Mallarmé : un poète français du 19ème siècle


Partager




Étienne (Stéphane) Mallarmé est né le 18 mars 1842 à Paris. Issu d'une famille de fonctionnaires dans l'administration, il a cinq ans lorsque sa mère meurt et que son père se remarie. Mallarmé est alors confié, ainsi que sa soeur, à ses grands parents maternels qui feront toute leur éducation. Il s'éprend très vite de la littérature et commence à écrire très tôt, s'inspirant, entre autres, de Charles Baudelaire et Edgar Allan Poe. Déjà solitaire, Mallarmé se renferme encore un peu plus, lorsque sa jeune soeur meurt à l'âge de quinze ans.



Après un court passage chez les surnuméraires, Mallarmé rencontre Emmanuel Langlois Des Essarts qui va l'introduire dans les milieux littéraires. En 1862, paraît ses premiers poèmes (le Guignon, le Sonneur), inspirés de Victor Hugo. Pour se consacrer le plus longuement possible à la littérature, Mallarmé s'oriente vers l'enseignement et devient professeur d'anglais. C'est cette même année qu'il rencontra Maria Gehrardt, avec qui il partît à Londres et se maria. À partir de ce moment là, sa vie semble écrite, sans histoires. Marié, père de famille (une fille, Geneviève, naîtra en 1864, un fils, Anatole, verra le jour en 1871), il sera professeur d'anglais, avec, pour seul possibilité de s'échapper, son oeuvre. Durant sa carrière d'enseignant, Mallarmé occupa plusieurs postes en France (Tournon, 1863-1865 ; Besançon, 1866 ; Avignon, 1867). À Tournon, il fut victime d'une grave dépression qui lui inspira un début de tragédie, Hérodiade, qu'il ne terminera qu'en 1867.


En 1865, il écrit un monologue dramatique, le Faune ; c'est la première version de l'Après-midi d'un faune, qui ne verra le jour qu'en 1876, avant d'être mis en musique par Claude Debussy. En 1870, Mallarmé revient à Paris et cherche, quelque temps, une place de bibliothécaire qui lui laisserait d'avantage de temps à consacrer à sa prose. Mais, en 1871, il sera de nouveau nommé professeur au lycée Fontanes (devenu, lycée Condorcet).


Pourtant, à Paris, Mallarmé commence à être reconnu et peut ainsi prendre part à la vie littéraire de la capitale. C'est ainsi qu'il écrit Toast funèbre (1873) en hommage à Théophile Gautier, mort l'année précédente et le Tombeau d'Edgar Poe (1876), son modèle. Mallarmé participe également à la rédaction d'un journal féminin, la Dernière Mode, « gazette du monde et de la famille » (octobre 1874). Ce qui lui permet de gagner un peu plus d'argent. Dans le même objectif alimentaire paraissent en 1877 les Mots anglais, « philologie à l'usage des classes et du monde », les Dieux antiques (1880), « mythologie illustrée à l'usage des lycées, pensionnats, écoles et gens du monde ». Tout semble aller pour le mieux lorsque, le 6 octobre 1879, son fils, Anatole, meurt. Cette mort lui en rappelle d'autres et le replonge dans la dépression. Il traduira ces moments difficiles dans Le Tombeau d'Anatole en1962. La rencontre avec Méry Laurent, un des modèles favoris de Manet (1884), le divertit de sa douleur. Il écrira pour elle, entre autres, des Vers de circonstance qui ne seront publiés qu'en 1920.
mallarme


A partir de 1884, Mallarmé retrouve la vie littéraire, et sort en 1885, dans la Revue indépendante, le poème Prose pour des Esseintes, poème jugé décadent pour l'époque. Et pourtant, c'est la gloire. L'univers symbolique de Mallarmé entraîne dans son sillage de jeunes poètes comme Paul Claudel, Paul Valéry ou Camille Mauclair, pour ne citer qu'eux. Malgré cette reconnaissance, Mallarmé continue d'exercer ses fonctions d'enseignant. En 1884, il est nommé professeur au lycée Janson-de-Sailly ; et l'année suivante, professeur au collège Rollin. Il y restera jusqu'à sa retraite. Parmi ses dernières publications, on notera : Poésies, la traduction des poèmes d'Edgar Poe et de Ten O'Clock de James M. N. Whistler (1888). Mallarmé meurt le 9 septembre 1898, peu après la sortie d'Un coup de dés jamais n'abolira le hasard, paru dans la revue Cosmopolis.

Le Jeudi 20 Décembre 2007 à 10:35
Article écrit par Djafar ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Poètes Français Poètes Français


fleche Voir les autres articles commençant par M
 
Articles précédents :
  •  Dés de collection "Marie Antoinette" : une idée cadeau pour ...
  •  Angiome : c'est quoi ?
  •  Ville de Mamers : station verte de vacances dans la Sarthe
  •  Fouquet's Paris : quand gastronomie française rime avec luxe...
  •  Thierry Lhermitte : biographie de cet acteur français

Articles suivants :
  •  Gaumont : la plus ancienne société de cinéma dans le monde...
  •  Les Jumeaux : des idées pour apprendre à cultiver la diffé...
  •  Le mystère du Père Noël : comment en parler aisément à vot...
  •  Sophie Marceau : célèbre actrice révélée par la Boum...
  •  Shark Bay : la baie aux requins au large de l'Australie




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !



Etienne Mallarmé : fiche détaillée  



Etienne Mallarmé


(0 vote)
Nom : Mallarmé

Prénom : Etienne

Décédé le : 09/10/1898 à l'âge de 56 ans

Retrouvez Etienne Mallarmé sur Star Buzz !



Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.fichePersonnalite.php


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   livres Livres
   poesie Poésie



Mallarmé est à l’origine d’une œuvre importante, tant quantitativement que qualitativement. Ce célèbre poète a renouvelé la poésie au XIXème siècle, ne se limitant plus aux souffrances ou aux joies du...