François Ier : roi emplématique de la Renaissance Française


Partager




François Ier est né le 12 septembre 1494 à Cognac en Charente. Son prénom lui vient de son parrain, François de la Rochefoucauld. Ce descendant de la dynastie capétienne n'était pas destiné à monter sur le trône. Toutefois, une succession de décès dans sa famille le fit devenir Roi de France. Son sacre s'est déroulé le 25 janvier 1515 dans la cathédrale de Reims et il a régné jusqu'à sa mort en 1547. Ses parents, Charles de Valois-Orléans, comte d'Angoulême et de Louise de Savoie, forment un couple particulier.



Sa mère est une femme intelligente, cultivée et volontaire, alors que son père est un bon vivant et un mari volage. Charles d'Angoulême meurt en janvier 1496 et Louise de Savoie se retrouve veuve à dix-neuf ans, avec deux enfants à charge, Marguerite, l'aînée et François qui n'a que deux ans. Louis d'Orléans, futur Louis XII, est un cousin de famille. Devant les difficultés rencontrées par la jeune veuve, il devient le tuteur des enfants. En 1498, Charles VIII meurt accidentellement et Louis d'Orléans devient roi de France. En 1514, François épouse Claude de France, la fille du roi Louis XII et d'Anne de Bretagne. En 1515, Louis XII meurt sans descendance mâle. A vingt et un ans, François succède à son cousin et beau-père sur le trône de France. Il veut marquer son début de règne de manière brillante en reconquérant le Milanais, perdu par son cousin et remporte victoire éclatante lors d'une bataille décisive à Marignan près de Milan, en 1515. François 1er est alors adoubé chevalier par Bayard sur le champ de bataille de Marignan. En 1519, à la mort de l'empereur Maximilien d'Autriche, Charles de Hasbourg roi d'Espagne et François 1er sont candidats à sa succession.


Charles de Hasbourg est élu sous le nom de Charles Quint. La rivalité entre les deux hommes porte aussi sur la Picardie, la Bourgogne, le Dauphiné et la Provence. François 1er se soucie également de l'Italie, contre laquelle il perd une première guerre, désastreuse pour lui. Il est fait prisonnier à Pavie, en 1525, et est libéré en signant le traité de Madrid par lequel il renonce à l'Italie. François 1er est un roi aimé de son peuple, c'est pourtant est un monarque intransigeant voir despotique.


C'est à lui que l'on doit la formule « Car tel est notre bon plaisir », qu'il appose au bas de ses ordonnances. C'est également sous son règne qu'est apparue l'expression « Votre Majesté » et que s'est développée la Cour, dont l'apogée sera atteinte sous le règne de Louis XIV. François 1er a dépensé des sommes colossales dans les fêtes de la cour, les guerres incessantes et la construction des châteaux. C'est à lui que l'on doit notre première Dette Publique qui créa des désordres dans les finances jusqu'en 1789. Si François 1er est toujours considéré comme une figure emblématique ce n'est ni pour ses qualités de guerrier, ni pour celle de financier, mais pour son apport artistique et intellectuel qui a marqué la Renaissance française. Il est le protecteur ou le mécène des humanistes, musiciens et poètes comme par exemple Ronsard ou Du Bellay. Il fonde le Collège des lecteurs royaux, qui deviendra plus tard le Collège de France. Il fait venir en France Léonard de Vinci et d'autres grands artistes italiens tels que Michel Ange ou Benvenuto Cellini.
francois ier


Son règne est également marqué par la construction ou la rénovation de somptueux châteaux comme le château de Blois ou ceux de Fontainebleau et d'Amboise. Une nouvelle résidence royale est construite à Chambord, puis ce sont les châteaux de Saint-Germain-en-Laye, de la Muette dans la forêt de Saint-Germain et ceux de Villers-Cotterêts, de Folembray, et de Challuau. Enfin, c'est sous le règne de François 1er que la langue du royaume, le français, s'est véritablement unifiée. Il avait la réputation d'être « un homme à femmes », et s'est marié une deuxième fois en 1530, après le décès de Claude de France avec Éléonore d'Autriche, la soeur aînée de Charles Quint et veuve de Manuel Ier de Portugal. Le mariage fut une clause des traités de Madrid. A sa mort, après trente sept ans de règne, son fils Henri II lui succéda.

Le Vendredi 22 Février 2008 à 17:15
Article écrit par Frédérique ()




fleche Voir les autres articles commençant par F
 
Articles précédents :
  •  Bethune : commune française du Nord-Pas-de-Calais
  •  Pioneer : un des pionners du HiFi
  •  La Rochelle : commune française et complexe portuaire depuis...
  •  François Truffaut : réalisateur français de cinéma...
  •  Pérouges : ville médiévale de l'Ain au charme atypique...

Articles suivants :
  •  Permis de conduire : ce qui est bon à savoir...
  •  Union Africaine : organisation d'États africains à l'image...
  •  Jamel Debbouze : biographie d'un humoriste du one-man show
  •  Rivesaltes : berf aperçu sur la banlieue nord de Perpignan...
  •  Lituanie : pays le plus touristique des Etats baltes




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 Billdbill a écrit [06/01/2011 - 17h57] 
Billdbill

Que dire ? Tout simplement que le " Despotisme " véhiculait aussi qque chose de bien. Dans le cas de François 1er, il faut relever pour l'encenser, la vocation intellectuelle du Monarque, la prise en charge des Arts et Métiers, le gout prononcé pour le beau ! Ajouter à ce tableau, le développement de la chose architecturale ( Palais et Chateaux ), bref, tout le sens de l'humanisme !
On parle beaucoup de" la langue de Molière ", alors qu'on devrait plutot évoquer François 1er dans ses efforts consentis quant à la vulgarisation de la langue française, telle que celle-ci est parlée à nos jours et qui aura débouché à la mise en place de la Francophonie !!!

Bill -




Bill -



Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   personnes Personnes
   disparition Disparition



Le règne de trente-deux ans de François 1er a profondément marqué le 16ème siècle français. Considéré comme le monarque emblématique de la période de la Renaissance française, ce roi-mécène, brillant...