Comment créer une entreprise en Italie ?


Partager




Comment créer une entreprise en Italie ? Créer son entreprise en Italie n'est pas très difficile mais avant tout, il vous faudra faire une étude de marché puis choisir votre structure juridique en tant que chef d'entreprise. Voici quelques pistes pour vous accompagner dans vos démarches. Sachez d'abord, qu'avec près de 60 millions d'habitants et un taux de chômage avoisinant les 10 %, l'Italie, pays faisant partie de la communauté européenne et dont la monnaie est l'euro, a un pouvoir d'attraction pour son charme si particulier et ses si beaux paysages.



Pour votre étude de marché, renseignez-vous tout d'abord auprès d'Ubifrance et des Chambres de Commerce et d'Industrie avec leur département international. Vous aurez là tous les chiffres, toutes les statistiques concernant le marché auquel vous voulez prétendre et surtout sur la concurrence locale. Choisissez bien ensuite votre structure juridique, le droit des sociétés ayant été réformé depuis 2003. Si vous êtes seul, vous pourrez fonder une « Ditta individuale » qui s'apparente à l'entreprise individuelle française sans besoin de capital mais vous serez responsable de vos dettes sur vos biens propres en tant que chef d'entreprise. Vous aurez aussi la possibilité de créer une « SuRL » (Società unipersonale a responsabilità limitata) qui équivaut à l'EURL en France. Le capital minimum à verser est de 10 000 euros et l'acte de constitution doit être fait chez un notaire. Vous pouvez être dans ce cas, seul maître à bord ou plusieurs associés.


En tant que actionnaire unique, il est encore possible de créer une « Società per Azioni » unipersonale (SA unipersonnelle) avec vos propres capitaux et le capital minimum est de 120 000 euros (dans ce cas, vous pouvez être seul ou avec un conseil d'administration composé de plusieurs associés).


Si vous êtes plusieurs, vous pourrez également mettre en oeuvre une SRL, Società a responsabilità limitata, qui s'apparente à la SARL ce qui exige deux associés au minimum et un capital de 10 000 euros et dans ce cas, l'emploi d'un commissaire aux comptes est fortement conseillé ou encore une SPA, Società per Azioni, forme de société anonyme avec un capital minimal de 120 000 euros. Cette fois, vous pourrez faire un appel public à l'épargne et un commissaire aux comptes est obligatoire. Cette société peut être ou non cotée en bourse. Enfin restent la « Società in nome collettivo » : SNC qui n'exige pas de capital imposé et demande deux associés au minimum ainsi que la SAS, Società in accomandita semplice, structure juridique dans laquelle les associés sont responsables de manière solidaire et indéfinie sur leurs biens personnels s'ils sont « commandités » ou, s'ils sont commanditaires, ils ne sont responsables que dans la limite de leur apport. Enfin, si vous avez déjà une entreprise en France, vous pouvez ouvrir un bureau de représentation ou une succursale.
entreprise en italie


Pour travailler, vous aurez besoin d'un permis de séjour délivré par la préfecture de police du lieu où vous vous implantez et en vous adressant au guichet unique des mairies, vous aurez toutes les informations sur les autorisations nécessaires à obtenir ainsi que sur les aides financières qui peuvent dans certains cas vous être allouées. Dans tous les cas, vous devez vous inscrire à la chambre de commerce et vous déclarer auprès des services fiscaux. Si vous adoptez la structure SARL ou SA, mieux vaut passer par un notaire pour établir les actes et vous devrez aussi faire paraître un avis de constitution dans un journal d'annonces légales. Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à contacter le service économique de l'Ambassade de France à Paris, Ubifrance ou la chambre de commerce et d'industrie qui dispose d'un service international. Mieux, allez directement à la chambre de commerce et d'industrie de Rome par exemple qui vous aiguillera sur toutes les formalités à accomplir et sur la fiscalité à laquelle vous serez assujetti. Sachez que le taux de TVA en Italie est de 20 % mais il est réduit dans certains cas à 4 ou 10 % et qu'il n'existe pas de franchise de taxe pour les petites entreprises en Italie. Si vous embauchez des salariés italiens, vous devrez les inscrire auprès de la sécurité sociale Italienne, Istituto Nazionale delle Previdenza Sociale, et de l'INAIL, Istituto Nazionale per l'Assicurazione contro gli Infortuni sul Lavoro, qui est un centre de protection contre les accidents du travail et les maladies professionnelles. En général, le taux moyen est de l'ordre de 32,70 % du salaire brut pour les cotisations pour l'entrepreneur et c'est vous qui devrez déduire chaque mois du salaire de vos employés, l'impôt sur le revenu, à charge pour vous ensuite de le reverser au Trésor Public italien. Pour les aides auxquelles vous pouvez prétendre, adressez-vous à Ubifrance mais aussi au Sidex si vous êtes une PME. Cet organisme vous aidera dans toutes vos démarches ainsi que la Coface, organisme d'assurances. Voyez également avec la chambre de commerce italienne à Paris car l'Italie a mis en place de nombreuses possibilités d'aides pour les chefs d'entreprise souhaitant s'implanter sur son sol. Vous aurez peut-être droit à des contributions d'installation, à un crédit d'impôt ou à un bonus fiscal. Avec tous ces organismes, vous n'aurez aucun mal à débuter votre activité à Rome, Venise, Vérone, Milan, Florence, Naples ou partout ailleurs en Italie.

Le Vendredi 25 Avril 2008 à 15:10
Article écrit par Toli. ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Comment creer son entreprise, démarches, créer son entreprise à l'étranger, maroc Comment créer son entreprise ?


fleche Voir les autres articles commençant par E
 
Articles précédents :
  •  Tour CN : le plus haut édifice du Canada, au centre de Toron...
  •  Baptême : pour le christianisme, le judaïsme et l'islam, un ...
  •  Hyperactivité : informations pour identifier et traiter l'hy...
  •  Pathé : groupe de cinéma français fondé par les frères Charl...
  •  Psychologie : c'est quoi?

Articles suivants :
  •  Mexicana : compagnie aérienne du Mexique
  •  Francfort : ville d'Allemagne et carrefour européen import...
  •  Jean Dujardin : depuis "Un gars, une fille" et "Brice de N...
  •  Comment créer une entreprise en Espagne ?
  •  Jimmy Carter : portrait du 39ème président des Etats-Unis...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 1 commentaires pour cet article :

 philippefull a écrit [09/12/2010 - 18h19] 
philippefull

Super l'article merci, j'aurai souhaiter une précision concernant les différents statut choisis à savoir les charges qui y sont liées.(comme le rsi, la taxe pro (la taxe foncière pardon lol) etc....enfin l'équivalent en Italie bien sur. D'avance merci d'apporter quelques précisions.





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   creation d entreprise Création d'entreprise
   domiciliation et bureaux d entreprises Domiciliation et bureaux d'entreprises
   franchise Franchise



L’Italie, Vérone, Venise, Rome, Milan… Le paradis à deux pas de la France. Sans ignorer non plus les pastas, les pizzas, les « Mamas » et les superbes monuments ornés par des fresques d’un dénommé Mic...