L'infanticide : meurtre d'enfant, un crime des plus atroces


Partager




L'infanticide est une infraction criminelle caractérisé par le meurtre de son propre enfant ou d'un enfant dont on a la charge. C'est l'un des crimes les plus abjects qui soient et l'impulsion qui y conduit est l'une des tares que l'homme a conservé de son passé d'animal. En effet, l'infanticide s'observe en premier lieu dans le règne animal où les mâles dominants mais dans certains cas aussi, les femelles tuent les petits qui menacent son autorité ou qu'il juge ne pas être aptes à la survie.



Ce sont surtout les espèces polygynes avec un seul mâle dominant et une armada de femelles qui s'y adonnent. Darwin a étudié ce phénomène en élaborant sa théorie de l'évolution. D'après lui, si une femelle se fait féconder par un autre mâle, le mâle dominant tuera invariablement ses petits pour ne pas donner d'assise à son rival. Tous les rejetons de la meute ou de la cohorte doivent être issus du mâle dominant, respectant une sorte de lignée de pouvoir que l'on retrouve dans les régimes monarchiques humains. De même, comme les femelles ne peuvent procréer tant qu'elles allaitent ou élèvent leurs petits, le mâle dominant les « libère » de leur fardeau en en tuant quelques-uns, pour que le cycle de reproduction puisse continuer. Les primates tels que les orangs-outans, les gorilles, les chimpanzés, les singes bonobos, etc. sont les plus grands adeptes de l'infanticide, mais la pratique est aussi répertoriée chez certains mammifères comme le zèbre ou le lion, chez les grands dauphins, chez les oiseaux et même chez des espèces aussi curieuses que les grenouilles et les crapauds.


Il faut remarquer que quand c'est la femelle qui tue ses petits, c'est en général parce qu'ils sont trop fragiles et risquent de mettre la sécurité de la cohorte en danger, en attirant les prédateurs. Chez l'homme, le mot infanticide désigne à la fois l'acte de tuer son enfant et la personne qui le fait. On dit d'un père qui tue son enfant que c'est un infanticide, et qu'il a commis un infanticide.


Comme chez les animaux, l'infanticide a longtemps été pratiqué dans les premières sociétés humaines et même jusqu'à aujourd'hui en Inde et en Amazonie pour sélectionner les individus les plus robustes et éliminer les plus faibles. Hippocrate, le père de la médecine moderne, décrivait ainsi sans aucun scrupule la puériculture comme la science qui permet aux parents de choisir parmi leur progéniture les enfants qui méritent d'être élevé et d'éliminer ceux qui ne le méritent pas. Dans les sociétés gréco-romaines de l'Antiquité, l'infanticide était de ce fait considéré comme tout à fait légitime et ne donnait lieu à aucune poursuite. A Rome, le pater familias ou père de famille était tout-puissant, et il avait le dernier mot pour tout ce qui concernait sa famille, y compris la vie de ses enfants. D'ailleurs, les familles romaines d'antan ne comptaient souvent qu'une seule fille, les garçons étant plus privilégiés car pouvant devenir des soldats ou perpétuer l'autorité paternelle. En Inde, la philosophie est la même : avoir une fille est honteux alors qu'avoir un garçon ou même une dizaine de garçons est une bénédiction.
infanticide


