Frank Costello : un des plus grands mafieux du 20ème siècle


Partager




Dans les organisations criminelles tout comme dans les véritables entreprises légales, il existe mille manières de mener les affaires. Pour le grand mafieux américain, Frank Costello, il prévaut dans sa stratégie la démarche diplomatique au lieu d'adopter les méthodes violentes souvent rencontrées auprès de ses égaux. Ce qui lui a valu le surnom de « Premier ministre », vu sa technique de négociation lui permettant de renouer des relations étroites avec les autorités.



Ce grand rusé des affaires noires est né en 1891 à Lauropoli (Calabre), Italie, sous son identité d'origine Francesco Castiglia. Depuis l'âge de 4 ans, il vit avec sa mère et sa soeur dans le ghetto italien d'East Harlem. A force de fréquenter un gang de son quartier, il devient un délinquant dès l'âge de 13 ans. C'est au sein de ce petit groupe qu'on lui a attribué son nom anglicisé Frank Costello. A 20 ans, on l'a enfermé pendant onze mois pour avoir porté clandestinement des armes. Dès qu'il a été libéré, il rejoint l'équipe Cosa Nostra du fameux Lucky Luciano, celui qui était considéré comme l'homme détenant la plus grande influence dans l'organisation mafieuse du temps. Il travaillait particulièrement dans les branches d'activités de bootlegging (trafic d'alcool), dans différents jeux et machines à sous. Il utilise les machines à sous ou "bandits manchots" comme prétexte dans la réalisation de ses sales boulots. Ce fut le cas de sa collaboration avec le gouverneur de Louisiane, Huey Pierce Long, un homme louche qui prétendait conserver une doctrine populiste et qui a été assassiné en 1935.


Pendant que le nouveau maire de New-York, Fiorello LaGuardia organisait une opération de poursuite à l'encontre des membres de la mafia, Costello chercha à être couvert par ce gouverneur en proposant en contrepartie à ce dernier de financer ses établissements par le biais de ses machines. L'accroissement de ses artifices lui a valu très rapidement une place prépondérante dans la famille et il tenait le titre de conseiller comme son homologue Arnold Rothstein, lui aussi un disciple de renom.


frank costello
Ainsi, il jouait le rôle de relais entre l'underworld et les autorités, à l'exemple des officiers de police, des juges et politiciens comme ceux de Tammany Hall, l'organisation du Parti Démocrate de New- York. Son influence se propagea encore plus jusqu'à devenir membre de la Commission américaine, le plus grand conseil de la mafia de cette zone. C'est celui-ci qui a réalisé l'immense crime américain de l'époque. En 1936, après l'arrestation de Lucky Luciano à Dannemora, Costello a pu étendre son règne en devenant un acting boss ou parrain exécutif. Il s'agit d'un poste hiérarchique sous lequel se trouvent environ 500 soldats. Durant l'intervalle de temps où il a occupé ce titre, on peut dire que les activités de la troupe se déroulaient de façon la plus pacifique et la plus fructueuse en même temps.



C'était également une période de différentes extensions à la fois au niveau des infrastructures et dans le cadre de la multiplication de nouvelles branches. Il y avait par exemple l'extension des divers rackets jusqu'à Los Angeles (avec Siegel) et en Floride (avec Lansky). La cabale est aussi entrée dans de nouvelles filières telles que la création de l'entreprise de bookmaking (Paris), l'ouverture des casinos de Cuba et de Las Vegas, ainsi que l'investissement dans l'immobilier à Wall Street.


Néanmoins, dans les années 1950, l'histoire a pour lui pris une autre tournure. Le pouvoir de Costello perdit graduellement d'influence à cause des poursuites judiciaires dont sa personne a fait l'objet. L'affaire sur la recherche des responsables du crime organisé aux Etats-Unis a refait surface grâce à l'initiative de la commission sénatoriale dirigée par Estes Kefauver. Alors que dans les règlements intérieurs du groupe Cosa Nostra figurait une clause dite « omerta » (loi du silence de la mafia), Costello a du respecter fidèlement cette règle quant il fut interpellé devant les caméras des télévisions. Ce qui lui a coûté 14 mois de détention en 1953, ce silence ayant été considéré comme un outrage au Ve amendement de la Constitution américaine. Ensuite, en 1954 et en 1956, il est encore accusé d'une évasion fiscale. Dans ce dernier cas, il a pu effacer les peines.
frank costello


Un certain Vito Genovese, underboss (sous-lieutenant) de sa bande qui lorgnait sur son poste, envoya quelqu'un pour le tuer. Il s'en est toutefois sorti intact avec seulement une blessure au crâne. Malgré tout, il a été effrayé par cet attentat et a manifesté sa démission pour céder la place à ce talonneur. Après que Carlo Gambino, un parrain de l'une des cinq familles, lui ait rendu visite dans son hôtel Waldorf Astoria à New-York, il trouva la mort en 1973, suite à une crise cardiaque.

Le Samedi 15 Novembre 2008 à 08:15
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  mafia, maffia, criminels, grand bandistisme, maffieux, cartel Noms du grand banditisme et organisations
criminelles



fleche Voir les autres articles commençant par F
 
Articles précédents :
  •  Radiateur bain d'huile : comment choisir ?
  •  Taux de cholestérol : comment savoir ce qui est bon et mauva...
  •  Peur de prendre l'avion : que faire pour remédier à cette an...
  •  Repas des français : de quoi est composée notre assiette ?...
  •  Histoire du TGV : zoom sur le train à grande vitesse

Articles suivants :
  •  Bas nylon et collants : un détail qui révèle la féminité...
  •  TV sur PC : comment faire ?
  •  Allergie au pollen : comment la prévenir ?
  •  Vaccin contre le SIDA : où en sont les recherches ?
  •  Basile Boli : La légende de l'OM surnommé Basilou ...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 web-costello a écrit [15/11/2008 - 20h22] 
web-costello

Pourquoi utiliser dans votre article le terme de "mafia"?

Ce n'est pas parce que Frank Costello portait un nom aux consonnances italiennes (son vrai nom n'était pas Frank Costello mais Francesco Castiglia) qu'il doit être obligatoirement considéré comme un assassin.

Cet article ne semble pas assez documenté. M Costello avait des intérêts dans des affaires immobilières (légales). Et personne n'a jamais pu prouver son implications dans les machines, ni dans les "numéros"!





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   criminalite Criminalité



Dans les organisations criminelles tout comme dans les véritables entreprises légales, il existe mille manières de mener les affaires. Pour le grand mafieux américain, Frank Costello, il prévaut dans ...