Corée du Nord : un pays partagé entre république et dictature


Partager




Le pays qui est communément appelé Corée du Nord par les pays occidentaux porte le nom officiel de République Populaire Démocratique de Corée. Depuis toujours, le territoire de la Corée a été le théâtre de nombreuses occupations étrangères : au XVIe puis au XIXe siècle, c'est par exemple le Japon qui envahit la Corée jusqu'à l'annexer à son Empire en 1910, et ce jusqu'à la fin de la seconde Guerre Mondiale.



En effet, les accords de Yalta - où il est habituellement dit que les trois grandes puissances (Churchill, Roosevelt et Staline) se partagèrent le monde - contenaient une close libérant la Corée du joug japonais. Mais cette libération se fit sous la condition d'une partition entre le nord, sous administration de l'URSS et le sud, sous administration des Etats-Unis. Et c'est la guerre de Corée, du 15 juin 1950 au 27 juillet 1953 qui déterminera l'état des relations telles que nous les connaissons actuellement entre Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord, et Séoul, capitale de la Corée du Sud. Pour se remettre des lourdes pertes humaines et financières qui découlèrent de cette lutte fratricide (les liens culturels entre le Nord et le Sud de la Corée étaient évidents et se concrétisaient par une identité commune), la Corée du Nord établit un plan de développement qui lui permit d'atteindre un taux de croissance alors officiellement annoncé à plus de 10%.


Cependant, même si comme dans tous les pays qui basculèrent à cette époque vers le communisme, l'assemblée élue et le Parti Communiste du pays créèrent des conditions de vie plus juste (on pensera par exemple à la loi promulguée dès les premiers mois sur l'égalité des sexes), le régime tourne vite à la dictature. La Corée du Nord affiche des statistiques officielles qui prouvent sa réussite économique.


Mais le durcissement progressif du régime, et une campagne destinée à réduire la consommation alimentaire des citoyens du pays en 1991 préfigurent une crise imminente en Corée du Nord. La famine s'abat sur 220 000 victimes entre 1994 et 1998, avec une telle virulence que le pays sort de son isolationnisme en 1995 pour réclamer une aide internationale. Pourtant, la politique de Kim Jong Il envers l'étranger reste assez offensive : en 1993 la Corée du Nord se retire du traité de non prolifération des armes atomiques et malgré des moments d'apaisement, le pays a repris depuis 2006 une série d'essais nucléaires qui inquiète les pays occidentaux et limitrophes tels que la Chine et le Japon (deux pays historiquement en conflits récurrents avec la Corée). Si sur le plan international la Corée du Nord est intraitable, de nombreuses ONG dénoncent une fermeté exacerbée sur le plan intérieur également : les droits de l'homme sont une question récurrente.


En effet, malgré les traités signés à ce propos, les indicateurs montrent que ceux-ci ne sont pas mis en oeuvre ; le respect des minorités par exemple - le bouddhisme est présent, mais réprimé, en Corée du Nord et pourrait être selon certain la raison d'un génocide. (Mais le manque de visibilité de la politique intérieur de la Corée du Nord empêche de connaître les éventuels crimes commis dans le pays). C'est certainement là l'une des raisons pour laquelle la France ne reconnaît pas la Corée du Nord, ce qui n'est - depuis la chute du mur de Berlin - le cas que de quelques pays au monde (dont le Japon et les Etats-Unis font partie). Et ce n'est pas sa faible puissance économique - une croissance qui n'atteint pas les 3% et un PIB faible - qui aidera à faire rentrer la Corée du Nord dans le lot des dictatures jugée fréquentables par les pays occidentaux. Autre indicateur le taux de mortalité infantile de la Corée du Nord, indicateur indirect de l'état économique des pays, est à peine inférieur à celui de la Roumanie. Il reste donc encore beaucoup de chemin à parcourir pour la Corée du Nord - une réalité dont on peut se rendre compte de manière indirecte, encore une fois, à cause de l'absence quasi-totale de l'activité de tourisme dans ce pays. Pourtant, la beauté de ce pays montagneux et les sites patrimoniaux d'une culture ancestrale pourraient permettre à la Corée du Nord de devenir une destination très recherchée - si l'ouverture à l'économie de marchée encore à peine entamée par le régime en place se confirme. La faune et la flore y sont d'ailleurs parmi les plus éclectiques de la région. 60 hôtels sont cependant déjà exclusivement réservés aux touristes, et permettent à certains privilégiés - que ça ne dérangerait pas d'être encadré par des membres de la sûreté du territoire pendant le voyage - de découvrir les richesses encore préservées du pays.

Le Lundi 09 Juillet 2007 à 09:06
Article écrit par gonzague ()




fleche Voir les autres articles commençant par C
 
Articles précédents :
  •  Etats-Unis : la plus grande puissance mondiale économique et...
  •  Whitney Houston : une artiste faisant partie des plus grande...
  •  Bic : une marque reconnue pour ses stylos
  •  Marc-Olivier Fogiel : un animateur de télévision incisif et ...
  •  Jean-Jacques Goldman: grand chanteur populaire français et c...

Articles suivants :
  •  Lycée : en route pour le bac !
  •  Turin : vitrine du nord de l'Italie, turin est à visiter à...
  •  Patrick Poivre d’Arvor ou PPDA : écrivain politique et pré...
  •  Pondichéry: ville portuaire indienne et "pont des intérêts...
  •  Julien Duvivier : réalisateur , parolier, scénatriste fran...




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   voyage Voyage
   destinations Destinations



La Corée du Nord est un pays dont l'actualité ne laisse aucun doute sur le caractère dictatorial de ses dirigeants. Depuis l'époque où elle était occupée par ses voisins chinois ou japonais, jusqu'à l...