Comment devenir parachutiste ?


Partager




Le parachutisme est un rêve pour un grand nombre d'adolescents. Pourtant, ils ne connaissent pas toujours la somme de travail qu'il faut fournir pour atteindre cet objectif. Et ils ne réalisent pas souvent ce qu'implique réellement le métier de parachutiste. Afin de mieux appréhender cette fonction particulière, il est nécessaire de voir les conditions et les itinéraires qui y mènent. Tout d'abord, le parachutiste, ou plus précisément l'éclaireur parachutiste, appartient à une unité spéciale de l'armée. C'est un commando qui pratique ses opérations militaires d'une manière autonome et discrète, après avoir effectué des sauts en parachute, pouvant aller jusqu'à une altitude de 8000 mètres. Mais, pour arriver jusqu'à un tel décor de film d'action, il y a un long chemin à accomplir. Avant toutes choses, il faut d'abord avoir certaines capacités physiques. En effet, hormis un état de santé impeccable et une vision parfaite, celui qui veut devenir parachutiste doit aussi être doté d'une grande résistance physique, accompagnée d'une grande adresse, qui sera nécessaire pour la réalisation des diverses missions militaires.


De plus, il doit avoir une grande force mentale, capable de résister à la pression, lors des situations les plus extrêmes. Et, avec tout cela, une détermination à toute épreuve, et un esprit d'équipe, sont deux attitudes qu'il faut impérativement avoir. Après, même si vous possédez toutes ces particularités physiques, vous devez également remplir certaines conditions d'ordre académique. Ainsi, l'obtention d'un baccalauréat est nécessaire pour intégrer l'armée, ou une école de sous-officier, voire même un bac 2, pour devenir officier.


D'ailleurs, il est important de préciser qu'il n'y a pas de recrutement pour devenir directement membre d'une unité spéciale dans l'armée. Pour y arriver, il est obligatoire de suivre certaines étapes, dont le fait de devenir officier, ou sous-officier. Pour cela, si vous avez un baccalauréat, il y a deux voies envisageables. La première : après l'obtention d'un diplôme, il est possible de vous faire recruter au sein d'un régiment, comme simple soldat. A partir de là, il faut d'abord devenir un bon soldat car vous obtiendrez une note d'évaluation, de votre supérieur, à la fin de votre formation. Suivant cette note, vous pourrez alors faire une demande pour intégrer une école de sous-officier. Si votre demande aboutit, vous suivrez une formation de dix mois pour devenir sergent, dans une école spéciale, à l'exemple de Saint-Maixint. Puis, en sortant avec un grade de sous-officier et avec une bonne note, vous aurez le choix d'entrer ou non dans une unité spéciale, et devenir parachutiste. La deuxième : vous avez la possibilité d'utiliser votre diplôme pour présenter votre candidature au concours de l'ENSOA, et devenir, par la suite, directement sous- officier.
devenir parachutiste


A partir de là, suivant le fait que vous apparteniez à l'armée de l'air, à l'armée de terre, ou à la marine, vous devrez d'abord intégrer une unité spéciale, comme les troupes de montagne, ou les fusiliers. Puis, après y avoir accompli un an de service, au minimum, vous pourrez postuler pour entrer dans les GCP, ou les URH dans l'armée de terre, les FUMACO dans la marine ou les CPA de l'armée de l'air. Une fois que vous êtes intégrés, il ne vous reste plus qu'à décider dans quel domaine vous voulez exercer. Minage-Déminage, tireur d'élite renseignement etc., vous avez l'embarras du choix. Néanmoins, si vous avez un bacc + 2, vous pouvez immédiatement entrer dans des écoles comme Saint Cyr, et sortir directement officier au bout de deux ans d'études. Alors, il ne vous reste plus qu'à intégrer une unité spéciale de parachutisme. Mais encore, avant d'être reconnu officiellement comme étant un véritable parachutiste, les officiers et les sous-officiers doivent d'abord passer par plusieurs examens et entretiens d'ordre médical, pour déterminer leurs aptitudes physiques et psychologiques au métier de parachutiste. Après, physiquement et mentalement, ils devront suivre un entraînement intensif, afin de les préparer à leurs missions. Pour le côté intellectuel, on leur donnera une formation intense sur de nombreux sujets très vastes et très variés. C'est au bout de tous ces sacrifices que l'on peut réellement se prétendre être un éclaireur parachutiste. Alors, en fin de compte, du rêve d'adolescent jusqu'au métier, tant convoité, de parachutiste, il y a énormément de travail à accomplir, nécessitant une force physique et mentale, des études, et une volonté implacable.

