La langue des signes : qu'est-ce que la LSF ?


Partager




La Langue des signes, plus couramment connue sous l'appellation de « LSF » en France (Langue des signes Française), est le langage non verbal sous forme de mimiques, donnant des signes qui obéissent à une grammaire spécifique. Ce sont les sourds et/ou les muets qui utilisent cette langue des signes pour communiquer car il se peut qu'un sourd ne soit pas muet. Il est bien entendu question ici de langage non verbal mais visuel également.



Autrefois, les personnes atteintes de ces malformations auditive et/ou vocale étaient considérées comme des êtres différents étant donné qu'ils ont une incapacité à exprimer ce qu'ils pensent et à se faire comprendre par les autres hommes normaux. Pour combler cette lacune en communication, ils (les sourds et/ou les muets) ont élaboré entre eux un nouveau système de langage pour communiquer entre eux au début et plus tard avec les autres qui parlent et qui leur sont différents. C'est grâce à la mise en place de ce précepte que la langue des signes a pu commencer à évoluer et aller jusqu'à retenir l'attention d'un abbé nommé « Charles Michel de l'Epée » dans les années 1760. Il a observé la communication par des gestes de deux jumelles malentendantes qu'il a pu faire ses premières constatations sur cette pratique. Il avait compris que l'on pouvait discuter et s'échanger des propos à l'aide de moyen non-verbal sans utiliser la parole. Tellement fasciné par cette découverte qu'il a apprise, il décida ainsi d'en établir des règles grammaticales.


Il en toucha quelques mots au roi, afin de prouver à ce dernier que les malentendants ne sont pas idiots mais c'est leur façon de dialoguer qui diffère de celle des communs des mortels et qui entraîne une mésentente. Par le biais de cette entrevue, il a aussi voulu obtenir le droit d'établir une école pour les sourds-muets. Sa requête fut acceptée par le roi et l'école édifiée à Paris porte encore son nom, l'Institut Saint-Jacques.


Quand il mourut en 1789, ce fut l'abbé Sicard qui devint son successeur, malheureusement il n'est pas arrivé à la cheville de son prédécesseur car il a essayé d'instaurer une règle plutôt compliquée que l'on a dû mettre aux oubliettes. Mais, en 1880 c'est le congrès de Milan qui a décrété que la langue des signes était interdite et que ce sont les malentendants qui doivent adopter l'autre moyen de communication qui est le verbal, c'est-à-dire qu'ils doivent pratiquer l'orale pour communiquer avec les entendants, plus communément connus sous le nom d'oralistes. Ce congrès a même élaboré un décret avec des affirmations inexactes invoquant que la langue des signes entraîne une tuberculose, empêche la respiration et que du point de vue de la religion, c'est un langage qui montre que Dieu n'existe guère. Alors, cette pratique a cessé durant une centaine d'années, surtout dans les salles de classe où le fait d'adopter la langue des signes était considéré comme une faute grave. Mais malgré tout, ce langage a pu subsister au fil des années, par sa transmission de génération en génération.
langue signes


Ce n'est qu'au XXème siècle, plus précisément en 1991, qu'une loi fut adoptée faisant de la langue des signes une langue à deux options, l'oral et l'écrit. Le langage des sourds-muets a été intégré dans la langue officielle française par le décret sorti en 2005. Par rapport à la grammaire normative, l'articulation grammaticale de la LSF dispose d'une grammaire tridimensionnelle, elle peut donc exprimer plusieurs choses à la fois sans pour autant rendre confus le message. Dans cette nouvelle grammaire, les gestuelles et les expressions faciales aident beaucoup plus pour faire passer les informations. En voici un exemple des plus simple dans cette langue, si l'émetteur fronce les sourcils quand il pose une question, cela indique qu'il veut une réponse positive ou négative (un oui ou un non). Par contre, s'il écarte largement les sourcils quand il demande quelque chose, cela signifie qu'il veut une réponse nette. Notons que les sourds-muets utilisent aussi cette dernière méthode pour préciser un point dans sa conversation. Cette discipline obéit à des règles différentes de celle qu'on a l'habitude de voir dans les langues des oralistes. La langue des signes ne présente pas de conjugaison, ni de forme pronominale, à leur place il y a respectivement « la ligne du temps » et « les transferts ». En ce qui concerne la narration, ils utilisent les mimiques et les expressions scéniques. Toutefois, il est à noter que l'ordination des mots débute toujours par l'endroit, puis le moment, ensuite le sujet de la conversation et enfin l'action qui se déroule. Comme toute langue, la LSF a connu plusieurs modifications au cours des années car ses vocabulaires s'enrichissent de plus en plus que le temps avance. Cela est dû au progrès dans le monde qui influe sur l'évolution du vocabulaire donnant naissance à de nouveaux vocabulaires, ne serait-ce qu'au niveau des adolescents qui ressentent le besoin de créer des signes tout à fait nouveaux. Cette évolution atteint principalement les signes mimés (iconiques), les signes arbitraires, sans oublier que la langue française elle-même a apporté une grande influence dans le vocabulaire de la LSF.

