Emile Louis : qui est ce tueur en série français ?


Partager




Emile Louis est le tueur en série, reconnu coupable par la Justice Française, dans l'affaire des disparues d'Yonne. Cette affaire remonte vers les années 70, dans la ville d'Yonne où il est né 36 ans auparavant : le 21 janvier 1934. Emile y travaillait alors en tant que chauffeur de bus, dans une société privée. Ayant participé à la guerre d'Indochine en 1952, à l'âge de 18 ans, il revint en France deux ans après où il fut accueilli comme un héros et reçut plusieurs récompenses militaires.



Il fut alors élu conseiller municipal et se maria avec Chantal Delagneau avec qui il a eu deux filles et deux garçons. Malgré un tempérament apparemment calme et doux, Emile pouvait être un homme cruel et autoritaire comme l'était sa mère adoptive, ce que sa femme affirma plus tard tout en dévoilant qu'il fait preuve de violence envers elle et ses enfants, et d'actes encore pires même. En 1978, Chantal Delagneau décide de demander le divorce et le couple se sépare la même année. Emile s'installe alors avec une compagne, mais quelques années plus tard, celle-ci disparaît curieusement, sans laisser de traces. C'est à ce moment-là qu'entre en scène, un jeune gendarme, qui s'occupe d'une affaire de meurtre : Christian Jambert. Une jeune femme dénommée Sylviane Lesage, âgée de 23 ans, est alors retrouvée morte, à Rouvray, situé près de l'Auxerre, l'année 1981. Cette dernière est reconnue comme avoir été l'une des maîtresses d'Emile. De son vivant, elle avait hébergé trois petites filles, prises en charge par la DDASS. Logeant dans le même domicile qu'Emile et Sylviane, les trois fillettes se plaignaient souvent de tentatives d'attouchements de la part d'Emile Louis.


Le gendarme Jambert saisit ainsi l'occasion pour en faire immédiatement un rapport à la Justice. En même temps, il commence également à le suspecter d'être impliqué dans l'affaire du meurtre de sa compagne, Sylviane Lesage. Néanmoins, sans preuves tangibles, Emile Louis n'est inculpé que pour les atteintes sexuelles sur les trois fillettes, ce qu'il reconnut lui-même, et est condamné à quatre ans de prison. Par la suite, il déménage à Draguignan où il sera de nouveau inculpé pour attentat à la pudeur, et est condamné à cinq ans d'emprisonnement.


emile louis
Il purgea sa peine en Corse avant d'être libéré, et de revenir à Auxerre. Pendant tout ce temps, l'enquête du gendarme Jambert se poursuivit, et finalement, il tomba sur l'affaire des disparues d'Yonne, qui data d'entre les années 1975 et 1980. Cette affaire concernait la mystérieuse disparition de sept jeunes filles de 16 à 22 ans, qui fréquentaient toutes, l'Institut Médico-Educatif d'Auxerre (IME). Ces dernières vivaient dans des familles d'accueil, après avoir été prises en charge auparavant par la DDASS. L'affaire concernant leur disparition fut vite classée à l'époque, par l'institut qui parlait de fugues volontaires. Aucune recherche ne fut donc effectuée. Pourtant, leurs liaisons avec Emile Louis mirent la lumière sur l'affaire, selon le gendarme, puisqu'elles le côtoyaient régulièrement étant donné qu'il était leur chauffeur.



Elles se sont donc rapprochées de lui, ce qui explique la suite de l'histoire. Mais le parquet ne voit pas l'affaire de cet oeil, et ne l'accuse pas, en déclarant tout simplement et à trois reprises, un non-lieu. Emile Louis échappe alors à toute condamnation, malgré les accusations et les rapports qu'établit Jambert.


Mais suite à l'acharnement qu'avait le gendarme sur l'enquête et grâce notamment aux plaintes déposées par l'association des défenses des handicapés de l'Yonne, une émission télévisée « Perdu de vue » fît alors une discrète investigation sur l'histoire en mai 1996, et recueillit les témoignages de certains anciens collègues d'Emile Louis. Les déclarations troublantes, comme quoi, en février 1981, juste après la mystérieuse disparition de Sylviane Lesage, Emile Louis aurait été aperçu en train de faire un trou de la taille d'un corps dans un champ à Yonne, servit à faire des vagues et à créer la polémique au niveau des médias. Immédiatement, en août 1997, le juge d'instruction Benoît Lewandoski procède à la réouverture de l'affaire. C'est alors que le gendarme chargé de l'affaire, Christian Jambert, est retrouvé mort dans le pavillon même où il vivait.
emile louis


Sa famille ayant refusé catégoriquement l'hypothèse d'un suicide, décida de faire une autopsie du corps et l'on découvre finalement qu'il s'agissait en fait d'un assassinat. Le corps retrouvé portait en effet deux plaies de balles sur sa tête, ce qui certifia l'utilisation d'armes à feu pour le tuer. Après la réouverture de l'affaire, de nombreuses fouilles ont alors été effectuées dans la ville d'Yonne, mais sont restées infructueuses. En décembre 2000, le suspect est de nouveau interpellé à son domicile, à Draguignan et placé ensuite en garde à vue. Ce sera pendant son interrogatoire qu'il avouera finalement être l'auteur des crimes. Il cita le nom de ses victimes, qui sont effectivement les sept filles portées disparues, et indiqua les lieux où il les avait enterrées. Un an après, il se rétracte, mais les faits sont là ! Des corps ont été même retrouvés aux endroits précis indiqués lors de sa déposition. Il comparaît alors devant la cour d'assises du Var, en novembre 2004. Avec les témoignages de son ex-femme et de ses filles, Emile Louis est finalement condamné à perpétuité.

Le Mercredi 19 Novembre 2008 à 14:28
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  tueurs en série, criminels, sérials killer, meurtres en série, crimes en série, psychopathes Tueurs en série : des histoires à vous glacer le
sang



fleche Voir les autres articles commençant par E
 
Articles précédents :
  •  Electro Dépôt : tout le matériel électronique
  •  La natation synchronisée : qu'est-ce que la ''natation artis...
  •  Isabelle Boulay : portrait de cette chanteuse canadienne
  •  Capoeira : un art martial brésilien qui trouve ses origines ...
  •  Arbre généalogique : comment faire ?

Articles suivants :
  •  Cicatrices d'acné : que faire ?
  •  Le fusil de chasse : bien plus qu'une simple arme
  •  Zeeman : le textile à prix discount
  •  Vaccin contre la grippe
  •  Françoise Seigner : qui était cette grande personnalité de...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   criminalite Criminalité



Emile Louis est le tueur en série, reconnu coupable par la Justice Française, dans l’affaire des disparues d’Yonne. Cette affaire remonte vers les années 70, dans la ville d’Yonne où il est né 36 ans ...