Fleuve Zaïre : nom porté par l'actuel fleuve Congo


Partager




Zaïre est le nom porté par l'actuel fleuve Congo de 1971 à 1997. De par son débit, c'est le deuxième fleuve du monde derrière l'Amazone. Mais du point de vue longueur, il se trouve à la cinquième place. Il sépare la République du Congo à la République démocratique du Congo. Pour la petite histoire, l'appellation « Zaïre » a été donnée par les Portugais au cours du XVIe siècle, elle a été ensuite réutilisée par l'ancien président Mobutu jusqu'en 1997 où on l'a baptisé Congo en hommage à l'ancien royaume du Kongo.



L'embouchure du fleuve fut explorée pour la première fois par le Portugais, Diogo Cão, en 1482. Puis, ce fut au tour du britannique, James Kingston Tuckey, en 1816 lors d'une expédition. Ce fleuve d'Afrique centrale est le deuxième fleuve le plus long d'Afrique juste derrière le Nil grâce à ses 4 700 kilomètres de longueur si l'on prend en compte la rivière Chambeshi. Avec ses affluents, le Zaïre traverse la seconde grande forêt tropicale au monde, moins connue mais très riche en biodiversité. Il détient également la deuxième place en termes d'importance pour un bassin versant dont la majorité se trouve des deux côtés de l'équateur avec un débit stable. Son cours reste navigable mais par sections car des chutes sont présents à certains endroits. Les plus rapides se trouvent en aval entre l'Atlantique et Kinshasa, puis, en amont jusqu'à Kisangani. Le grand rift est-africain constitue la principale source du fleuve Zaïre. Il s'écoule vers l'ouest en partance de Kisangani avant de prendre quelques virages en direction du sud-ouest en traversant Mbandaka, Pool Malebo et Ubangi.


Il commence à se rétrécir en arrivant à Pool Malebo avant de tomber dans des canyons profonds constituant les fameuses « chutes Livingstone ». Il ne se jette dans l'Océan qu'au niveau de Muanda. Le débit du Zaïre a été observé continuellement de 1903 à 1983 à 3937 kilomètres de sa source principale. Le débit annuel moyen enregistré durant cette période d'observation sur une surface de 3 475 000 kilomètres est de 39 536 mètres cube par seconde. Cela a permis de déterminer que la lame d'eau qui s'y écoule annuellement atteint les 359 millimètres.


Selon toujours les mêmes résultats d'observation, le débit mensuel recensé en août, période sèche, arrive à 31 086 mètres cube par seconde. Il s'agit d'un débit très remarquable si l'on tient compte de la saison. L'ensemble des résultats observés permettent de dire que ce fleuve est l'un des plus réguliers de la planète car il reste bien alimenté et abondant en toutes saisons. Le fleuve Zaïre est composé de quelques affluents majeurs. L'on peut notamment parler de Lualaba, son cours supérieur en partant de la source. Le fleuve est à la fois tortueux, étroit, rapide et coupé de chutes le long de ce cours. Ces caractéristiques sont dus à la présence des hauts plateaux et des montagnes. L'on peut également citer Moyen Congo et Haut Congo qui constituent son cours moyen. Il y est particulièrement paisible avec un débit plutôt stable. Moins étroit, sa largeur se situe entre 25 à 30 kilomètres. À partir de Kinshasa/Brazzaville débute le cours inférieur ou le Bas Congo. Sur 350 kilomètres, le fleuve n'est pas navigable car il compte une trentaine de chutes qui rendent la traversée dangereuse. De Matadi jusqu'à l'Océan, il redevient calme et donc navigable avec quelques bras sous forme d'îles basses.
fleuve zaire


Le fleuve Zaïre ou Congo joue un rôle économique non négligeable. D'une part, il est navigable en dehors des sections des chutes Livingstone. D'ailleurs, une solution a été apportée pour les contourner : la construction de chemins de fer. Celui-ci les contourne rendant ainsi possible une grande partie des échanges commerciaux d'Afrique centrale. Il s'agit notamment de l'huile de palme, du cuivre, du café, du sucre et du coton. D'autre part, le fleuve représente une source intéressante d'énergie hydroélectrique. Des tests d'exploitation ont d'ailleurs été effectués sur les barrages d'Inga avec notamment, en 2005, l'entreprise sud africaine, Eskom qui avait envisagé alors une amélioration du potentiel actuel des barrages afin d'optimiser la production d'électricité.

Le Samedi 08 Janvier 2011 à 14:24
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  pays afrique, pays africains, décolonisation des pays africains, histoire pays africains, drapeaux des pays africains, indépendance des pays africains, carte pays africains, pays africains francophones, pays afrique du sud, pays d afrique, conflits africa Pays d'Afrique : vitrine culturelle qui fait la
fièrté de tout un continent !



fleche Voir les autres articles commençant par F
 
Articles précédents :
  •  Calcaire : dans les WC, la douche ou la cuisine, comment lut...
  •  Fil dentaire : utilisation de ce complément du brossage...
  •  Triangle d'Or : région montagneuse d'Asie du Sud-Est
  •  Terrain agricole : à vendre ou à louer, démarches à suivre...
  •  Asie : centrale ou du sud est, le plus grand continent de la...

Articles suivants :
  •  Bande dessinée : livre aussi bien pour enfant que pour adu...
  •  Grain de beauté : tumeur bénigne noire à ne surtout pas ar...
  •  Gingivite : traitement de cette inflammation des gencives
  •  Gomme xanthane : origine et utilisation
  •  Zambèze : fleuve traversant 6 pays et abritant les chutes ...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   geographie Géographie



Zaïre est le nom porté par l'actuel fleuve Congo de 1971 à 1997. De par son débit, c'est le deuxième fleuve du monde derrière l'Amazone. Mais du point de vue longueur, il se trouve à la cinquième plac...