Fièvre de Malte : zoom sur la brucellose


Partager




La fièvre de Malte est à une maladie qui fait partie des anthropozoonoses. Les humains la contractent après transmission à partir des animaux vertébrés. La maladie est également connue sous l'appellation de brucellose, en référence au germe responsable de son apparition, qui appartient à la famille des Brucella. Les manifestations de la maladie ont été constatées pour la première fois par des médecins britanniques, dans les années 1850. En 1887, l'agent qui se trouve derrière ces manifestations est clairement identifié grâce aux travaux de David Bruce.



En 1905, les recherches établissent le mode de transmission de la maladie, à partir de la race animale. De toutes les espèces de Brucella connues, il en existe quatre qui sont particulièrement nocives à l'espèce humaine. La race animale constitue le principal réservoir de ces germes, une transmission interhumaine étant très rarement signalée. Les différentes espèces du germe se retrouvent ainsi dans l'organisme de nombreux animaux d'élevage, dont les bovins, les porcins, les caprins et les ovins. Avec une incidence mondiale de 500 000 cas par an, d'après les estimations de l'OMS, la maladie peut se transmettre à l'homme de deux manières. Dans la moitié des cas, la peau constitue la porte d'entrée directe du germe. Les personnes en contact fréquent avec ces animaux, en raison de leurs professions, sont alors les plus exposées. Les fermiers comme les vétérinaires ainsi que les travailleurs des abattoirs peuvent contracter la maladie par un contact cutané, qui peut survenir sur une peau saine et sans blessure. Le germe peut également pénétrer par les muqueuses et la voie aérienne, mais dans des proportions assez rares. Pour les 50% qui restent, la maladie intègre l'organisme humain de manière indirecte.


Chez des sujets présentant des habitudes à risque, elle emprunte la voie digestive, le germe étant alors souvent véhiculé par le lait cru. En France, Brucella figure dans le groupe 3 des agents pathogènes. Des mesures de prévention sont donc disponibles pour éviter l'occurrence de la maladie, ce qui permet d'expliquer une nette régression de l'incidence de la fièvre de Malte. Il faut néanmoins savoir que d'autres espèces animales ont été identifiées comme des réservoirs potentiels du germe de la maladie.


Les sangliers et les lièvres pourraient constituer des dangers potentiels pour les chasseurs. Du côté de l'Amérique du Nord, quelques espèces marines telles que les morses et les dauphins pourraient même servir d'hôtes à Brucella. Le germe introduit dans l'organisme humain choisit les ganglions lymphatiques comme foyer de multiplication. Cet état va créer un tableau incluant des signes qui se manifestent à différents niveaux : moelle osseuse, rate, foie, ganglions et ailleurs. La fièvre de Malte se manifeste concrètement sur trois périodes, avec chacune ses propres caractéristiques. La primo-invasion ou le premier contact avec le germe donne lieu à une septicémie. Celle-ci se caractérise par une fièvre prolongée, qui donne ensuite lieu à de fortes sueurs et des douleurs localisées, alors que le malade présente un bon état général. La transpiration est à son maximum le soir, le foie et la rate du malade apparaissent augmentés de volume, lors de l'examen. Certains cas de brucellose de primo-invasion simulent les aspects de la typhoïde, avec un pouls dissocié et un ballonnement du ventre. Plus tard, après environ 6 mois d'évolution de la première phase, la maladie prend une forme localisée.
fievre malte


Représentant près de 20 à 40 % des cas, c'est la forme grave de la fièvre de Malte. L'on assiste alors à l'apparition des signes correspondant aux zones du corps touchées. Le foie peut être le siège d'abcès ou d'hépatites granulomateuses. Les manifestations cardiaques de type myocardite ou péricardite sont à craindre. Le muscle de l'endocarde peut même être le siège d'une inflammation, d'autant plus redoutable si le sujet a des antécédents de valvulopathies. Très fréquemment, la forme localisée de la fièvre de Malte se retrouve au niveau des os et des articulations. Une localisation uro-génitale ou nerveuse est également possible. La troisième phase donne lieu à ce que l'on appelle « patraquerie brucellienne ». Elle est caractérisée par une sudation fréquente, de petites épisodes de fièvre et de perte de vigueur, alors que l'état général reste satisfaisant. La fièvre de Malte doit absolument être déclarée. L'antibiothérapie constitue la principale arme contre la maladie, sauf dans la troisième phase, où le médecin fait une prescription selon les symptômes. À titre préventif, les agents des professions à risques doivent se soumettre au port de gants. La pasteurisation du lait est la seule garantie contre la contamination digestive. La vaccination du cheptel d'élevage et des contrôles vétérinaires systématiques permettent de soutenir ces mesures.

Le Dimanche 09 Mai 2010 à 17:31
Article écrit par Mana ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  maladies, symptômes, traumatismes Les maladies et pathologies


fleche Voir les autres articles commençant par F
 
Articles précédents :
  •  Véronique : zoom sur cette belle plante !
  •  Intérêts intercalaires : définition
  •  Paralysie faciale : c'est quoi
  •  Maitre d'ouvrage : définition du maître d'oeuvre...
  •  Souci : fleur du printemps

Articles suivants :
  •  Bronchite asmathique : traitement et symptômes
  •  Topshop : marque britannique en plein essor
  •  Lunettes de soleil : accessoire indispensable cet été...
  •  Marc Jacobs : styliste américain très réputé...
  •  Eric Zemmour : biographie de cet écrivain et chroniqueur...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






La fièvre de Malte est à une maladie qui fait partie des anthropozoonoses. Les humains la contractent après transmission à partir des animaux vertébrés. La maladie est également connue sous l'appellat...