Le Dimanche 28 Décembre 2008 à 12:34
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  Comment devenir, Formation, formation professionnelle Guide du 'Comment devenir ...'


fleche Voir les autres articles commençant par D
 
Articles précédents :
  •  L'haltérophilie : histoire d'un sport plus vieux qu'on ne le...
  •  Ip-label : pour qui et pourquoi ?
  •  Obésité : constitue t-il un phénomène propre aux sociétés oc...
  •  Parquets et sous-couches : conseils et trucs
  •  Les Elections Municipales : c'est quoi ?

Articles suivants :
  •  Luxation d'épaule : c'est grave ?
  •  Histoire de la Cosa Nostra sicilienne
  •  Josh Groban : un artiste en pleine ascension
  •  Presse manuelle de fabrication de briques pour poêle
  •  Tommaso Buscetta : qui est ''Don Masino'' ?




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il y a 3 commentaires pour cet article :

 alexpok a écrit [18/04/2009 - 17h06] 
alexpok

Là vous décrivez le parcours pour être admis dans des régiments tels que les GCP, les URH , les FUMACO ou les CAP mais qu'en est il pour les régiments comme les RGP ou les RPIMA ?




 unitofi a écrit [03/01/2010 - 20h15] 
unitofi

pour tous les régiments paras (rgp, rcp, rpima, rhp etc...) il faut soit - être passé au CSO en candidature militaire du rang, avoir un profil E1 partout, et être accepté par un des régiments qui te formera (d'abord comme militaire, avec l'aspect particulier du régiment , que ce soit artilleur, pilote de char, démineur du génie... puis comme para).
-être passé au CSO en tant que candidat EVSO (engagé volontaire sous officier) et être E1 partout. après une formation initiale de 8 mois à l'ENSOA (saint-maixent) comportant la formation militaire et des stages d'aguerrissement commando à la montagne, en guyane, au CNEC.. tu pourra si tu est dans les meilleurs ET si un régiment para se propose car ils ont besoin de sous-offs, intégrer un régiment et être formé entre quelques mois et deux ans à la particularité du régiment et au métier de para.
- être passé au CSO puis ^^etre E1 encore, puis aller à ST cyr (mais là je sais pas trop comment ca se passe après. :-D)

c'est seulement APRES avoir intègré ces régiments que tu peut entrer ds un groupe para des forces spéciales: si ton régiment est dans la 11e Brigade Parachutiste, tu peut postuler pour être GCP ou pour entrer au groupe INVEX du 1er RPIMA (qui ne recrute pas en externe). tu peut aussi ( 3ème option) être l'équivalent si je puis dire des URH des chasseurs alpins: c'est à dire le 13e régiment de dragon parachutistes (aussi appelé "le 13").

en espérent avoir étanché un peut la soif des curieux.
Unitofi

et si vous en voulez encore plus, le site de l'armée de terre est très bien fait ;-)




 Razeralex a écrit [09/01/2011 - 15h21] 
Razeralex

Bonjour
Vous dites que lorsque que l'on c'est intégré dans les GCP,URH etc...
Il ne reste plus qu'à décider dans quel domaine on veut exercer, on a l'embarras du choix mais es que vous pouvez être plus précis je ne les connais pas tous et je ne sais pas encore quoi choisir.
Merci





Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   parachutisme Parachutisme
   armee de l air Armée de l'air
   armee de terre Armée de terre



Le parachutisme est un rêve pour un grand nombre d’adolescents. Pourtant, ils ne connaissent pas toujours la somme de travail qu’il faut fournir pour atteindre cet objectif. Et ils ne réalisent pas s...