JD Salinger : biographie de l'attrappe coeurs


Partager




Lorsque J.D. Salinger voit le jour à New-York un certain jour de l'An 1919, personne ne pouvait prévoir qu'il allait devenir une des figures les plus marquantes de son époque. Cet enfant métisse, mi-Juif polonais mi-Irlandais, ne se faisait pas particulièrement distinguer pour son intelligence sur les bancs de l'école. Il était même un sujet de préoccupation incessante pour le corps enseignant. Un de ces instructeurs est allé jusqu'à voir en lui le pire élève des annales d'un collège où il était inscrit. Peinant à trouver sa place au sein d'un système classique qui ne lui fit pas grand bien, Jérôme David Salinger est orienté vers une éducation spécialisée où il essaie de dompter les rudiments de l'écriture. Et il y arrive, faisant même preuve d'une dextérité que ne manque pas de noter Whit Burnett : nous sommes alors en 1939. L'année suivante, « The Young Folks », un premier jet signé de sa plume, apparaît dans les pages du Story Magazine, son enseignant et non moins éditeur de cette publication le prend sous son aile. Lorsqu'éclate la Seconde Guerre mondiale, les talents de Salinger seront mis en veilleuse en partant combattre aux côtés de l'armée des États-Unis.


Il sort assez bouleversé de ce chapitre de son histoire personnelle, où il a été amené à s'investir dans des affrontements qui le marqueront à vie. Certains de ses vécus sur cette période apparaîtront en filigrane dans ses écrits ultérieurs. En avril 1950 apparaît, par exemple, « Pour Esmé, avec amour et abjection » où l'auteur prête ses mots à un ancien soldat. Au sortir de la guerre, il renoue avec sa plume et se fait plus régulier en terme de publication. « L'Oncle Wiggy du Connecticut » intéresse le New Yorker qui diffuse la nouvelle et acclamera le personnage comme un écrivain à part.


Cette collaboration n'est d'ailleurs pas totalement étrangère au succès fulgurant et un peu mythique que l'unique roman de Salinger enregistrera plus tard. C'est en effet dans les pages de ce journal que Holden Caulfield, la figure centrale de ce roman, rencontre le public pour la première fois dans la trame de « Slight Rebellion off Madison », courant 1942. La figure juvénile de ce personnage et son désarroi face à la population new-yorkaise un peu froide et indifférente étaient une recette réussie pour tisser l'intrigue de « The Catcher in the Rye », publié en 1951 et connu des lecteurs français comme « L'Attrape-Coeurs ». La jeunesse et les multiples facettes de l'âge ingrat sont des questions chères à Salinger. C'est déjà ce qui apparaît dans « The Young Folks ». Si « L'Attrape-Coeurs » a été ovationné par les critiques, c'est que l'auteur y a évoqué ces thèmes en les distillant à un style tranchant, sur fond de descriptions subtiles et authentiques. Il a su rendre, à travers l'errance de son jeune personnage, ce que l'adolescence pouvait supposer de questions, d'espoirs et de désillusions, disant avec ses mots la colère de bien des jeunes de son époque.
jd sallinger


Ceci étant, la pertinence du sujet et le style intemporel de l'écriture ont plaidé pour que ce roman traverse les années et persiste dans la liste des oeuvres données à étudier en cours de littérature aux États-Unis. La publication de ce roman crée en outre une rupture dans la vie de Salinger. Deux ans après la reconnaissance générale de cette oeuvre, il choisit de quitter la vie publique et se retranche dans le New Hampshire, sans que l'on s'explique réellement la raison exacte. Bien que des proches assurent que sa plume ne vaque pas, il ne diffusera pratiquement plus aucune forme d'ouvrage. Après « Hapworth 16, 1924 » que le public a découvert en 1965, Salinger n'a plus jamais eu de contact avec aucune maison d'édition. Très peu de personnes ont réussi à lui voler quelques minutes de conversation, durant lesquelles il est resté totalement vague sur le mode de vie qu'il mène et ce qu'il a fait de son talent. Pour la petite histoire, il est allé jusqu'à intenter un procès à l'auteur de sa biographie, pour dire à quel point il tenait à sa bulle. C'est ce qui semble également expliquer son refus implacable de donner l'aval pour une éventuelle utilisation de ses écrits pour des scénarios de films. Seules des références timides au personnage de l'auteur lui-même ont pu être notées comme dans « Finding Forrester », vu sur les écrans en 2001. Sean Connery y joue le rôle d'un auteur un peu mystérieux qui n'est pas sans rappeler l'allure de reclus de J.D. Salinger. Des histoires rapportées par son entourage, notamment par sa fille Margaret Salinger qui a écrit un livre, porteraient à croire que l'auteur aurait eu une conduite assez déviante. Seuls les murs de sa retraite en Cornish recèlent la véritable version de ce qu'il en fut réellement. J. D. Salinger y tire sa révérence le 27 janvier 2010.

Le Jeudi 11 Février 2010 à 16:19
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  littérature, livres, écrivains Littérature


fleche Voir les autres articles commençant par J
 
Articles précédents :
  •  Willemse : spécialiste du jardin
  •  Aston Martin : marque de voiture anglaise
  •  Caulerpa Taxifolia : espèce végétale marine...
  •  Biogaz : source d'énergie alternative
  •  Bookcrossing : c'est quoi ?

Articles suivants :
  •  Génomique : définition d'une science de la biologie modern...
  •  Gossip Girl : série télévisée américaine...
  •  Capgemini : consulting, prestations en ingénierie informat...
  •  Biotechnologie : définition de cette science
  •  Steve Jobs : biographie du boss d'Apple




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   ecriture roman Ecriture roman



Lorsque J.D. Salinger voit le jour à New-York un certain jour de l'An 1919, personne ne pouvait prévoir qu'il allait devenir une des figures les plus marquantes de son époque. Cet enfant métisse, mi-J...