Diogo Dias : qui était ce marin et explorateur ?


Partager




Le XVème siècle est le siècle des grandes explorations durant lequel les marins européens sillonnaient toutes les mers des cinq continents et s'aventuraient dans l'inconnue vague des océans. Si le génois Christophe Colomb découvrit les larges des côtes antillaises pour le compte de la couronne espagnole vers la fin du XVème siècle en 1492, le marin portugais Diogo Diaz ou Dias, lui, est parti dans l'autre sens, croyant tout comme le découvreur des Amériques se diriger pour les Indes et ses épices...



Mais Dias aussi était un fervent marin, il avait la chance à cette époque d'appartenir à la prestigieuse flotte d'expédition portugaise qui avait alors l'ambition de devancer les espagnols dans l'exploration de toutes les contrées aussi lointaines puissent-elles. Ce navigateur suivit alors les traces de ses autres contemporains portugais tels que Bartolomeu Diaz qui entreprit de découvrir toutes les côtes qui longent l'Afrique et il atteignit le Cap Bonne Espérance (pointe le plus au sud). On peut citer de même l'illustre Ferdinand Magellan. Dias emprunta plutôt les voies qu'avait suivies Vasco de Gama pour rejoindre les Indes et ses épices. Pour cela, le chemin devait alors longer toute la côte Ouest de l'Afrique et passer dans le canal de Mozambique et pointer vers le Nord Est. Le commerce avec les Indes était surtout axé sur les transactions de marchandises telles que les épices et les parfums. Or, au XVème siècle, les routes menant aux Indes étaient contrôlées par les Turcs et les Arabes. La nécessité de contourner le continent Africain était donc une nécessité d'ordre plus économique qu'exploratrice. Dias l'a compris et a donc suivi les routes de Vasco de Gama mais n'en a pas connu le même destin.


Son épopée s'est surtout basée aux îles de La Réunion et de Madagascar. Dias comme tous les autres marins pensait intimement que la Terre fut plate. Penser autrement constituait un acte d'hérésie pour l'Eglise et se rendre coupable d'hérésie entraînait inéluctablement le redoutable supplice de l'autodafé. L'histoire de Dias et des expéditions portugaises reste donc largement nouée avec le contexte religieux palpitant de cette époque médiévale.


diego diaz
Le Portugal fut, à cette époque, dirigé par le roi Manuel Ier le Grand (1469 à 1521) qui contribuait largement à un développement artistique du royaume. Mais Manuel trouvait surtout un intérêt particulier pour l'exploration des grands océans et encourageait tous les navigateurs en quête de découvertes de nouvelles terres. Il est connu comme étant le roi avec qui le Portugal a eu ses plus belles années de gloire. C'est sous son règne notamment que les célèbres personnages cités plus haut ont pu s'illustrer. On attribua à Diaz les voyages aux entrées de l'Océan indien puisqu'il connaissait bien les îles de cet océan aux mille et une énigmes.


C'est comme cela que l'île de La Réunion fut abordée par lui et il en fit sa possession en 1513 ; il fut attiré par cette île paradisiaque mais beaucoup plus petite que celle qu'il avait convoitée une dizaine d'année plus tôt : il s'agit de Madagascar. En 1500, effectivement, il fut le premier Européen à découvrir la « Grande Ile ». Cette découverte fut selon des dires - sans que cela puisse être attesté par son journal de bord - le fruit d'un pur hasard puisque son cap ne prévoyait nullement d'accoster les plages de Madagascar. Sa découverte était encouragée par les tempêtes qui l'ont mené vers les plages de la ville actuelle d'Antsiranana qui porte encore le nom de Diégo Suarez (Fernando Suarez étant un autre navigateur portugais ayant débarqué sur l'île en 1506). L'île sembla attendre Dias depuis longtemps puisque Vasco de Gama aurait aperçu Madagascar aux larges du canal de Mozambique en route vers l'Inde mais n'y aurait étonnamment pas fait escale. Dias, lui, a voulu percer encore plus les secrets des profondeurs de cette île nouvelle que l'on n'imaginait alors pas aussi vaste. Il avait pour ambition justement de christianiser les populations indigènes qui restèrent encore très hostiles. Cette tendance à la christianisation systématique des contrées découvertes par les portugais était en fait le reflet exact du climat qui régnait en Espagne et au Portugal où l'Inquisition battait plein ses ailes sous le règne d'Isabelle Ière, la catholique de Castille, et de son mari le roi Ferdinand.

Le Mercredi 17 Septembre 2008 à 12:25
Article écrit par Toli ()




fleche Voir les autres articles commençant par D
 
Articles précédents :
  •  Réussir la pose d'une porte de garage coulissante en ouvrant...
  •  Dragon Ball Z : le manga de toute une génération...
  •  Réussir la rénovation de votre facade : sablage et rejointoi...
  •  Le coton de Tuléar : d'où vient ce chien aux allures de pelu...
  •  Franz Beckenbauer : portrait du ''Kaiser'' du football allem...

Articles suivants :
  •  Marc Ravalomanana : portrait du président de la République...
  •  Main courante : comment et pourquoi déposer une main coura...
  •  Michael Moore : un réalisateur et écrivain qui dérange...
  •  Mouvement Antifa : d'où vient se mouvement d'opposition en...
  •  Yamaha YZF 125 R : la nouvelle 125 sport de Yamaha




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi






Le XVème siècle est le siècle des grandes explorations durant lequel les marins européens sillonnaient toutes les mers des cinq continents et s’aventuraient dans l’inconnue vague des océans. Si le gén...