Karim Achoui : retrouvez le verdict de cet avocat sur son blog !


Partager




Connu ces dernières années pour ses frasques judiciaires, Karim Achoui, le célèbre avocat pénaliste retrouve la liberté depuis le 4 février dernier après un séjour passé à la maison d'arrêt de Nanterre. Né à Paris le 7 octobre 1967, de parents d'origine algérienne, Me Karim Achoui a effectué ses études de droit à la faculté de Saint-Maur Paris XII, en parallèle avec ses études en médecine. Inscrit en 1993 au registre d'avocat du barreau de Paris, il commence son métier en compagnie de Jean-Marc Florand, une relation connue durant ses années de faculté.



Pendant un certain temps, il a travaillé avec Jacques Verges, comme dans l'affaire Patrick Dils, mais leur collaboration n'a pas duré longtemps. Karim Achoui a choisi de travailler à son propre compte en 2002 et sa décision semble lui réussir. En effet, il est connu pour la défense des individus criminels notoires. Le plus célèbre est l'affaire « le gros », avec laquelle l'avocat a pu obtenir un non-lieu, disculpant ainsi, Michel Lepage, l'un des bandits qui ont sévi dans la banlieue Sud. Dans un autre dossier qui a défrayé la chronique à Montreuil, l'avocat a pu faire libérer un des frères Hornec surnommé « le Forain ». Karim Achoui est aussi connu pour avoir défendu, des noms distingués comme : Farid khider, Kader Aoun, Ramzy, Jamel Debbouze et d'autres individus fichés par la police. L'avocat célèbre devient au fil de sa carrière un homme médiatisé, non seulement pour les affaires qu'il traite, mais aussi pour les faits judiciaires, dont il est l'objet. Ainsi, il a été en 2005 soupçonné pour extorsion de fonds, un forfait qu'il aurait commis avec Hornec et sa bande.


En 2006, la justice lui reproche d'avoir touché une commission, lors d'une transaction commerciale douteuse, un acte qu'il commet avec un grand nom du banditisme, et qui lui a valu une mise en garde à vue en septembre 2007. Dans une histoire de vente de chaussures, au moins trois chefs d'accusation ont été imputés à l'avocat. La justice a prononcé à son encontre une condamnation d'une année de prison avec sursis, une amende de 2 000 euros et cinq années d'interdiction de plaidoirie. Un jugement confirmé par un arrêt de rejet, rendu par la Cour de cassation le 14 janvier 2009.


Le dossier en cours de Karim Achoui est en ce moment sa présumé participation à l'évasion d'Antonio Ferrara de la prison de Fresne en 2003. La charge de complicité d'évasion est retenue par la cour d'assise à l'encontre de Karim Achoui, le 28 novembre 2005, mais il a pu bénéficier d'une liberté provisoire, après paiement d'une caution de 50 000 euros. Le premier procès s'est soldé à une condamnation de sept ans de prison, et récemment, l'avocat est dans l'attente de son procès en appel. À travers ses oeuvres littéraires, Karim Achoui fait état de ses relations tumultueuses avec les policiers. C'est surtout après une tentative d'assassinat sur sa personne que l'avocat pointe du doigt certain service de la police. C'était le 22 juin 2007, lorsque Me Karim Achoui sortait de son cabinet vers 22 heures et qu'un motard lui a tiré dessus. Blessé grièvement, il est sorti de l'hôpital George Pompidou après quinze jours d'hospitalisation, sans séquelle apparente. Il a déjà informé l'ordre des avocats sur sa préoccupation, quant à une tentative d'infiltration de son cabinet par des policiers.
karim achoui


L'enquête effectuée par la brigade criminelle aboutie à l'arrestation de quatre présumés, et l'avocat a pu identifier formellement Rudy Terranova, comme étant le tireur. Ce dernier est un ancien agent infiltré du SIAT (service rattaché au ministère de l'intérieur). L'arrestation de celui-ci semble créditer les soupçons de Karim Achoui, sur le fait que les policiers lui en voulaient d'avoir plaidé pour des criminels qu'ils ont arrêtés grâce à de longues enquêtes. Dans son livre « Un avocat à abattre » sorti en septembre 2008, l'avocat ne mâche pas ses mots pour désigner les policiers de Versailles, comme étant derrière ses déboires judiciaires. Le syndicat de la police a empêché en vain la publication de cet ouvrage, les juges rejettent leur requête pour vice de forme. Le ministère de l'intérieur, par l'intermédiaire de sa ministre Michèle Alliot Marie, a déposé une plainte pour « diffamation de la police nationale » à l'encontre de Me Karim Achoui et c'est une affaire juridique de plus pour l'avocat.

Le Vendredi 27 Mars 2009 à 10:36
Article écrit par Caro ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  metiers du droit, juriste, avocat, Métiers du droit : des professionnels pour la
défense des biens et des personnes



fleche Voir les autres articles commençant par K
 
Articles précédents :
  •  Juge d'instance : quel est son rôle ?
  •  Grégoire : chanteur de '' Toi + Moi '' et '' Rue des Etoiles...
  •  Le marché obligataire : c'est quoi ?
  •  Ingrid Chauvin : entrevue avec une maquilleuse devenue coméd...
  •  Le Commerce Solidaire : c'est quoi ?

Articles suivants :
  •  Robert Badinter : l'homme qui abolit la peine de mort
  •  Travail du dimanche : entre projet de loi, code du travail...
  •  Lolita Lempicka : biographie de Josiane Maryse Pividal
  •  Michael Page International : recrutement pour CDD, CDI, In...
  •  Volley-ball : histoire et règles




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   avocats Avocats
   avocat Avocat



Connu ces dernières années pour ses frasques judiciaires, Karim Achoui, le célèbre avocat pénaliste retrouve la liberté depuis le 4 février dernier après un séjour passé à la maison d’arrêt de Nanterr...