Coqueluche maladie : symptômes et traitement


Partager




La coqueluche désigne une maladie très contagieuse qui se développe au niveau des voies respiratoires. Infection due à Bordetella pertussis, la maladie se caractérise par une quinte de toux aiguë. Toujours impressionnante, quel que soit l'âge du patient, celle-ci s'avère particulièrement dangereuse chez les jeunes enfants. Sur les 30 à 40 millions de cas enregistrés chaque année, de par le monde, l'on dénombre entre 300 000 à 600 000 décès, qui concernent principalement les nourrissons.



La bacille responsable de la coqueluche a été identifiée en 1906, par le Français Jules Bordet et un bactériologiste belge répondant au nom d'Octave Gengou. C'est pour cette raison que l'on parle de bacille de Bordet et Gengou. Le microbe se développe au niveau du tissu bronchial et trachéal, ce qui explique les manifestations respiratoires observées dans le cadre de la maladie. Celle-ci présente un temps d'incubation pouvant aller de 7 à 10 jours. En d'autres termes, un malade qui a été mis au contact du germe ne commencera à présenter les signes de la maladie que passé ce délai. La persistance d'une toux pendant près de 3 semaines fait partie des caractères les plus distinctifs de la maladie, alors que le sujet ne présente pas de fièvre. Les signes de la coqueluche apparaissent en fait dans un tableau comprenant deux phases : l'une catarrhale et l'autre paroxystique. Durant la première, qui dure une à 2 semaines, le malade présente des manifestations assez anodines au niveau du sphère respiratoire. L'on peut assister à des écoulements du nez, des éternuements et des toux, qui apparaissent assez rebelles, avant d'acquérir des formes de plus en plus caractéristiques.


Elle deviennent plus fréquentes durant la nuit, prennent des allures spasmodiques et donnent lieu à des envies de vomir. Cette forme de toux est qualifiée d'émétisante. Lorsque la coqueluche aborde sa phase paroxystique, les toux se présentent en quintes. Le patient tousse à des fréquences de plus en plus rapprochées. La fin d'une quinte se distingue par une courte phase d'apnée. Le malade inspire alors profondément et produit à ce moment un bruit particulier, qualifié de « chant de coq ». Une autre salve de toux rapprochées s'ensuit.


coqueluche
Le sujet pouvant présenter entre 5 et 15 cycles de ce tableau, qui se termine généralement par l'évacuation d'un crachat muqueux, accompagné de vomissements. Au sortir de ces quintes, le malade présente une forte pâleur, tandis que sa peau se couvre de purpura pétéchial. Il s'agit de petits points rouges, marquant une infiltration de sang. Après 2 à 4 semaines à ce rythme, les toux deviennent plus espacées et plus efficaces. Le malade arrive donc plus facilement à évacuer le mucus qui le gêne. La convalescence est longue de 3 à 4 semaines. Quel que soit l'âge du malade, la coqueluche impose toujours la plus grande prudence. La manifestation de la maladie chez le nourrisson constitue une de ses formes les plus graves. La fragilité particulière du jeune malade explique que les quintes aient des impacts plus lourds sur son organisme.


Parfois, la phase de reprise ne se fait pas d'elle-même, les quintes donnant alors lieu à des asphyxies. Les phases d'apnée dans le cycle peuvent en outre s'accompagner de syncope. Les patients de cette catégorie devront donc faire l'objet de prise en charge permanente. L'entourage doit être au pied levé pour une stimulation respiratoire immédiate, qui est la seule solution, si la reprise ne se fait pas. Un bébé de moins de 4 mois présentant les signes de la maladie doit, dans tous les cas, être interné dans une unité spécialisée. La prévention reste encore la meilleure arme contre la coqueluche, même si l'antibiothérapie constitue une réponse efficace, lorsque la maladie est déclarée. La vaccination est indiquée à partir de 2 mois, comptant deux injections supplémentaires à 3 et 4 mois. Les injections de rappel se passaient, jusqu'en 1998, à 12-13 mois et l'on s'en tenait là. Seulement, l'OMS a préconisé une autre injection de rappel aux pré-adolescents de 11-13 ans. En effet, il a été constaté que la coqueluche est en train de trouver des terrains de contagion autres que ceux qui lui ont été connus. Si la maladie se transmettait d'enfant à enfant, l'on a dénombré de plus en plus de cas où c'est un sujet adulte qui transmet la maladie à un jeune enfant. Cela s'explique notamment par le fait que les adultes en question n'ont pas eu de rappel, au-delà de leur 18 ème mois. Aussi, les adultes en contact avec les nouveaux-nés sont tenus de se faire vacciner, depuis octobre 2004.

Le Vendredi 23 Avril 2010 à 12:03
Article écrit par Toli ()


Cet article est lié au dossier suivant :
  asthme, pneumonie, rhinopharingite Maladies respiratoires


fleche Voir les autres articles commençant par C
 
Articles précédents :
  •  Indemnité de chômage pour licenciement économique...
  •  Comment devenir reporter en France ?
  •  Construire un muret : quelques conseils
  •  Le piment vert : cuisiné à toutes les sauces
  •  Maison en brique ou en bois ?

Articles suivants :
  •  Tailler les arbres fruitiers : méthodes
  •  Coriandre : plante herbacée de la famille des Apiacées...
  •  Lait pour nourrisson : comment choisir
  •  Toutes les techniques de soudure
  •  Faire une vidange de voiture




 
 

Poser votre question !
Et gagnez des Webbies
et des cadeaux !




Commentaires 

flux rss Flux RSS 2.0 :  les derniers commentaires de cet article


Il n'y a pas encore de commentaires pour cet article.


Tous les commentaires sont soumis à modération (ceux abrégés en SMS seront supprimés).
Ne vous inquiétez donc pas si ceux-ci ne s'affichent pas instantanément.

smile wink confused normal lol laugh sad angry cool surprised cry eek


Voir aussi



   maladie Maladie



La coqueluche désigne une maladie très contagieuse qui se développe au niveau des voies respiratoires. Infection due à Bordetella pertussis, la maladie se caractérise par une quinte de toux aiguë. Tou...