Les étudiants fantômes en France


Partager




Phénomène relevé depuis peu au titre des jeunes qui poursuivent un cursus universitaire, les « étudiants fantômes » sont aujourd'hui de plus en plus récurrents. Ce phénomène social des plus répandus constitue à l'heure actuelle un véritable fléau qui nuit au système universitaire dans son ensemble et tend à ronger de l'intérieur l'institution qu'est l'université. Souci majeur des responsables de l'enseignement supérieur et du ministre de tutelle, ce problème de masse semble aujourd'hui atteindre une ampleur considérable.



On pourrait définir les étudiants fantômes comme étant l'ensemble des étudiants qui sont inscrits selon la procédure administrative auprès des établissements universitaires mais qui ne remplissent généralement pas leur inscription pédagogique ou qui désertent les rangs des étudiants et qui ne passent effectivement les examens. Autrefois méconnu ou du moins mal connu, ce phénomène récent est aujourd'hui enfin considéré pour ce qu'il est : un fait de société qui mine la crédibilité du système universitaire français. D'où, il s'en est suivi que des mesures de sauvegarde de l'institution universitaire ont été prises par le gouvernement et notamment par le ministère de tutelle en charge de l'enseignement supérieur en France. La gravité du problème est aujourd'hui telle qu'elle justifie amplement des mesures draconiennes, s'il fallait prendre un exemple, la Sorbonne serait de loin le plus patent. Etant donné la réputation et la renommée de cette institution universitaire parisienne, il est impensable de laisser le phénomène des étudiants fantômes miner lentement mais sûrement ce « berceau du savoir ».


Quoi qu'il en soit, les chiffres parlent d'eux-mêmes : à ce titre, près de 20% des jeunes qui s'inscrivent en Licence (premier cycle du système LMD) auprès du département « Littérature » de la Sorbonne ne fréquentent jamais les bancs de leur faculté ou affichent un degré d'assiduité insignifiant, ou encore ne se présentent pas aux examens. Selon les hauts responsables, le danger guette insidieusement la formation universitaire qui subit là un contrecoup sans pareil.


etudiants fantomes france
En effet, les dangers sont nombreux : tout d'abord, il s'avère que c'est l'image même de l'institution universitaire qui est souvent mise à mal car les jeunes étudiants fantômes profitent de la renommée de l'université afin d'enjoliver leur curriculum vitae et de redorer le blason de leur cursus de formation auprès des employeurs. A ce sujet, il faut dire également que cette astuce pour le moins pernicieuse permet également à ces faux étudiants de bénéficier de ce qu'on appelle les conventions de stage qui constituent de réelles opportunités de débouchés en entreprise. Les institutions d'enseignement supérieur ne constitueraient ainsi qu'un tremplin pour ces jeunes en quête de solution de facilité et qui n'ont que faire de l'image institutionnelle que reflète l'université.


Autre danger qui guette ces établissements, la réduction des crédits financiers ainsi que la dotation à la baisse, en terme de financement gouvernemental, s'en feront ressentir inexorablement. En effet, la contribution financière apportée par l'Etat français aux établissements publics, les universités, dégringolera inévitablement puisque la hausse fictive des étudiants inscrits auprès de ces établissements fait accroître inutilement la part budgétaire versée par l'Etat. Ainsi, la guerre contre ces étudiants fantômes a pour conséquence (heureuse pour l'Etat qui contribuera moins et malheureuse pour l'université qui verra la part contributive de l'Etat diminuer sensiblement) une marge de manoeuvre réduite pour les établissements qui souhaiteraient en fin de compte éluder ce problème récurrent et connu qui sert au final leurs intérêts. Contraints aujourd'hui de mettre au clair ce problème autrefois volontairement dissimulé, les établissements d'enseignement supérieur n'ont guère le choix à présent et se doivent d'endiguer ce fléau. L'une des solutions proposées serait entre autres de revoir à la hausse les frais et droits d'inscription afin de rebuter les faux étudiants. Mais, il a été également discuté de revoir entièrement et en amont la source de ce problème et de remonter la chaîne des causes probables à ce phénomène. Cette chasse à l'étudiant fantôme doit donc passer par une meilleure compréhension de cet état de fait : il a ainsi été débattu que les jeunes étudiants agissaient de la sorte afin de faciliter leur insertion professionnelle, notamment par le fait que les stages octroyés par les entreprises requièrent un certain statut d'étudiant. D'autre part, certains faux étudiants commettent de tels actes afin de se voir bénéficier de la mutuelle étudiante. Au final, il faut revoir le système universitaire mais il ne faudrait pas non plus dramatiser la situation car bien d'autres problèmes tenaces tels que la cherté de la vie ou le chômage sévissent aussi dans tout le pays.

Le Dimanche 02 Novembre 2008 à 16:20
Article écrit par Toli ()




fleche Voir les autres articles commençant par E
 
Articles précédents :
  •  Le G8 : groupement des 8 pays les plus industrialisés
  •  Les pesticides en France : faut-il donner l'alerte ?
  •  Prison de Fleury-Mérogis : maison d'arrêt dans la banlieue s...
  •  Paul Le Guen : biographie d'un ancien joueur de foot devenu ...
  •  Monnalisa : marque haut de gamme pour femme et petite fille

Articles suivants :
  •  Ibis : des hôtels partout dans le monde à reserver en lign...
  •  Logements étudiants en France : de plus en plus recherchés...
  •  Luberon : histoire du violeur du GR9
  •  Scies sauteuses : comment choisir?
  •  Les Tsingy : un parc national et une reserve naturelle épo...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   universite Université



Phénomène relevé depuis peu au titre des jeunes qui poursuivent un cursus universitaire, les « étudiants fantômes » sont aujourd’hui de plus en plus récurrents. Ce phénomène social des plus répandus c...