Erasme : portrait de ce grand théologien néerlandais de la Renaissance


Partager




Symbole de l'humanisme et de la renaissance, Erasme est souvent évoqué comme l'un des pères de la pensée moderne. Si le personnage reste relativement peu connu, il a laissé une oeuvre considérable qui a influencé des penseurs comme René Descartes ou Gottfried Wilhelm Leibniz. Erasme est né aux Pays Bas en 1467 de la fille d'un médecin et d'un prêtre. Cette naissance scandaleuse ne le prédestinait pas à la célébrité qu'il a connu, mais la mort de ses parents alors qu'il n'était encore qu'adolescent lui permis de faire oublier son identité.



Il s'oriente vers les ordres et sera ordiné prêtre en 1492. A cette époque on le nomme déjà « le plus savant des hommes » et il semble qu'il ait commencé très tôt à se consacrer à son oeuvre. Il commence alors à voyager à travers l'Europe. A Paris, où il se rend tout d'abord, il suit des cours à la Sorbonne où il est déçu par l'enseignement scolastique, mais où il a l'occasion de rencontrer de nombreux lettrés. Il se lie notamment à un jeune lord anglais, William Mountjoy, qui l'emmène en Angleterre. Là bas il rencontre la haute société londonienne, le futur roi Henri VIII, des hommes d'église ou encore des artistes italiens. Ces rencontres donnent à Erasme ses « lettres de noblesse » et le crédit qui lui permettra d'être considéré comme un grand penseur de la renaissance. De retour à Paris en 1500 il commence à écrire et publie bientôt la première partie de ses Adages, En 1503 à Anvers il fait aussi paraître un premier ouvrage de théologie : le Manuel du soldat chrétien. Ce dernier peut être considéré comme un ouvrage de référence de l'humanisme chrétien et propose une sorte de réforme du catholicisme.


Erasme est en effet un des premiers penseurs et théologien à contester l'autorité papale, mais ce de manière beaucoup plus modérée que le feront Luther ou Calvin. S'il conteste certaines pratiques et dogmes, il ne va pas jusqu'à prôner un schisme. Suite à la publication Erasme va reprendre son voyage à travers l'Europe, il séjourne aux Pays Bas, puis retourne à Paris en 1505, avant de retourner six mois en Angleterre. Là bas il retrouve William Mountjoy, mais aussi Thomas More, dont il devient l'ami.


En 1506, l'année de ses quarante ans, Erasme connaît une période de remise en question au cours de laquelle il se trouve déçu de tout ce qu'il a accompli lors. Il entreprend alors de réaliser un voyage en Italie, chose qu'il désirait faire depuis longtemps. Au cours de ce voyage il rédige le Carmen alpestre, dans lequel il réfléchit sur la vieillesse et la signification de la mort. Arrivé en Italie il gagne Turin, où il se voit donner le bonnet de théologien, puis se rend à Venise où il restera deux ans. Avant de quitter l'Italie en 1509 il visite Rome et rencontre les cardinaux et prélats de l'Eglise, de Rome il gagne alors l'Angleterre en traversant l'Italie, l'Allemagne, puis les Pays-Bas. En Angleterre il est accueilli par Thomas More et enseigne le latin et le grec à Oxford, c'est au cours de ce séjour en Angleterre qu'il rédige son texte le plus célèbre, connu sous le nom d'Eloge de la folie, qui lui vaudra de nombreux problèmes avec les autorités religieuses. En 1514, à la recherche d'une ville propice à ses travaux et dans laquelle il n'aurait pas à craindre ses adversaires, il quitte l'Angleterre et se rend à Bâle.
erasme


Là bas il se lie à l'imprimeur Froben avec qui il travaillera jusqu'à la fin de sa vie. Après avoir refusé de venir s'installer à la cour de François 1er, encouragé par la papauté il publie son Ancien Testament traduit, malgré l'opposition d'une partie des théologiens hostiles à la traduction de la Bible dans une langue autre que le latin. L'humaniste va alors se trouver engagé dans les querelles de la Réforme malgré lui, car Luther, qui publie alors ses 95 thèses, se réclame de la pensée d'Erasme. Le théologien va soutenir la plupart des idées de Luther, cependant il n'ira pas jusqu'à quitter l'Eglise catholique. Il la critiquera tout en voulant l'amener à une évolution. En 1521 il s'installe définitivement à Bâle où il continue à travailler avec Froben, c'est à Bâle qu'Holbein le jeune réalisera le célèbre portrait de l'humaniste. En 1523 il refuse à nouveau de venir s'installer à la cour de François 1er et continue à travailler et à publier ses oeuvres. En 1529 Erasme, qui était resté fidèle à l'Eglise catholique, doit fuir Bâle où il est soumis aux pressions des réformés, il va alors s'installer à Fribourg en Brisgau pour quelques années. Il ne reviendra à Bâle qu'en 1535, un an avant sa mort et la maladie le tiendra au lit pendant pratiquement toute sa dernière année. Il meurt le 12 juillet 1536, laissant derrière lui un gigantesque héritage littéraire, théologique et philosophique qui lui vaudra sa réputation de père de l'humanisme et de « plus grand penseur de la renaissance ».

Le Mardi 25 Mars 2008 à 09:26
Article écrit par Vince12 ()




fleche Voir les autres articles commençant par E
 
Articles précédents :
  •  Koral Blue Airlines compagnie charter des liaisons aériennes...
  •  Ohio : état du Middle West des Etats-Unis
  •  Nice Riviera (hôtel Nice Rivoli) découvrir les plaisirs de N...
  •  Roger Federer : un grand joueur de tennis suisse
  •  Hémorroïdes : quels sont les symptômes ? comment soigner des...

Articles suivants :
  •  Flammarion : important groupe d'édition français...
  •  Hôtel HI Nice : un nouveau concept dans l'hôtellerie de l...
  •  Heinrich Himmler : chef de la SS et de la Gestapo qui a mi...
  •  Hôtel Westminster Nice : il vous accueille en bord de mer
  •  Levi's : l'histoire du jean commence ici...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   religion catholique Religion catholique



Alors qu'il est un des plus grands humanistes de la Renaissance, Erasme reste largement méconnu. Portrait du penseur-théologien qui parcourut l'Europe et qui laissa une oeuvre littéraire, philosophiqu...