Episiotomie : pour les accouchements difficiles


Partager




La venue au monde d'un bébé se prépare pendant neuf mois, et c'est toujours l'effervescence chez les futurs parents : le bébé sera-t-il en bonne santé ? Aura-t-il un handicap quelconque ? Est-ce qu'il aura tous ses doigts ? Autant de questions qui se bousculent dans la tête des géniteurs et qui ne trouvent des réponses entières qu'après la délivrance. Cette focalisation des craintes sur l'enfant éclipse un peu les risques encourus par la mère qui, à un certain stade, est juste considérée comme une porteuse, un sac amniotique entouré d'un corps.



Bien sûr, les progrès de la gynécologie et de l'obstétrique ont permis de faire de l'accouchement un acte de plus en plus sûr pour la mère et pour l'enfant. Toutefois, le travail qui précède la délivrance demeure un moment de souffrance pour la femme. Les conséquences de l'enfantement ne s'arrêtent pas là et peuvent laisser des séquelles plusieurs mois après, voire des années pour certaines. Parmi l'un des actes comportant le plus de risques pendant l'accouchement, l'épisiotomie arrive en tête et les débats font aujourd'hui rage dans le milieu scientifique et médical pour déterminer son utilité. L'épisiotomie est un acte chirurgical qui consiste à sectionner le muscle qui relie le périnée à l'anus afin de permettre à la femme d'expulser plus vite son bébé, et de le recoudre par quelques points de suture après l'accouchement. A première vue, l'acte paraît salvateur pour l'enfant et pour la mère mais il peut néanmoins être totalement désastreux pour cette dernière. Bien que pratiquée depuis près de 250 ans, l'épisiotomie ne s'est généralisée que dans les années 80-90, surtout en France et aux Etats-Unis.


La grande majorité des femmes de l'époque ont accouché avec une épisiotomie mais le nombre accru de complications générées par cet acte a conduit l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à freiner le mouvement et à préconiser que seuls 20% des accouchements soient assujettis à cette pratique considérée comme dangereuse. Mais pour comprendre les méfaits possibles de l'épisiotomie, il faut d'abord connaître les objectifs qu'elle poursuit et ses implications sur l'organisme féminin.


Sur un plan purement médical, l'épisiotomie était autrefois préconisée pour éviter que le périnée ne se déchire pendant l'accouchement. Cela peut sembler paradoxal puisque l'épisiotomie elle-même consiste à inciser ce périnée. Les médecins et chirurgiens se justifient en avançant qu'il est préférable d'avoir une plaie nette et facile à recoudre à ce niveau de l'anatomie plutôt que d'avoir une blessure invisible (le périnée est en effet dissimulé par les muscles de la vulve) qui pourrait être irréversible. L'épisiotomie a ensuite été inscrite sur le protocole médical de l'accouchement pour diminuer et prévenir les risques d'incontinence urinaire ou fécale après la délivrance. Les statistiques démontrent pourtant que les patientes sur lesquelles une épisiotomie a été pratiquée ont plus de fuites urinaires et anales que celles qui ont accouché normalement et ce, pendant les trois mois qui suivent l'opération. Ici, le résultat obtenu est exactement l'inverse de l'objectif poursuivi.
episiotomie


L'épisiotomie est également traditionnellement prescrite pour prévenir la descente d'organes chez la parturiente, mais aussi quand le foetus est fragilisé (prématurité, cordon ombilical enroulé autour du cou, etc) ou qu'il doit être extrait par des moyens mécaniques (forceps, ventouses ou spatules). L'ouverture du périnée permettrait encore une fois d'amoindrir les risques de complications pour la mère et l'enfant. Pourtant, certains spécialistes sont sceptiques. S'ils reconnaissent que l'épisiotomie peut être justifiée en cas d'extraction forcée du bébé, ils sont par contre formels sur les deux autres points : l'épisiotomie ne peut nullement améliorer le cas du foetus ni empêcher la descente d'organes (appelé aussi « prolapsus génital ») qui survient ou non selon la constitution physique de chaque femme. Ces mêmes médecins veulent aussi effacer des esprits l'idée reçue selon laquelle le premier accouchement doit absolument se faire sous épisiotomie car elle est totalement injustifiée. Si le tri est fait parmi toutes raisons avancées pour pratiquer l'épisiotomie, seuls 3 prétextes nécessitent impérativement la pratique de cet acte : quand le bébé est trop gros, quand le périnée est trop court (inférieur à 3 cm) ou trop musclé (notamment chez les sportives de haut niveau). Dans tous les cas, comme l'épisiotomie se décide à la seconde près où la tête du bébé apparaît, le tout est de savoir préparer ce moment tout au long de la grossesse. Car le problème à la source de l'épisiotomie est simple : le périnée n'est pas assez distendu. Une gymnastique quotidienne du périnée associée à des exercices respiratoires permet de détendre le périnée de façon naturelle au moment crucial, et de s'éviter ainsi une souffrance inutile.

