Lait : histoire d'un incontournable de notre alimentation


Partager




Le lait a été découvert à la consommation dès le 9ème millénaire avant Jésus-Christ. En effet, au Proche-Orient à cette époque, l'homme a commencé à domestiquer les chèvres et à intégrer dans leur alimentation le lait de chèvres. Par la suite, l'usage des produits transformés, à savoir le beurre et le fromage, s'est également répandu. La domestication des vaches a pris son essor en Eurasie et ensuite grâce au commerce dans les colonies européennes.



Du fait de son caractère périssable, la consommation du lait fut très peu considérée au Moyen Age et ce jusqu'au XVIIIe siècle. Les grecs et les romains de l'Antiquité, quant à eux, le boudaient catégoriquement, optant volontiers pour les légumes, les fruits, les céréales, etc. Pendant très longtemps l'homme n'a pas su trouver comment préserver les qualités nutritives du lait, aussi le seul endroit où sa consommation était régulière fut les fermes. Mais dès 1930, avec la découverte du principe de réfrigération, la consommation du lait se répand dans les villes. Les américains le préfèrent cru car ses nutriments et son goût sont encore préservés. Très vite, des industriels se lancent dans la transformation du lait pour des produits dérivés de grande consommation. Ainsi, en 1951, la technique de conservation par ultra haute température révolutionne la filière lait. En effet, une fois mis en brique celui-ci se conserve à température ambiante sans crainte d'oxydation pendant 6 à 18 mois. La consommation du lait prend ici une dimension inattendue, que les grands industriels comme Danone, Lactel ou Parmalat ne manqueront pas de développer.


Les consommateurs peuvent alors ingérer le lait sous diverses formes, à savoir : le lait biologique avec un logo AB sur son emballage, qui provient en général, d'élevages certifiés et sont très peu pollués par les intrants chimiques comme les pesticides, les nitrates, etc. Le lait cru, dont le code de couleur est le jaune et qui nécessite une ébullition pendant au moins 5 à 10 minutes selon les saisons, doit être consommé dans les 48 heures.


Le lait entier, avec son code de couleur rouge, est apprécié des consommateurs qui ne craignent pas la matière grasse qu'il contient à raison de 36 grammes par litre. Le lait demi-écrémé, dont la couleur différenciatrice est le bleu, est partiellement débarrassé de sa matière grasse et n'en contient plus que 15,5 grammes par litre. Les femmes, soucieuses de leur ligne, optent plus volontiers pour le lait écrémé, qui se caractérise par un emballage de couleur verte. La conservation et la durée de consommation préconisée des laits varient selon leur type d'usinage. En effet, les laits pasteurisés gardés à une température de -4° restent consommables pendant 7 jours. Grâce à la stérilisation avec une ébullition à 115°C pendant 15 minutes, le lait stérilisé a une durée de vie d'au moins 150 jours. Les industriels de la filière lait ne sont jamais à court d'idées pour relancer la consommation du lait. Ainsi, les laits additionnés de vitamines, de calcium ou d'autres suppléments nutritionnels font leur apparition à grand renfort de marketing. L'aromatisation des laits crée un créneau spécifique au niveau des enfants et booste la consommation de ce breuvage si important pour la croissance.
lait


La plus grande avancée technologique du lait est la mise en vente de produits répondant à des besoins infantiles. Les médecins, amenés à conseiller pour de multiples causes des laits autres que le lait frais, ont ainsi pu choisir parmi le lait concentré, le lait prédigéré, le lait déchloruré, le lait écrémé, le babeurre et surtout le lait en poudre, etc. Ce dernier, qui reste le plus utilisé jusqu'à nos jours, est présenté suivant plusieurs catégories d'âge dont le premier âge, destiné aux nourrissons jusqu'à l'âge de 4 mois et le deuxième âge qui commence au cinquième mois jusqu'à 1 an. Par la suite, les laits de croissance prennent le relais avec des suppléments de nutriments comme le calcium, le zinc, le magnésium, le fer, l'oméga-3, des oligo-éléments et des fibres nécessaires à un développement optimal de l'enfant. Il faut savoir qu'outre le lait de vache, la consommation du lait de chèvre, du lait de brebis, du lait d'ânesse sont des niches porteuses en raison de leurs prix élevés. Pourtant, de par leur composition beaucoup plus légère, ces derniers conviennent mieux aux sujets allergiques aux protéines bovines. Boire du lait, c'est s'assurer une bonne santé

Le Samedi 17 Janvier 2009 à 08:35
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié aux dossiers suivants :
  santé, nutrition, diététique Santé et diététique
  gastronomie, spécialités culinaires, recettes culianaires, déguster gastronomie, saveurs du terroir Gastronomie : un symbole de la diversité
culturelle d’un pays



fleche Voir les autres articles commençant par L
 
Articles précédents :
  •  Auxiliaire de vie scolaire : un métier d'avenir ?
  •  Logiciel Autoroute Express : qu'est-ce que c'est ?
  •  Recettes et solutions contre les points noirs
  •  Poêle à granulés : qu'est-ce que c'est ?
  •  Cardio-training : pour rester en forme

Articles suivants :
  •  La TVA : comment ça marche ?
  •  Quelles races de chien choisir pour des enfants ?
  •  Ampoules couleurs de décoration : comment choisir ?
  •  La vignette auto en France
  •  Magasins Lapeyre: histoire




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   lait Lait
   produits laitiers Produits laitiers



Le lait a été découvert à la consommation dès le 9ème millénaire avant Jésus-Christ. En effet, au Proche-Orient à cette époque, l’homme a commencé à domestiquer les chèvres et à intégrer dans leur ali...