Herboriste : en France, un métier qui disparaît


Partager




D'après le Larousse illustré, l'herboriste se définit comme étant « celui qui vend des herbes employées comme médicaments ». Ce professionnel des plantes est capable de cultiver, récolter, sécher et conserver les herbes médicinales dans le but d'en extraire les propriétés curatives qui leur sont propres. Il a l'obligation et surtout la responsabilité d'être parfaitement renseigné sur les effets des plantes qu'il utilise et qu'il conseille aux consommateurs. Il doit également se tenir régulièrement au courant et réactualiser ses connaissances en matière de botanique et de biochimie végétale de manière à connaître les mélanges et les dosages à pratiquer pour veiller à la prévention de maladies chez ses clients. Il prépare les plantes selon plusieurs procédés : Premièrement , par décoction (on incorpore de l'eau froide à la plante préalablement séchée, puis on amène à ébullition avant de laisser reposer à feu doux pendant une trentaine de minutes. On laisse ensuite le tout refroidir et on tamise). Deuxièmement, par infusion (on dispose des feuilles, des fleurs ou des racines d'une ou de plusieurs plantes différentes au fond d'un récipient et on y verse de l'eau bouillante.


On laisse ensuite reposer le mélange, puis on le tamise), ou troisièmement, par macération (on laisse reposer des plantes dans de l'huile d'origine végétale, puis on tamise. On peut également solidifier ce mélange avec de la cire d'abeille, par exemple, ce qui formera ce que l'on appelle des « onguents »). L'herboriste propose, par la suite, de les utiliser sous formes variées : en tisanes ou en poudres incorporées dans les aliments, sous forme de lotions, de cataplasmes ou d'injections, sous forme de cigarettes, ou bains de bouche, etc.


En France, l'accès à cette profession est quasiment inexistant : le diplôme d'herboriste a en effet été supprimé en 1941 par le maréchal Pétain, et la vente de plantes médicinales est désormais exclusivement réservée aux détenteurs d'un diplôme de phytothérapie, formation accessible aux pharmaciens, vétérinaires et médecins. Certaines herboristeries tenues par les derniers diplômés d'avant 1941 subsistent toutefois, comme L'Herboristerie de Montparnasse, L'Herboristerie d'Hippocrate ou Le Carré des Simples, situées à Paris. Cette profession, dont le difficile accès fait exception en France, est en fort développement au niveau mondial. Le pays consacrant le nombre le plus important de recherches et ayant le plus de connaissances à ce sujet est le Canada, qui dispose de nombreuses écoles conduisant au diplôme d'herboristerie. Les plus cotées sont L' Herbothèque Inc.
herboriste


au Québec, qui est une école de formation spécialisée, et l'école de Flora Medicina, basée à Montréal, qui dispose d'un site internet très complet : floramedicina.com. En Belgique, il existe des cours dispensés par correspondance à L'Ecole Européenne d'Herboristerie de Bruxelles Enfin, en France, il est possible d'approcher le métier, par exemple par des cours de botanique et d'étude des techniques des plantes médicinales à L'Ecole des Plantes de Paris et l'Ecole Lyonnaise de Plantes Médicinales.

Le Dimanche 06 Septembre 2009 à 08:55
Article écrit par fizzz ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Comment devenir, Formation, formation professionnelle Guide du 'Comment devenir ...'


fleche Voir les autres articles commençant par H
 
Articles précédents :
  •  Méthodes d’allongement du pénis
  •  Chauffe eau électrique : comment ça marche ?
  •  Fermentation : c'est quoi ?
  •  Vitamine B12 : dans quels aliments ?
  •  Travail indépendant à domicile : que faire ?

Articles suivants :
  •  Ferme de Gally à Bailly
  •  Ferme de Sainte Marthe : produits et histoire
  •  Vendanges en Alsace : une activité très répandue...
  •  Guider un aveugle : comment faire ?
  •  Ferme du Buisson : histoire




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 jean-luc robert a écrit [02/06/2013 - 11h06] 
jean-luc robert

Bonjour,
Depuis ce Pétain, aucun autre politicien n'a débloqué la situation des Herboristes. Les pharmaciens et laboratoires pharmaceutiques y sont surement pour quelque chose. En effet un article pouvant être vendu correctement 1Euro en pharmacie est vendu 10Euros! C'est pas bon pour la sécu, et c'est nous (les clients ou patients) qui l'ont dans l'c lulu!
En cette année 2013, Hollande laissera t-il enfin les gays et lesbiennes et s'occupera t-il enfin du chômage et de nos futurs herboristes, il y a peut-être urgence.
Jean-Luc





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   plantes medicinales Plantes médicinales



Le métier d'herboriste a disparue en France depuis 1941, année à laquelle le maréchal Pétain a fait supprimer la formation.Cette profession consiste à connaître sur le bout des doigts les bienfaits de...