Le Jeudi 29 Janvier 2009 à 15:07
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  grossesse, être enceinte, test de grossesse, masque de grossesse, accouchement, gynécologue, obstétricin, maternité, prénom bébé Grossesse : que se passe t-il pendant ces 9 mois
d'attente ?



fleche Voir les autres articles commençant par E
 
Articles précédents :
  •  Zoologiste : comment deveir zoologiste et étudier les espèce...
  •  Morpholiposculture : une nouvelle méthode contre la cellulit...
  •  La City : Prêt-à-porter féminin
  •  Problème de mémoire virtuelle que faire ?
  •  Rêves prémonitoires : c'est possible ?

Articles suivants :
  •  John Wayne : qui était "The Duke", une légende du cinéma a...
  •  Police Technique et Scientifique : de l'indentité judiciar...
  •  Robinetterie de cuisine : comment choisir ?
  •  CPU : Central Processing Unit ou l'Unité centrale de trait...
  •  Service minimum en France : c'est quoi ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 emmap a écrit [30/01/2009 - 14h30] 
emmap

Merci pour cet article plutôt bien documenté. La conclusion cependant comporte des éléments qui ne sont absolument pas démontrés à ma connaissance - je serais curieuse que vous m'éclairiez sur vos sources. Je m'appuie quant à moi sur l'étude exhaustives des données réalisée par le Collège des obstétriciens français en 2005. (CNGOF 2005).

Vous dites: **seuls 3 prétextes nécessitent impérativement la pratique de cet acte : quand le bébé est trop gros, quand le périnée est trop court (inférieur à 3 cm) ou trop musclé (notamment chez les sportives de haut niveau).**

1.Bébé trop gros (source CNGOF 2005, article sur les indications de l'épisiotomie systématique) : pas d'épisiotomie systématique

"La macrosomie confirmée en période néonatale apparaissait comme un facteur de risque de lésions périnéales sévères [19] (NP 4). Toutefois, une épisiotomie préventive en cas de suspicion de macrosomiene peut être systématiquement recommandée, car le diagnostic de macrosomie est difficile en pratique clinique et paraclinique avec des sensibilités relativement faibles [20]. Aucun travail ne fait la preuve de l'avantage d'une épisiotomie dans le cas de la macrosomie avérée rétrospectivement."

2. Périnée court: avantage à l'épisiotomie
- "l'analyse de la littérature permet de retenir une seule indication de l'épisiotomie dans les périnées à risque : une longueur périnéale minime ou brièveté périnéale définie par une distance fourchette-centre de l'anus 3 cm (Grade B)."

3. Périnée trop musclé
Aucune source. Cela ne relève-t-il pas des croyances ou de la légende urbaine? Je serais curieuse de vos sources ici.

Les sources
- Recommandations de pratique clinique. Collège national des gynécologues obstétriciens (CNGOF) 2005
Résumé: http://www.cngof.asso.fr/D_PAGES/PURPC_14.HTM
Détail du chapitre sur les indications http://www.em-consulte.com/article/118007/resultatrecherche/1

Emmanuelle
www.episiotomie.info





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   femme enceinte Femme enceinte



La venue au monde d’un bébé se prépare pendant neuf mois, et c’est toujours l’effervescence chez les futurs parents : le bébé sera-t-il en bonne santé ? Aura-t-il un handicap quelconque ? Est-ce qu’il...