La Liberté guidant le peuple de Delacroix : analyse et explication


Partager




"La Liberté guidant le peuple" est un tableau célèbre d'Eugène Delacroix, qui a soulevé l'intérêt des critiques. Cet oeuvre d'art fut admis au musée de Luxembourg en 1863 et à celui du Louvre en 1874. Alors qu'il a été achevé en décembre 1830, sa première exposition a eu lieu en mai 1831. L'oeuvre est très marquant, aussi bien pour l'artiste que pour le public et les critiques. D'abord, il a figuré sur les billets de Cent francs français avant l'utilisation de l'Euro, c'est-à-dire de 1978 à 1995.



Les timbres portant le titre "Liberté" de 1982 à 1990 avaient comme effigie l'image du tableau. Elle apparaissait même sur une page de livre scolaire et une gravure de la révolution soviétique a été copiée sur cet oeuvre, avec quelques modifications des personnages, par exemple celui de l'héroïne en homme. Et même "Les Misérables" de Victor Hugo s'en est inspiré notamment pour les personnages de Gavroche et de son ami. Et aujourd'hui, moins de deux siècles plus tard, il inspire encore les gens en ayant sa place sur la pochette du quatrième album du groupe Coldplay. Cela traduit la grandeur de l'oeuvre dans les différentes interprétations qu'on en fait, même si son auteur n'a pas été chaudement reconnu par ses contemporains. Il reste intéressant pour bon nombre de gens, de différents centres d'intérêts, culture et temps. On ne reste pas indifférent à ce tableau, quelles qu'en soient les critiques, et même s'il affecte quelquefois la culture dans une certaine limite, mais l'importance de l'oeuvre ne se mesure-t-elle pas par la force des critiques et la curiosité qu'elle suscite ?


Le tableau est peint en l'honneur des "Trois Glorieuses" de la révolution de 1830, c'est-à-dire des trois journées de la prise du pouvoir par le peuple et Louis Philippe : les 27, 28 et 29 juillet. Pour comprendre l'oeuvre, faisons un petit aperçu de l'artiste. La plupart de ses tableaux témoignent de luttes et de victoires, de témérité, quelquefois d'agressivité contrastant avec le romantisme mis en évidence qui s'exprime par les couleurs et le dynamisme. Ses oeuvres évoquent le plus souvent une époque donnée où l'histoire est marquée par un événement exceptionnel.


Et l'artiste mêle l'épopée et la mythologie à l'amour de la vie et de la femme, de tout ce qui éveille l'être et l'âme. Eugène Delacroix est un homme d'imagination, de romantisme et de passion et un peintre au lyrisme baroque. Dans l'histoire du moment, Charles X a été méprisé, à cause de sa dictature, par le peuple qui s'est allié à Louis Philippe, et ce soulèvement populaire a bien sûr inspiré l'artiste pour peindre son tableau. Lui, qui est issu d'une lignée de révolutionnaires, étant du peuple et non de l'aristocratie et qui n'est pas insensible au contexte politique du moment, sans toutefois participer lui-même à la guerre, il l'a peint. Concernant le tableau proprement dit, son auteur se soucie beaucoup plus de la couleur, des dessins et des formes plutôt que de la traduction ou de l'interprétation. Une cassure entre le fond assez flou du paysage et les personnages de premier plan attire l'attention des critiques. Les couleurs les plus visibles sont vives, bien qu'une excellente touche sur les nuances permette d'interpréter la variation de la luminosité, mettant l'accent sur l'ombre et la lumière.
liberte guidant peuple delacroix


Ses couleurs sont aussi quelquefois interprétées comme dénotant une certaine violence quand la scène est bouillonnante, mais elles sont appréciées à cause des différents tons utilisés. En ce qui concerne les personnages de la scène, les traits sont marqués, bien représentés avec des détails inhabituels comme les cheveux qui dépassent le bonnet, le profil grec de "La Liberté" ou la femme héroïne brandissant le drapeau tricolore qui n'échappent pas aux physionomistes. "La Liberté" est téméraire, traduisant la hardiesse et la force d'une femme qui conduit les hommes à la victoire. L'imaginaire prime sur le réel, les sentiments de l'artiste sont représentés par les corps des ennemis du peuple gisant sur le sol et foulés aux pieds des victorieux. Le tableau a une taille imposante de 3,25 mètres sur 2,60 mètres. Il a fait des tournées en Orient, au Japon en passant par le Golfe. Le caractère érotique traduit par la nudité de certains personnages a offusqué plus d'un et choqué les moeurs de certains pays : les seins découverts de "La Liberté" ont été cachés lors de son passage dans le Golfe. D'autres ont reproduit le tableau en 2006 sur l'étiquette de la bière des "Sans Culottes", le jugeant d'"indigne et indécent" dans quatre états membres des Etats-Unis.

Le Dimanche 10 Mai 2009 à 12:47
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Arts plastiques, peinture, peintres, sculpture Arts plastiques


fleche Voir les autres articles commençant par L
 
Articles précédents :
  •  Air force one : la flotte présidentielle des USA
  •  Caroline Diament : animatrice de télé et de radio française...
  •  Fibrillation auriculaire : définiton, causes et traitement...
  •  Paul Levesque : Triple H à retrouver sur Myspace ou Facebook...
  •  Bérénice Bejo : biographie de cette actrice française...

Articles suivants :
  •  L'Aquila en Italie : chef lieu de la région des Abruzzes...
  •  Échelle de Scoville : définition
  •  Trench Coat : de Burberry au prêt-à-porter
  •  Euro Millions : loterie aux gains impressionnants
  •  Capital risque : définition




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






"La Liberté guidant le peuple" est un tableau célèbre d'Eugène Delacroix, qui a soulevé l'intérêt des critiques. Cet oeuvre d'art fut admis au musée de Luxembourg en 1863 et à celui du Louvre en 1874....