Les filles coûtent très cher à marier, à cause de la dot, donc il vaut mieux les supprimer à la naissance. Cette sélection morbide se pratique encore aujourd'hui par l'échographie suivie d'un avortement dans le cas où le foetus est de sexe féminin. Les conséquences de cette pratique sont désastreuses car les femmes manquent cruellement en Inde. Les épouses s'achètent à un prix d'or et, faute de mieux, une jeune fille épouse souvent toute une fratrie, devenant leur esclave sexuelle. Il n'est pas étonnant que le taux de mortalité féminine y soit très élevé. L'infanticide a aussi eu cours en Chine où la politique de l'enfant unique a favorisé la sélection du sexe des enfants à mettre au monde. Les petites filles sont presque toujours les victimes de l'infanticide qui peut aussi bien être perpétré in utero, à la naissance ou quand l'enfant est âgé de quelques années. La répression de l'infanticide et sa qualification pénale ont commencé au 16e siècle sous l'impulsion de l'Eglise catholique qui a toujours réprouvé cette pratique sans pour autant avoir engagé des actions concrètes pour lutter contre. Pour l'Eglise, tout auteur d'infanticide est immédiatement excommunié et, si l'enfant est mort sans avoir été baptisé, l'infanticide est aussi jugé coupable d'avoir privé son enfant de sa place au Paradis. La réforme du droit pénal, au 18e siècle, a permis d'instituer des peines plus matérielles et plus sévères à l'encontre des infanticides. La peine de mort et la réclusion à perpétuité sont les peines les plus courantes. A l'époque, le théoricien Pestalozzi recommandait de renforcer les structures sociales pour empêcher les mères célibataires ou adultères portant des enfants illégitimes de commettre l'irréparable. Appliquée en Europe au 20e siècle, cette prévention sociale a fait chuter de façon spectaculaire le nombre d'infanticides. Un bon exemple pour le reste du monde!

Le Samedi 06 Décembre 2008 à 10:20
Article écrit par Caro ()




fleche Voir les autres articles commençant par I
 
Articles précédents :
  •  Antonio Ferrara : biographie de ce gangster français
  •  Comment éliminer les rides "pattes d'oie" ?
  •  Winx Club : une nouvelle série très amusante
  •  Sommeil chez l’enfant : Problèmes, Troubles, Cycles
  •  Le minimum retraite en France

Articles suivants :
  •  Ecrans de projection : comment choisir ?
  •  Dimitri Medvedev : actuel président de la Russie
  •  Diane Von Furstenberg : créatrice de mode
  •  Compatibilité des prénoms pour trouver l'âme soeur : ça ma...
  •  Comment remédier aux fesses plates ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 bubul01 a écrit [07/12/2008 - 22h22] 
bubul01

Sur ce sujet, je conseille le site et les ouvrages de la psy Alice Miller: http://alice-miller.com/index_fr.php

"La Maltraitance, l'Abus de l'Enfant
C'est quoi?

Les humiliations, les coups, les gifles, la tromperie, l'exploitation sexuelle, la moquerie, la négligence etc. sont des formes de maltraitances parce qu'ils blessent l'intégrité et la dignité de l'enfant, même si les effets ne sont pas visibles de suite. C'est à l'âge adulte que l'enfant maltraité jadis commencera à en souffrir et en faire souffrir les autres. Il ne s'agit pas là d'un problème de la famille uniquement, mais de toute la société parce que les victimes de cette dynamique de violence, transformées en bourreaux, se vengent sur des nations entières, comme le montrent les génocides de plus en plus fréquents sous des dictatures atroces comme celle de Hitler. Les enfants battus apprennent très tôt la violence qu'ils utiliseront adultes en croyant à ce qu'on leur a dit : qu'ils ont mérité les punitions et qu'ils étaient battus « par amour ». Ils ne savent pas qu'en vérité la seule raison des punitions qu'ils ont subies était due au fait que leurs parents ont subi et appris la violence très tôt sans la remettre en cause. A leur tour ils battent leurs enfants sans penser leur faire du mal.

C'est comme ça que l'ignorance de la société reste si solide et que les parents continuent en toute bonne fois à produire le mal dans chaque génération depuis des millénaires. Presque tous les enfants reçoivent des coups quand ils commencent à marcher et toucher les objets qui ne doivent pas être touchés. Cela se passe exactement à l'age quand le cerveau humain se structure (entre 0 et 3 ans). Là, l'enfant doit apprendre de ses models la gentillesse et l'amour mais jamais, en aucun cas, la violence et les mensonges (comme: « je te bas pour ton bien et par amour »). Heureusement, il y en a des enfants maltraités qui recoivent l'amour et la protection chez les "témoins sécourables" dans leur entourage."





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   criminalite Criminalité



L’infanticide est une infraction criminelle caractérisé par le meurtre de son propre enfant ou d’un enfant dont on a la charge. C’est l’un des crimes les plus abjects qui soient et l’impulsion qui y c...