Imprimante 3D : comment ça marche ?


Partager




Décidément, des technologies ne cessent d'être développées notamment dans le secteur de l'informatique et ce, au grand bonheur des utilisateurs. Parmi les plus grandes nouveautés qui ne sont pas encore mises à la disposition du grand public mais qui vont certainement révolutionner le milieu figurent les nouvelles générations d'imprimantes. Pour être un peu plus explicite, ces dernières sont dénommées imprimantes 3D et sont exclusivement disponibles pour les professionnels.



Il faut savoir que même dans ce segment d'utilisateurs, ce ne sont pas toutes les sociétés qui peuvent acquérir ce type d'imprimantes puisqu'il faut au minimum qu'elles aient un objectif d'utilisation tangible, en d'autres termes, que les fonctions de l'imprimante correspondent à une activité spécifique à l'acquéreur. En réalité, les raisons de cette limite en terme de disponibilité reposent sur deux critères primordiaux, à savoir le coût et le gabarit. Il est important de souligner que les imprimantes 3D mises sur le marché actuellement pourraient être qualifiées de prototypes « fonctionnels », en d'autres mots, vont connaître différentes améliorations et par conséquent, sont encore très onéreuses. En matière de coûts, deux éléments sont à prendre en compte, à savoir le prix de la machine ainsi que son entretien et les matières premières. Si l'on se réfère aux informations recensées sur la toile, le prix d'une imprimante 3D tourne aux alentours de 11000 euros. Quant aux produits nécessaires pour la rendre fonctionnelle, la quantité de matière première destinée à l'obtention d'un objet disposant d'un volume de 200 cm3 vaut aux alentours de 350 euros.


Comme il a été souligné précédemment, les produits obtenus à partir de cette catégorie d'imprimantes sont des objets « concrets » et non, des feuilles de papier imprimées d'où la pertinence de sa qualification de 3D. Pour ce qui est du gabarit de l'équipement, il s'avère également être une véritable contrainte dans le contexte de l'achat par les particuliers dans la mesure où les imprimantes 3D actuelles font, en moyenne, la taille d'un réfrigérateur de 500L. Il va alors de soi que le poids de ces machines soit également considérable puisqu'il est situé dans une fourchette de 50 et 150 kg.


Il est nécessaire de remarquer que les imprimantes 3D les plus légères sont les tous derniers modèles et sont promus en tant qu'imprimantes 3D de bureau. Pour être un peu plus précis, les imprimantes 3D ont pour fonction première le secteur du prototypage, en d'autres termes, sont destinées à « matérialiser » et concrétiser en objet solide de simples fichiers C.A.O ou Conception Assistée par Ordinateur. Ainsi son champ d'application est très large et va du design à l'industrie, en passant par l'architecture ou le secteur des jouets. Il est évident que les atouts de cette imprimante soient également divers, surtout par rapport aux techniques de prototypage traditionnelles, si l'on ne cite qu'une modélisation rapide des objets numériques alors qu'auparavant il fallait compter quelques jours, la possibilité de vérification de l'ergonomie ou la visualisation des prototypes.
imprimante 3d


Par conséquent, les imprimantes 3D offrent de nombreux avantages, en l'occurrence dans le domaine technique où il faut vérifier les objets étudiés s'ils sont réellement fonctionnels et correspondent aux résultats attendus mais surtout dans le secteur du marketing technique, dans lequel elles permettent de produire des objets tangibles destinés à convaincre les clients. Pour pouvoir donner forme aux modèles prototypes encore présentés sous fichiers numériques, les imprimantes 3D utilisent une technique assez simple. Cette dernière consiste à superposer plusieurs couches « 2D » ou lamelles disposant d'une épaisseur très fine afin d'obtenir l'objet concret. Dans ce contexte, on distingue aujourd'hui trois types de technologies qui sont toutes basées sur ce concept, à savoir le SLA ou stereolithography, le FDM développé Fused Deposition Modeling et le Selective Laser Sintering, abrégé SLS. La première technologie consiste à utiliser des résines spéciales très sensibles aux rayons ultra-violets, qui ont pour fonction de durcir ces dernières afin d'obtenir l'objet. La seconde, quant à elle, utilise une buse chauffante pour faire fondre la résine et obtenir un fil de plastique qui va former toutes les lamelles à superposer. Il est important de noter que cette technologie est propriétaire et est un brevet déposé par le constructeur Stratasys. Pour ce qui est de la dernière technologie, comme le souligne son nom, elle a recours à deux faisceaux lasers, qui lorsqu'ils se rencontrent, créent une énergie permettant de durcir la résine. Pour conclure, il faut noter que les objets pouvant être produits par ces machines sont encore restreints en termes de volumes dont les plus grands accusent 250 mm de largeur et de profondeur ainsi que 305 mm de hauteur.

Le Mercredi 24 Février 2010 à 11:17
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Informatique, ordinateur, PC, système d'exploitation, internet Informatique : trucs et astuces, tout savoir sur
votre ordinateur



fleche Voir les autres articles commençant par I
 
Articles précédents :
  •  Boondeo : Bourse du Conseil et de l'Ingénierie
  •  Homair vacances : organisation, mobil-homes...
  •  Linkedin : réseau professionnel et social
  •  NetAffiliation : partenariat d'affiliation sur internet
  •  Génération shopping : boutique en ligne

Articles suivants :
  •  L'Usine à Design : mobilier et équipement design...
  •  Lenovo : Produits et services informatiques
  •  Royal Rumble : RAW, ECW et SmackDown
  •  Thérapie génique : définition
  •  Transfert de technologie : définition




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   imprimerie Imprimerie
   cao conception assistee par ordinateur CAO-Conception assistée par ordinateur
   imprimante Imprimante



Décidément, des technologies ne cessent d'être développées notamment dans le secteur de l'informatique et ce, au grand bonheur des utilisateurs. Parmi les plus grandes nouveautés qui ne sont pas encor...