Le marché du Zoma à Madagascar


Partager




Le marché du Zoma est un marché public de la ville d'Antananarivo, la capitale malgache. Il a été baptisé ainsi parce que c'est un marché hebdomadaire ayant lieu le vendredi, « Zoma » voulant dire « vendredi ». L'histoire du marché du Zoma est riche en péripéties depuis qu'il a été instauré au cours du XVIIIe siècle, à l'époque des rois. Des pavillons furent construits sur une partie de la ville basse d'Analakely dans le but d'abriter les commerçants. D'autres tables ornées de parasols blancs étaient installées sur l'Esplanade.



A ses débuts, le marché du Zoma offrait une très belle image de la ville d'Antananarivo. Le vendredi, des paysans se ruaient pour amener leurs produits sur le marché, tandis que d'autres gens venus de plusieurs villages ne voulaient pour rien au monde rater cette journée connue pour être festive. Car le marché du Zoma est depuis toujours l'occasion pour les riverains de faire leurs emplettes hebdomadaires et pour les vendeurs de présenter les produits artisanaux, les produits de la ferme, les produits de la récolte, et bien d'autres articles. On disait à l'époque que l'on pouvait tout trouver au marché du Zoma. De la mercerie, des bijoux, du tissu, des produits alimentaires comme la viande, le lait, les oeufs, chaussures pour les fêtes, des livres et des fournitures de bureaux, tout se voyait sur les étals d'Analakely. Mais le marché du vendredi est aussi une occasion pour les Tananariviens de l'époque de se rencontrer, de parler de la semaine, de la vie de la société, des grands événements, bref, des dernières nouvelles. Ce lieu de sociabilité, tout en incarnant la citadinité de la population est devenue au fil du temps un des grands fondements de la ville.


Occupant tout le bas quartier d'Analakely, s'étalant entre les deux escaliers en pierre de la Reine Ranavalona I, l'Esplanade, et l'Avenue de l'Indépendance, le marché a occasionné par la suite des problèmes de circulation chaque vendredi. Embouteillages et insécurité par surpopulation étaient le lot de la vie des Tananariviens pendant les jours du marché au cours des années 80. En 1990, la municipalité de la ville a ordonné la suppression de ce marché pour la raison qu'il n'était plus ce qu'il était avant.


En effet, l'image symbolique d'une vie citadine a été hachurée par la présence de voleurs à la tire, de détritus jetés par-ci et par-là tant par les marchands que par les acheteurs, et des vendeurs informels qui s'installaient un peu partout et faisaient de l'ombre à ceux qui sont légalement inscrits à la municipalité. L'exode rural massif n'a fait qu'empirer la situation. La place respirait l'anarchie et le non-respect de la loi. Et même si le marché du Zoma avait une grande place dans la vie et le coeur de plusieurs générations de Tananariviens, ces derniers ont assisté avec soulagement à sa suppression. D'ailleurs, à cette époque, le marché n'avait plus l'image citadine qu'ils avaient de lui. Il a acquis une image plutôt dégradante et n'avait plus le même symbole. Les commerçants étaient alors transférés dans d'autres quartiers comme Andravoahangy. Mais le malaise procuré par les changements au niveau municipal persiste toujours car actuellement, même si le marché officiel n'est plus où il était avant, des centaines de commerçants opérant de façon informelle ont recommencé à inonder la place du Zoma.
marche zoma


Et les citadins, habitués à l'endroit, ne contestent même plus ces irrégularités mais se penchent sur les articles vendus au bord des trottoirs d'Analakely. Des remaniements au sein de la municipalité de la ville ont emmené à revoir le statut du marché du Zoma. Pour réparer les méfaits des années 80 sur le quartier, la municipalité d'après 2002 a entamé de grands travaux de rénovation des pavillons et des espaces verts tout en essayant de conserver l'originalité de l'architecture initiale des bâtiments du marché. Pour les dirigeants du pays, le marché du Zoma reste un endroit symbolique de la ville d'Antananarivo. Il figure dans plusieurs cartes postales et anciens albums de souvenirs de voyage. Les images prises pendant les années 1920, 1960, 1972, 1980 et 1990 diffèrent totalement. Malheureusement, les images des dernières années restent les plus déchirantes et les plus expressives du mal qui rongea peu à peu cette institution de la ville. Seule une image du marché du Zoma prise dans les années 1920 vaut vraiment la peine d'être conservée.

Le Jeudi 25 Septembre 2008 à 10:34
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Madagascar, voyage, geographie, tourisme, culture Madagascar : à la découverte de la Grande Île


fleche Voir les autres articles commençant par M
 
Articles précédents :
  •  Les cuvettes naturelles : qu'est-ce que les ''marmites du gé...
  •  Le hira gasy : chant folkorique malgache
  •  Les phares au xénon : pourquoi installer des phares au xenon...
  •  Installation GPL : comment ça se passe ?
  •  Tables à induction : comment choisir ?

Articles suivants :
  •  Hachoir à viande comment choisir ?
  •  Les additifs pour moteur : à quoi ça sert ?
  •  Comment vernir le parquet ?
  •  Comment savoir le kilométrage exact d’une voiture ?
  •  Les produits artisanaux de Madagascar




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   voyage madagascar Voyage Madagascar



Le marché du Zoma est un marché public de la ville d’Antananarivo, la capitale malgache. Il a été baptisé ainsi parce que c’est un marché hebdomadaire ayant lieu le vendredi, « Zoma » voulant dire « v...