Dreadlocks : la coiffure des rastas par excellence !


Partager




Il semble que l'origine de la coiffure « rastas » ne date pas seulement d'un siècle ni de deux. Si l'on remonte dans le temps, on découvre que même depuis l'Antiquité, en Egypte, certaines personnes de la famille royale et d'autres de haut rang portaient déjà cette coiffure qui porte le nom de Dreadlocks. Depuis toujours, l'histoire des dreadlocks reflète une connotation religieuse, qui les lie à la Bible (certains personnages en portaient) et à d'autres religions (que ce soit en Afrique, en Asie, en Inde ou au Mexique).



Par définition, les dreadlocks sont des cheveux particulièrement enchevêtrés formant des sortes de grosses tresses ou grosses « cordes ». On parvient à obtenir cette coiffure en laissant les cheveux bien longs. Il faut par ailleurs éviter de les peigner et encore moins les couper ni les raser, et cela pendant un certain temps. Dread se traduirait en anglais par peur ou crainte, dans la Bible cette coiffure représente donc la crainte, la peur du Tout Puissant, de Dieu. C'est ainsi qu'on retrouve alors de nombreux personnages historiques importants cités par le Livre Saint, dont le plus connu serait le fameux Samson qui aurait eu semblerait-il sept locks qui lui donnaient sa force exceptionnelle. D'autres après lui, tel Jean Baptiste ou encore Jacques le Juste qui fut apparemment le frère du fils de Dieu, sont représentés sur les gravures et les tableaux avec des locks. Les civilisations anciennes comme les Aztèques, les Celtes ou les Vikings, les grecs ou encore les germaniques et le peuple Naga en Inde, en portaient également. Par ailleurs, le peuple Est asiatique, comme les chinois, et le peuple indien croyaient fortement au pouvoir des dreadlocks.


Pour les chinois, les locks étaient portés en guise d'amulette pour se protéger des mauvais esprits, ils étaient souvent portés avec de longs ongles (pour les mains). Pour les indiens, les locks étaient aussi très sacrés, car ceux qui en portaient jadis, sembleraient être invincibles, selon les écritures védistes de la religion hindouiste. Ainsi, que ce soit pour les asiatiques ou pour les indiens, les locks n'étaient portés que par les personnages importants de la société et de la religion, par les nobles et aussi par les chamans et les prêtres.


Les dreadlocks firent leur apparition en Jamaïque en 1950, avant le mouvement Rastafari mené par Young Black Faith, et se manifestèrent comme signe de révolte contre la pauvreté qui régnait en maître sur la contrée. C'était un signe de mécontentement contre le régime de l'époque, contre l'empereur Hailé Sélassié Ier qui imposait à son peuple de porter la même coiffure que lui. Dès lors, les dreadlocks furent appelés la coiffure des « rastas » et le terme prit un sens plus politique et social. Bien que pour les jamaïcains, cette coiffure porte toujours une connotation religieuse, Bob Marley lui- même s'est fait baptisé de son vivant, la coiffure rasta exprime une fierté ethnique et un symbole pour tous les rastas men. La musique reggae, mondialement connue et reconnue dans le monde entier, représentée par le chanteur Bob Marley à l'apogée de son art, entraîne également les dreadlocks sur le plan mondial. Les dreadlocks sont alors portés par tous les manifestants lors des mouvements de rebellion ou de révolte, quelque soit le sujet, comme par exemple les alter mondialistes, ou encore les activistes écologiques. Très répandue dans la vie des jeunes, la culture rasta devient aussi une mode.
dreadlocks


Il existe actuellement toutes sortes de produits dédiés au soin des cheveux dreadlockés, même l'un des plus grands couturiers du monde a créé une collection de vêtements à la mode « rasta » avec des mannequins coiffés de dreadlocks. Enfin, pour les peuples africains, la race noire, le port de dreadlocks est un symbole de revendication raciale, ethnique et idéologique, pour montrer que les peuples africains rejettent les idées reçues et les valeurs étrangères, celles des « blancs ». La coiffure exprime leur révolte vis-à-vis des mouvements racistes et contre la domination sur les peuples noirs. Pour ces peuples, le port de dreadlocks symbolise l'unité fraternelle, c'est également un signe de magie noire. Un petit retour dans le passé, en 1970, avec l'apparition de la musique punk en Angleterre, il semblerait que les punks portaient eux aussi des dreadlocks, appelés alors les dreadpunks, ce fut un moyen pour eux de revendiquer les règles, les normes et les limites que leur imposait la société. La coiffure dreadlock est de nos jours portée même par les « blancs », cette mode touche alors n'importe quelle culture musicale tel le hip hop ou le rock.

Le Vendredi 02 Janvier 2009 à 11:51
Article écrit par Caro ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  coiffeurs, coiffure, modèle coiffure, coupe cheveux Coiffeurs : salons professionnels et coiffeurs de
stars



fleche Voir les autres articles commençant par D
 
Articles précédents :
  •  Accidents de la route : les précautions à prendre au volant ...
  •  Installation d’une douche italienne : comment faire ?
  •  Cuisine équipée : quels équipements pour quelle cuisine ?...
  •  Paul Anka : biographie d'un musicien accompli
  •  VGA box : comment la choisir ?

Articles suivants :
  •  Le cinéma est-il vecteur de changement social ?
  •  Le CAC 40 : histoire de l'indice bousier de la Place de Pa...
  •  Coiffures pour cheveux courts : des idées ?
  •  Montagne Monte Cinto : zoom sur le plus haut sommet de Cor...
  •  Abdoplastie : qu’est-ce que c’est ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   coiffure Coiffure



Il semble que l’origine de la coiffure « rastas » ne date pas seulement d’un siècle ni de deux. Si l’on remonte dans le temps, on découvre que même depuis l’Antiquité, en Egypte, certaines personnes d...