Eau de Javel : utilisation et origine


Partager




Après la découverte du chlore par le chimiste suédois Carl Wilhelm Scheele en 1774, Claude Louis Berthollet se mit à analyser ses propriétés. Il découvre alors des propriétés qui facilitent le blanchiment des toiles en mélangeant le chlore à l'hypochlorite de potassium. De là est née la « lessive de Berthollet », qui a pris par la suite la dénomination de « Eau de Javel », en référence à son site de production initial de 1777: le village de Javel se trouvant près de Paris.



En 1820, un pharmacien du nom de Antoine Germain Labarraque fait des recherches identiques sur les effets désinfectants des produits dérivés du chlore, du potassium ainsi que du sodium et crée la « liqueur de Labarraque ». L'Eau de Javel initiale et la « liqueur de Labarraque » seront ensuite mélangées, sauf que le sodium sera préféré au potassium, ce qui va donner la version finale de l'Eau de Javel. À partir du XIX ème siècle, l'Eau de Javel a été usuellement utilisée dans le traitement de l'eau potable et en tant que désinfectant. Elle est habituellement présentée sous forme liquide, mais existe également en pastilles. Sous sa forme liquide, l'Eau de Javel est soit en bouteille, soit en berlingot. Mise en bouteille, elle peut se conserver jusqu'à 12 mois, tandis qu'en berlingot, elle ne peut être stockée plus de 2 ou 3 mois. Pour les pastilles, elles sont constituées de dichloroisocyanurate de sodium qui réagit au contact de l'eau et présentent les mêmes composantes et propriétés que l'Eau de Javel liquide. L'Eau de Javel permet de désinfecter les sols, les sanitaires, les paillasses et les éviers. Certaines personnes l'utilisent aussi pour laver leur linge.


Habituellement, l'Eau de javel est employée pour épurer l'eau des piscines. Des produits Eau de Javel « 2 en 1 », qui désinfectent et nettoient à la fois, sont également disponibles sur le marché. Notons que l'Eau de Javel se conserve à l'abri de la chaleur et de la lumière. Comme il s'agit d'un produit chimique toxique et corrosif, son utilisation nécessite la prise de grandes précautions. Le quart des intoxications domestiques est d'ailleurs dû aux produits d'entretiens et de nettoyages ménagers, dont 40% à l'Eau de Javel. La prudence est ainsi de mise.


eau javel
Il faut notamment éviter l'ingestion, la projection sur la peau et dans l'oeil de ce produit, même si les risques sont partiellement limités avec de l'Eau de Javel diluée. En utilisant l'Eau de Javel, il ne faut pas non plus la transférer dans un récipient alimentaire, ni la mélanger avec un produit acide, au risque de provoquer des gênes respiratoires. La base des précautions à prendre est aussi de tenir les bouteilles ou les pastilles d'Eau de Javel hors de portée des bébés et des enfants, ce qui implique de les ranger immédiatement après utilisation, en hauteur ou dans des meubles fermés à clé. Lors de l'usage du produit, il faut prévoir des gants afin d'éviter l'irritation de la peau. L'hypochlorite de sodium étant singulièrement irritant. En cas d'accident, quelques mesures s'imposent.


Dans le cas de l'ingestion, il ne faut surtout pas faire vomir le sujet ou le faire avaler quoi que ce soit. Comme l'Eau de Javel risque de provoquer des brûlures au niveau de l'appareil digestif, voire des lésions corrosives, il faut emmener immédiatement le sujet à l'hôpital. En cas de projection sur la peau, il suffit tout simplement de nettoyer vigoureusement la surface en question avec de l'eau courante. Si la projection s'est faite dans l'oeil, un rinçage abondant avec de l'eau claire d'au moins 15 minutes sera recommandé. Selon la gravité de la situation, l'on peut aussi consulter directement un ophtalmologue. Concernant les inhalations, le sujet aura à sortir de la pièce et rester au repos en attendant le médecin. À noter également que les piscines sont à nettoyer régulièrement. L'hypochlorite de sodium génère une réaction chimique au contact de substances azotées comme la sueur ou l'urine émises par l'Homme. Il peut également réagir avec les protéines animales et végétales lors des désinfections de locaux ou de végétaux. Il produira alors des compositions chlorées qui se propageront dans l'air, appelées Chloramines et provoquera des irritations oculaires. Étant un produit toxique et à risques, l'Eau de Javel est soumise à la législation des substances jugées dangereuses. En 2008, l'Institut Pasteur de Lille a accompli des travaux afin de déterminer les propriétés virucides du produit. L'Eau de Javel à 2,6% de chlore actif agit positivement sur le virus Influenza A/H5N1. Cette eau utilisée par les chercheurs correspond à l'Eau de Javel commercialisée dans les magasins, diluée environ 25 fois.

Le Mercredi 26 Mai 2010 à 10:40
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  maison, bricolage, jardinage, conseils bricolage, décoration maison,  bricolage noel, maison bois, decoration maison intérieur prix maison, vente maison, toiture maison, jardin maison, constructuer maison, construction maison, bricolage cuisine, magasin b Maison


fleche Voir les autres articles commençant par E
 
Articles précédents :
  •  Cahier de vacances : pour enfant mais aussi pour adultes
  •  Cloisons mobiles et adaptables
  •  Tajine origine : poulet, agneau, poisson...
  •  Camion américain : des véhicules souvent impressionnants...
  •  Gaspard Proust : biographie

Articles suivants :
  •  Sculpture sur pierre : les outils
  •  Equipe nationale d'Algérie
  •  Aide au permis de conduire : pour les moins de 25 ans, chô...
  •  Planete Saturn : vidéo, son, multimédia...
  •  Endométriose : symptômes et traitement




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






Après la découverte du chlore par le chimiste suédois Carl Wilhelm Scheele en 1774, Claude Louis Berthollet se mit à analyser ses propriétés. Il découvre alors des propriétés qui facilitent le blanchi...