms du grand banditisme et organisations
criminelles



fleche Voir les autres articles commençant par M
 
Articles précédents :
  •  Pressothérapie : pour des jambes plus fines et plus légères ...
  •  Les traitements curatifs pour le bois
  •  Cafetière Senseo : spécial café expresso...
  •  Ver solitaire : qu'est-ce que le Taenia ?
  •  Sofia Essaïdi : biographie de cette artiste très complète...

Articles suivants :
  •  Conduite accompagnée : les conditions pour prendre le vola...
  •  Bernard Werber : biographie d'un écrivain de science-ficti...
  •  Bob l'Eponge : personnage de dessin animé aimé des petits...
  •  Adobe After Effects : logiciel de graphisme et d'animation
  •  Les genres musicaux sont-ils l'expression des contradictio...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 jugurta a écrit [24/11/2008 - 09h49] 
jugurta

Marina Petrella est aussi responsable du massacre de la gare de Bologne et de Piazza Fontana et Berlu est une danseuse étoile.





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   criminalite Criminalité



Les Brigades Rouges ou « Brigate Rosse » constituent un regroupement de personnes dans une organisation terroriste italienne de l’extrême gauche. Ce bloc a semé la terreur et la violence sur le territ...