Comment devenir curé, recteur ou abbé ?


Partager




Comment devenir curé, recteur ou abbé ? Tout d'abord, il faut se mettre bien d'accord sur les noms. Un prêtre a reçu le sacerdoce et a été ordonné prêtre par un évêque. Le curé est un prêtre qui a la charge d'une cure, soit d'une charge : il peut s'agir d'une ou de plusieurs paroisses et il assure les tâches ordinaires liées au culte. Le curé peut être secondé par un prêtre plus jeune appelé vicaire. Un abbé, lui, exerce dans une abbaye. Un certain nombre de prêtres ne sont ni curés, ni vicaires et ils peuvent être moines ou prêtres religieux s'ils appartiennent à un ordre religieux. Cela dit, désormais, le terme « curé » dans la religion catholique désigne familièrement les membres du clergé dans leur ensemble. Quant au recteur, c'est la personne responsable d'un séminaire, d'une abbaye, etc. En 2001, 24 250 prêtres étaient en exercice et la moyenne d'âge était de 65 ans du fait de la diminution de la pratique religieuse mais aussi des vocations.


Il faut encore distinguer les prêtres diocésains, au service d'un diocèse soit un territoire dépendant d'un évêque et qui exercent dans une paroisse (c'est le cas des curés ou aumôniers), des prêtres religieux qui évoluent au sein d'une congrégation (Jésuites, Dominicains, etc.). Sur le nombre de prêtres recensés en 2001, les ¾ étaient des prêtres diocésains. En ce qui concerne les « jeunes » prêtres, les profils ont changé et il n'est pas rare de voir s'engager dans le sacerdoce des personnes ayant déjà eu une vie et des expériences auparavant. Alors comment devenir prêtre ?


Sachez que la formation n'est pas si simple et que les futurs prêtres sont formés pendant six ans dans l'un des trente séminaires implantés sur le territoire national. Là encore, le nombre de séminaristes a bien baissé et la moyenne d'âge des élèves est de 26 ans. Avec trente heures par semaine, la formation de séminariste comprend plusieurs matières : philosophie, sciences humaines, théologie, étude de la Bible, histoire de l'Eglise, liturgie, morale sans compter l'approfondissement de la vie spirituelle avec des séances de prières. Pour être en phase avec son temps, le séminariste doit également découvrir les paroisses et aumôneries. Au bout de ces six années d'études, le séminariste est ordonné prêtre par un évêque. Contrairement aux idées reçues, le prêtre dispose de revenus mensuels qui prennent en compte les avantages en nature (logement par exemple), c'est donc un salaire versé un peu au-dessous du SMIC que reçoivent les prêtres, toutes les charges sociales étant payées par le diocèse. Sans charge, avec environ 850 mensuels, sans loyer, le prêtre n'est donc pas un nanti mais quelqu'un qui peut vivre peut être mieux qu'un ouvrier au SMIC devant payer un loyer.
cure


Pourtant, la crise des vocations est de plus en plus forte. Par exemple en 2002, 132 séminaristes ont été ordonnés prêtres sur 831, les autres ayant préféré une autre voie. Pire encore, pour dix décès ou départs à la retraite, un seul séminariste désire prendre la relève. Il faut dire que l'obligation du célibat est de plus en plus un frein aux vocations et les paroisses doivent se regrouper faute de prêtres ce qui engendre beaucoup de travail supplémentaire pour une même personne. Cela dit, avant de vous engager dans cette voie même si vous avez une foi inéluctable, mieux vaut peut- être vous tourner vers des évaluations de vocations sur le site vocations.cef.fr/ ou vous renseigner auprès du séminaire le plus proche de chez vous. Certains par contre veulent agir et devenir prêtre-ouvrier pour être à l'écoute notamment des jeunes ou des personnes en situation de précarité. Si tel est votre cas, renseignez-vous sur le site seminaire-gfo.cef.fr. À noter également que vous pouvez suivre des études universitaires, le GFU, qui est un groupe de formation universitaire reconnu par la conférence des Evêques de France. Sachez aussi que depuis peu, les jeunes prêtres ou les séminaristes se sont mis à l'Internet pour réaliser des blogs dans lesquels ils ne tentent pas forcément d'évangéliser mais plutôt de faire part de leur expérience, de manière très ludique parfois... Bientôt l'époque des « curés branchés » ?

Le Jeudi 26 Juin 2008 à 12:10
Article écrit par Toli. ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  religion, islam, christianisme, catholicisme, judaisme, bouddhisme, hindousime, protestantisme, shintoisme Religion : monothéiste ou polythéiste, à chacun
ses croyances



fleche Voir les autres articles commençant par C
 
Articles précédents :
  •  Insémination artificielle : quand l'infertilité peut être co...
  •  Emploi à l'étranger : où se renseigner ?
  •  Assurance vacances : comment la choisir ? les précautions à ...
  •  Comment faire un jardin vertical ?
  •  Lorraine : région frontalière au Luxembourg, à la Belgique e...

Articles suivants :
  •  Détartrage d'un chauffe eau : comment faire ?
  •  Aéroport d'Heraklion Grèce N.Kazantzakis
  •  Sébastien Grosjean : joueur de tennis français originaire ...
  •  Le contrat de travail : bon à savoir
  •  Illettrisme et prévention en France




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   religion catholique Religion catholique
   en rupture avec rome En rupture avec Rome
   priere et spiritualite Prière et spiritualité



Les chiffres le prouvent : si de nombreux Français se disent catholiques, ils ne sont plus qu’environ 9 % à pratiquer le culte régulièrement. De même, on note également une baisse des vocations et de ...