Le Dimanche 11 Janvier 2009 à 08:55
Article écrit par Toli ()




fleche Voir les autres articles commençant par L
 
Articles précédents :
  •  Fernando Verdasco : joueur de tennis espagnol et véritable s...
  •  Paul Krugman : grand économiste américain
  •  Les 3 Brasseurs : l'histoire d'une brasserie unique en son g...
  •  Équipe Spéciale d'Acrobatie de police
  •  Playstation Home : le nouvel espace communautaire virtuel de...

Articles suivants :
  •  Les huîtres du littoral français : un met à savourer sans ...
  •  L'arthroscopie c'est quoi ?
  •   Chape liquide : comment cela fonctionne ?
  •  CAF - Allocations familiales : démarches, critères et info...
  •  Dysphasie et dyslexie : c'est quoi ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 Victor82 a écrit [26/02/2009 - 00h29] 
Victor82

Je n'ai pas trouvé de possibilité de contacter la personne ayant écrit cet article. Je la remercie pour son dévouement à informer la population sur certains thèmes de la société et de la vie quotidienne. Mais s'il-vous-plaît, faîtes le correctement, à bon escient et diffusez de bonnes informations, non de l'intox.

La LSF (LANGUE des signes) n'est pas le langage de mimiques des sourds-muets mais bien la langue des sourds, autrefois appelée langage des sourds ou gestuel, à l'époque où les esprits étaient un peu plus fermés encore, à l'époque où les linguistes ne s'étaient pas encore penchés sur cette langue. Les sourds ne l'ont pas créée ! Les langages gestuels sont les premières formes de communication qui sont apparues dans l'histoire de l'Humanité. La LSF est donc aujourd'hui la langue naturelle des Sourds et même maternelle dès lors qu'un couple sourd a un enfant (notez le S majuscule) et elle apparaît naturellement tout comme la LSI apparaît naturellement aux enfants italiens de parents sourds ou comme la BSL l'est aux anglais ou encore la LSE aux espagnols. Puisque elle est "F" ou "I" ou ..., les langues des signes sont bien nationales. Il existe une LSInternationale, qui, comme l'Esperanto, peut éventuellement être targuée de langue créée...
La LSF a été "partiellement" reconnue par la loi Fabius de 1991 (article 33) comme pouvant être utilisée dans l'éducation des enfants sourds dans le cadre d'une éducation bilingue. Enfin elle a été reconnue langue à part entière sur le territoire national par la loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées (article 75) qui abroge donc l'article 33 de la loi Fabius. La langue des signes est bien une langue visio-gestuelle et non audio-orale et par définition ne peut s'écrire. Dans le cadre de la loi Fabius, c'est du français écrit dont il est question, nullement de "l'option écrite de la LSF". Et c'est donc bien une loi qui a régi la LSF en 2005 et non pas un décret, les décrets ultérieurs ont seulement permis de mettre la loi en application. Les entendants sont entendants, non oralistes. Sont qualifiés "d'oralistes" les sourds devant s'exprimer à l'oral, parler pour se faire comprendre. Ils doivent donc "oraliser" dans la vie de tous les jours avec les entendants, et la scolarité est encore maintenant à forte dominante "oraliste". La LSF évolue en effet comme toutes les langues, de nouveaux signes apparaissent donc de ci de là qui permettent l'enrichissement du vocabulaire de la langue tandis que la grammaire est et restera ce qu'elle est, comme elle a toujours été : il n'y a donc pas à faire allusion à une "nouvelle" grammaire. Mais cet enrichissement est très long et s'uniformise difficilement dans la mesure où la seule forme de diffusion pour le moment est la vidéo. Voilà peut-être la seule forme écrite de la LSF à ce jour et considérée comme telle dans "son" CECRL (Cadre Européen Commun de Référence en Langues). Enfin, notez que l'Institut Saint-Jacques de Paris se trouve encore sur le site de l'école originelle créée par l'Abbé de l'Epée (bien qu'il ait dispensé ses premiers enseignements chez lui) et c'est le seul vestige du bienfaiteur des sourds. Vous me concéderez sans doute que le nom de Saint-Jacques n'a rien à voir avec celui de l'abbé Charles-Michel de l'Epée.

Je me permets d'apporter ces quelques précisions sur les points qui à mon sens me semblent les plus erronés. Mes réponses sont parfois très schématisées, certains puristes les considèreraient peut-être imprécises ou incomplètes, mais elles permettent d'informer, de sensibiliser, à juste titre. Il ne s'agit que de respecter les populations concernées et l'Histoire qui est au demeurant la leur. -- Victor --





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






La Langue des signes, plus couramment connue sous l’appellation de « LSF » en France (Langue des signes Française), est le langage non verbal sous forme de mimiques, donnant des signes qui obéissent à...