Maison Bonaparte d'Ajaccio


Partager




La Maison Bonaparte a été classée monument historique en 1967. Mais si elle a reçu cet honneur, c'est qu'il existe des raisons, tout aussi bien historiques qu'esthétiques. Elle relève d'une histoire tout aussi passionnante qu'émouvante. Étant une propriété seigneuriale du XIVè siècle, la demeure appartenait dans le temps à Guillaume Goudet, sergent d'armes de Charles VI. Elle était nommée alors la Malmaison. Vers la fin du XVIIè siècle, la famille Bonaparte, d'origine italienne, habitait dans une partie de la maison uniquement. Et petit à petit, cette famille en question tentait de gagner du terrain, par tous les moyens, voire des mariages d'intérêts, afin de s'approprier la demeure entière. Les premiers résultats ne se sont pas fait attendre, puisqu'en 1766, la rue Malerba où était sise la demeure, a pris le nom de rue Bonaparte. Mais la maison était alors en piteux état, et nécessitait d'onéreux travaux. Et c'est Charles de Bonaparte, assesseur de la juridiction royale d'Ajaccio et avocat au Conseil Supérieur de la Corse, qui prit en main la rénovation de la demeure. Cet important personnage a été reconnu noble par la royauté française en 1771.


Mais décédé prématurément en 1785, son oncle Luciano l'archidiacre lui succéda puisque son fils aîné, Joseph était alors trop jeune. Effectivement, ce dernier n'avait que 17 ans en ce temps-là. Alors, l'archidiacre Luciano s'appropria un bâtiment dans le proche voisinage et agrandit la bâtisse même en acquérant la propriété des Milelli, sise à 3 km environ d'Ajaccio. Mais entre temps, le foyer de Carlo-Maria Bonaparte, le premier héritier mâle de la famille Bonaparte, s'était appauvri et a dû économiser au maximum.


Ce n'est qu'à la mort de cet oncle Luciano qu'ils ont enfin pu repartir du bon pied, avec l'héritage. Mais suite à la Révolution, la famille a dû s'enfuir pour atterrir à Marseille. C'est alors que les biens familiaux laissés ont été pillés, et la propriété prise par les Anglais pour leur servir de dépôt d'armes, de magasins, et même d'habitation pour les officiers. Cela a duré jusqu'en 1796, lorsque les Anglais ont enfin été pourchassés de Corse. Joseph rentra alors au bercail, fit appel à un architecte suisse de renom, Samuel-Etienne Meuron pour tout remettre en état. Il obtint l'appartement du deuxième étage, celui d'Ignazio Pianelli. La demeure fut enfin dotée d'une rampe d'escalier. Mais, en 1805, la demeure est devenue sujet de discordes, concernant son appartenance réelle. L'héritage passa donc par les mains de André Ramolino, cousin de l'épouse de Carlo-Maria Bonaparte, Letizia. Puis, après son décès en 1831, Napoléon Levie Romano qui n'était autre que son filleul, en hérita. Mais Letizia refusa de reconnaître cet acte. Alors, le demi-frère de cette dernière prit la relève, le cardinal Fesch. Puis vint le tour de Joseph, fils de Carlo-Maria Bonaparte.
maison bonaparte ajaccio


Entretemps cependant, Napoléon Romano avait eu l'audace d'emporter avec lui tout le mobilier. La maison était donc vide. La fille de Joseph Bonaparte, la princesse Zénaïde de Canino, céda le tout à son cousin, l'Empereur Napoléon III en 1852. Et avec son épouse, ce dernier s'est occupé de tenter de racheter le mobilier. Ainsi, il fit appel à un architecte du palais de Fontainebleau, Alexis Paccard, qui à son tour, demanda l'aide du sculpteur, peintre et architecte ajaccien Jérôme Maglioli. Les deux faisaient la paire et menaient en grande partie à bien le projet. Malgré tous les efforts fournis au fil des siècles, la demeure fut confisquée, et rendue au Prince Impérial en 1874, pour ensuite, de fil en aiguille, revenir à son héritier le Prince Victor. C'est en 1923 que ce dernier en a fait don à l'État. En 1967, la demeure seigneuriale est donc devenue un musée national, et est classée Monument Historique. Aujourd'hui, elle est associée au musée national de la Malmaison, qui s'est même agrandi en 2002. Toute une histoire pleine de suspens, de quiproquos, de hauts et de bas. La Maison Bonaparte garde les événements historiques, les personnages historiques, des familles royales, la naissance d'empereurs tels Napoléon Ier et Napoléon III, dans son âme, et en garde également les cicatrices. L'histoire de la France vit encore dans cette Maison Bonaparte avec les incertitudes, les peurs, les victoires, les joies et les peines. Mais plus que par écrit, le musée offre un récit plus explicite, plus vivant encore, et les informations y coulent de source. Autant le vivre sur place au lieu de le lire ici uniquement.

Le Mardi 09 Juin 2009 à 10:15
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  tourisme france, lieux touristiques, tour eiffel, louvre, musée Monuments et lieux touristiques en France :
découvrir le patrimoine historique français



fleche Voir les autres articles commençant par M
 
Articles précédents :
  •  Siècle des Lumières : définition
  •  Amandine Bourgeois : de MySpace à la Nouvelle Star
  •  Henri VIII d'Angleterre : biographie
  •  La série télévisée V aura une suite en 2009...
  •  Château des Rohan de Saverne

Articles suivants :
  •  Klaus Barbie : un procès pour crime contre l'humanité défe...
  •  Naturisme : à la plage ou au camping, entre amis ou en fam...
  •  Crampes nocturnes : causes et traitements
  •  Comment devenir coiffeur : parcours, école, diplôme......
  •  Belfast : ville capitale de l'Irlande du Nord




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   corse du sud 2a Corse du Sud 2A



La Maison Bonaparte a été classée monument historique en 1967. Mais si elle a reçu cet honneur, c'est qu'il existe des raisons, tout aussi bien historiques qu'esthétiques. Elle relève d'une histoire t...